Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2019

Le trauma ♣♣♣ Pérégrination : le mot vient de "migrant.e" ♣♣♣ Cultiver son moine intérieur

Je me suis questionnée en ces termes en lisant la phrase dans Linguee, mise en ligne ci-dessous : le trauma conduit-il à un autre trauma dans ce cas de figure ?

 

Europe will become more peaceful and that the friction that historically has erupted into bloody conflicts can be set aside.

 

L'Europe deviendra plus pacifique et on pourra mettre de côté les frictions qui, historiquement, ont dégénéré en conflits sanglants.

 

Commentaire : voilà un argument pour l'Europe qui ne tient pas compte de la guerre économique où des gens meurent de faim ou de froid, sans saigner certes. 

 

♣♣♣

L'oiseau est passé par la porte fenêtre, les autres carreaux reflétant le feuillage de l'arbuste et un coin de ciel, l'ont induit en erreur.

 

Il y a trois jours, une corneille ou un corniaux, euh non, corbeau, est entrée par mégarde dans la grande salle parce que j'avais enlevé les quelques images aux carreaux, les rendant par inadvertance, invisibles pour les oiseaux. L'oiseau en frôlant les murs, paniqué, a légèrement déchiré le poster de la lionne et de ses deux petits. Yoko est arrivé, il n'est pas un tueur mais aurait pu avoir envie de jouer avec l'oiseau. Et Yoko, avec son ADN de chat sauvage, joue sans rentrer les griffes... c'est comme cela qu'il me vaccine contre le tétanos. Bref, il aurait pu tuer l'oiseau en voulant simplement le taquiner. J'ai poussé un modéré rugissement de lionne. Modéré sur le plan sonore mais le grondement était là, à l'intention de Yoko. Qui s'en alla immédiatement, la queue basse, par les escaliers, laissant l'oiseau à sa panique. Idem pour chatte Nono, qui entendant le deuxième grondement à son intention, fila. Car l'oiseau, essoufflé, restait sur le carrelage, sautillant un peu, éperdu. Mais dès que je voulais mettre la main dessus, il s'envolait de plus belle, au risque de se cogner gravement aux murs. Je l'ai enfin attrapé après avoir réussi à le faire passer dans une grande poche en tissu, une sorte de sac mou, qui sert en fait de doublure de panier. Une fois l'affaire dans le sac, le plaisir a été de le libérer. Il s'est d'abord posé à terre, comme étourdi par l'aventure, puis s'est envolé, sans problème, indemne. Les chats m'ont écoutée, m'ont obéi. Formidable.

 

Voici l'histoire de saint Vincent :

 

"Saint Vincent de Lérins (Vème siècle)

 

Vincent était originaire d'une bonne famille gauloise. Il fait de bonnes études tant profanes que théologiques. Mais les choses religieuses ne l'attirent guère. Il avouera lui-même n'être arrivé que fort tard "au port de la religion" après avoir été entraîné longtemps "dans le tourbillon amer et incohérent de la vie du monde." En ce temps-là, Honorat avait fondé, dans une des îles de Lérins, au large de Cannes, une petite communauté qui devint l'abbaye de Lérins. C'est là que Dieu appelle Vincent, dans "ce lieu écarté (la petite île s'appelle aujourd'hui Saint-Honorat) et, dans ce lieu, la cellule d'un monastère." Dans cette retraite, la culture acquise dans sa jeunesse trouvera à s'employer. Il rédigera plusieurs écrits: un recueil de morceaux choisis de saint Augustin et surtout, sous le pseudonyme de Peregrinus (l'étranger, le migrant), le "Commonitorium" ou aide-mémoire dont le but est de donner une règle sûre permettant "de distinguer la vraie foi catholique de l'erreur des hérésies." Ce fut longtemps une des lectures des hommes d'Église dans l'Occident. Elle mériterait de l'être encore dans notre monde moderne.

 

Prière

 

Prions pour les écrivains, afin qu'ils mettent leurs talents au service de la Parole.

 

Autres saints du jour

 

Bienheureux Jean de Prado, martyr

 

Saint Misselin, prêtre"

 

Lu sur Hozana ce jour.

 

♣♣♣

 

Cultiver son moine intérieur, avec les icônes

 

L'oiseau qui s'était introduit dans la maison avait l'allure d'une corneille : corps petit, à plumage noir. Mais son bec était jaune, comme celui du chocard, sauf que le chocard serait plutôt un oiseau des montages... J'ai lu au sujet du chocard qu'il raffole des bains de soleil et ne descend pas sous la ligne des arbres quand il quitte les hauteurs montagneuses. J'en déduis, qu'un jour, une corneille est allée par là, vers les hauteurs et s'est croisée avec un chocard. J'avais devant mes yeux une descendante de ce probable croisement. Pourquoi pas ?

Le chant du chocard est plus beau que le cri des corbeaux des autres espèces. En coulissant un peu sur le site, vous trouvez la rubrique des sons et chants d'oiseaux.

"Ils se reposent dans des cavités et dans des crevasses, les non-nicheurs formant d'importants dortoirs communs."  

 

 

La défense des oiseaux :

https://laterredabord.fr/?p=17492

 

 

 

00:57 Publié dans Note, prière | Lien permanent | Commentaires (0)

23/05/2019

Vu hier soir la jeune médium puis Lana Turner puis des femmes iraniennes

Hier soir j'ai vu un film sur Arte. Une jeune médium voit notamment un ectoplasme et résiste à la crise cardiaque malgré une déformation légère d'une oreillette. L'effet est savamment reproduit, scientifiquement "manigancé" devant les caméras. La médium en question veut recevoir un signe de son frère mort cinq mois plus tôt. Mais quand signes il y a, cela se traduit par des bruits insistants et assez brutaux, poltergeist hostiles de ce fait et la jeune femme en conclut que ce n'est pas son frère. La fin du film ne dit pas si elle va être libérée de ces choses très lourdes. Mieux vaut une apparition de Marie. Si je dois choisir, je prends sans hésiter la deuxième option, tellement plus rassurante.

Mais pour notre médium il y a de quoi avoir peur de la solitude, étant donné que chaque fois qu'elle se trouve seule, se pointe un esprit tourmenté avec qui finalement il est impossible de communiquer, hors les inconvénients des robinets qui s'ouvrent d'un coup au risque de produire une inondation.

Ensuite, j'ai regardé un documentaire de Frédéric Mitterand sur le parcours de vie de Lana Turner. On parle toujours de Marilyn, qui ne tint pas le coup  (car c'est un peu comme un défi à relever aussi dur que celui de médium, le vedettariat), et Lana est assez oubliée. Elle a eu la chance d'avoir une fille et une mère avec lesquelles c'était "je te reçois 5 sur 5". Les trois étaient fusionnelles. C'était beau à voir, comme un cadeau dont on peut ressentir les bonnes ondes. 

 

Et puis ce matin, j'ai vu un documentaire sur l'Iran. Où les femmes filmées avaient aussi une joie de vivre communicative. Elles ont envie de retourner au pays, pour certaines car c'est mieux pour leurs enfants dit l'une : " L'Europe peut leur offrir beaucoup, mais ici, ils se forgent une identité".

L'universalisme à tout crin n'est peut-être pas une bonne chose. Les gens ont besoin d'un entre soi pour se retrouver dans certaines particularités qui définissent des choses importantes pour eux, certains besoins de recentrage passent par là. Particularités qui font partie de l'intime en somme. Intime dont on a besoin pour se nicher correctement quelque part. Je comprends. Je retiens de ces femmes iraniennes du documentaire leur joie de vivre. 

 

 La joie de vivre commence par un bain de soleil, voilà le secret. 

 

Un bain de soleil, ou :

 

 

Et enfin, après le petit coup d'électricité au cerveau via la chanson précédente, ces paroles talisman :

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

 

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Comme le Père m’a aimé,
moi aussi je vous ai aimés.
Demeurez dans mon amour.
Si vous gardez mes commandements,
vous demeurerez dans mon amour,
comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père,
et je demeure dans son amour.
Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous,
et que votre joie soit parfaite. »

 

 

08:37 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

14/05/2019

Le cheminement vers la non souffrance sacrificielle des animaux et des humains

 

Je me souviens d'une parole de Jésus disant qu'il se trouve notamment dans le mendiant, ou toute personne souffrante, or Jésus durant sa vie terrestre était bien portant, doublé d'un guérisseur.

Si le mendiant en appelle à quelque chose en nous qui est le contraire de l'égoïsme,  depuis le temps on aurait dû faire bien plus que tendre la main au mendiant. Plus personne ne devrait avoir à mendier du fait de l'évolution de l'humanité  dans le bon sens.

 

Les animaux sont encore maltraités, peut-être plus qu'avant, il ne faut donc pas s'étonner qu'il y ait encore des gens sans toit, qui mangent mal etc. La maltraitance des animaux que l'on appelle de boucherie, dénote une mentalité qui permet l'émergence d'une grande pauvreté chez les hommes aussi : ceux qui paient pour les autres.

 

Pour ma part, je mange encore de la viande blanche et du poisson, en petite quantité...j'alterne avec des protéines végétales présentées sous forme "d'escalope végétale" ou "steak végétal". J'aimerais me passer totalement de viande blanche et de poisson, arriver à diminuer jusque plus du tout.

 

On sait que Jésus aidait les pêcheurs à avoir une pêche abondante. S'adaptait-il à l'état d'esprit des hommes de son époque et de son environnement, sachant qu'il n'aurait eu aucune chance de faire bouger les choses s'il s'était interdit le poisson dans le contexte où il se trouvait.

Pour les gens qui vivent dans des régions très froides, seule la consommation de poisson pouvait leur permettre de survivre. Mais ils pêchaient selon leurs besoins et non pour alimenter un commerce gigantesque qui éradique le poisson des mers. 

 

France Culture aborde le problème de la consommation de viande avec une série thématique qui s'intitule Les paradoxes de la viande :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/series/les-paradoxes-de-la-viande

 

 

 

 

 

 

 

07:33 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)