Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2017

Lu et écouté ce jour ♣♣♣ Lettre ouverte à un paysan, écrite par La Chouette

 Lu ce matin un texte de Loup Francart sur son blog Regards sur une vis sans fin. Et puis la musique qu'il propose est aussi intéressante,  même plus, émouvante :

 

http://regardssurunevissansfin.hautetfort.com/

 

                                                  ♣♣♣

 

Ce matin, je me propose de faire écho à la Chouette, pseudo d'une journaliste qui écrit dans le journal gratuit  L'écolomag :

 

 

         Lettre ouverte à un paysan  

 

 

Comment te dire ? Oui, te dire des trucs que tu vas pas aimer. Je sais  que tu ne gagnes en moyenne que 400 euros par mois et que tu bosses comme un calu. Je sais que tu transpires dès que le facteur t'apporte un courrier du Crédit Agricole.  Je sais que les grandes surfaces te sucent la moelle mieux qu'un seigneur du Moyen Age au temps du servage. Je sais même qu'en France, un paysan se flingue tous les deux jours. Je sais qu'au milieu de tous tes ennuis, la valse-hésitation de la Commission européenne  sur le glyphosate est pain béni. Toujours ça de gagné !  Un peu d'air.  Tu es en apnée depuis si longtemps ! En plus, tu ne sais vraiment pas comment le remplacer ton damné herbicide. Il faut produire !

 

Et pourtant, je dois te dire que cette histoire de glyphosate nous cause souci.

 

Aujourd'hui nous savons que ces désherbants sont du poison, c'est périlleux, cancérigène et tout le toutim. Pourtant, tu t'en sers depuis 40 ans. Tu fais gaffe, tu lis la notice et tous tes voisins en ont, à part cet allumé dans le canton qui fait du bio. En plus, l'allumé, tu lui parles plus vu qu'il te fait la misère au moment de la chasse, et qu'il raconte à qui veut l'entendre que son métier c'est de nourrir les gens, pas de les empoisonner. Pourtant, tu fais tout bien, tu respectes la loi. Et puis, c'est pas des "bobos" qui vont t'apprendre la vie et payer tes factures. Toi aussi, c'est ton métier de nourrir les gens, pas de les empoisonner.

 

Mais je vais te dire un truc, ami paysan, avec tout le respect que je te dois. Aujourd'hui, tu sais pour le Roundup ! Tu sais que tous ces produits, ça fait du mal, et ça, ce n'est pas ton métier !   Je ne connais pas la solution à ton problème, copain. Je sais simplement que c'est pas toi le méchant, mais que tu dois changer des pratiques dans ton travail. En plus, personne ne t'aide. Pas facile !

 

Écoute, demande à ton voisin, l'allumé qui fait du bio, comment il s'en sort. Et puis, tranquille, à la fraîche, fais-toi une opinion et fonce. Tu vas t'en sortir... Tu vas nous en sortir, mon pote ! Je crois que tu es même un des seuls à pouvoir le faire.

 

                                                                                    Naturellement vôtre,

                                                                                                   La Chouette

 

 

 Comment : j'ai trouvé ce journal gratis L'écolomag, à la caisse d'un magasin bio que je ne fréquente qu'une fois par semaine. Il faudrait que le bio soit à la portée de toutes les bourses pour y aller plus souvent. Mais le journal est gratis lui, en plus d'être hyper intéressant... il apprend beaucoup de choses. Merci à la journaliste La Chouette. 

 

Et ensuite, j'ai vu les photos du blog de Raymond Alcovère : chouettes !

 

http://raymondalcovere.hautetfort.com/

 

 

 

09:08 Publié dans Blog Mémo | Lien permanent | Commentaires (0)

19/08/2017

Le bruant jaune ♣♣♣ Gaufrettes

 

 

 

 

 

"bruant jaune0001.jpg

 

https://zoom.disneynature.fr/animaux/oiseau/le-chant-perd...

 

 

♣♣♣

 

 

Gaufrettes

 

 

But I swore that I would never...

 

hurt another human as long as I lived.

 

 

09/06/2017

Le respect ou rien ♣♣♣ La Bruyère ♣♣♣ Non à la mine d'or industrielle

 

"As long as we relate to the trees, the rivers, the mountains, the fields and the oceans as properties which we can manipulate according to our real or fabricated needs, nature remains opaque, and does not reveal to us its true being."



~ Henri Nouwen

 

Ma traduction :

Tant que nous traitons les arbres, les rivières, les montagnes, les champs et les océans comme des propriétés dont nous pouvons faire usage selon nos besoins réels ou fabriqués, la nature restera opaque, et ne révèlera pas sa véritable essence (NP : son véritable être)

 

J'ai le projet de lire également Henri Nouwen.

 

Trouvé cette pensée dans le Daily Ray ce jour.

 

♣♣♣

 

330px-Jean_de_La_Bruyère.jpg

 

 

« A quelques uns l’arrogance tient lieu de grandeur, l’inhumanité de fermeté, et la fourberie d’esprit. » La Bruyère

 

Mes terres saintes :

 

http://mesterressaintes.hautetfort.com/

 

♣♣♣

 

Non à la mine d'or industrielle en Guyane :

 

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1084/president-m...