Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2018

Le site botanique bilingue

La traduction en français par le site se trouve sous le texte en anglais  (site dont les auteurs sont du Québec et donc parlent bien l'anglais). Cadeau le Net ! stimulation assurée  des  neurones émoustillés. 

 

 

 

"These plants had their heyday back in the times of the dinosaurs, some 150 million years ago. Although they resemble palm trees, they are actually related to conifers, in that they produce cones where the sexual cells form. The plants are either male or female, so it takes one plant of each sex to produce viable seeds. This is a problem for the many cycads on the Red List of endangered species (IUCN). Their popularity with collectors and landscape gardeners, in particular, has caused their populations to decline.

Cycads comprise three plant families and include the genera Cycas, Zamia, Encephalartos and Dioon, all of which can be seen in the Hacienda and Arid Regions Greenhouse.

Where and when

Arid Regions Greenhouse, Hacienda: year round.

Based on articles by Céline Arseneault and by Denis Barabé published in Quatre-Temps magazine."

 

 

"Ces végétaux ont atteint leur apogée à l'époque des dinosaures, il y a environ 150 millions d'années. Malgré leur ressemblance avec les palmiers, ils s'apparentent plutôt aux conifères. Comme eux, les cycadées produisent des cônes où se forment les cellules sexuelles. Les plantes sont de sexe mâle ou femelle. Il faut donc un plant de chaque sexe pour obtenir des graines viables.

Ceci pose problème pour les nombreuses cycadées figurant sur la Liste rouge des espèces menacées (UICN). La destruction des habitats naturels conjugée à la convoitise des collectionneurs et des paysagistes a considérablement réduit leurs populations.

Les cycadées regroupent trois familles de plantes auxquelles appartiennent, entre autres, les genres Cycas, Zamia, Encephalartos et Dioon, présents dans l’Hacienda et la serre des Régions arides.

Où et quand la voir

Serre des régions arides, Hacienda : toute l'année.

Les textes proviennent d'articles de Céline Arseneault et Denis Barabé parus dans la revue Quatre-Temps."

 

Tant qu'à faire je mémorise en français et en anglais pour la journée tout au moins.  Bel exercice pour se la muscler cette mémoire. Lien du site :

 

http://espacepourlavie.ca/en/botanical-garden-collections/cycads

25/08/2017

Les cinq gaufrettes ♣♣♣ austérité aux alentours de Bruxelles ! ♣♣♣ espèce de petite joubarde ♣♣♣ Hennissement roulant et prolongé du bécasseau variable

 Gaufrettes remises dans l'ordre pour réviser la grammaire que l'on ne révise jamais assez.

 

For a year now we have had

 

this piece of legislation

 

and this is the first time

 

it has been debated

 

in this chamber.

 

♣♣♣

 

Cela se passe en Belgique. Où il serait question  d'euthanasier des personnes en psychiatrie, qui le demanderaient. Pour la simple raison parfois d'un manque de perspective ai-je lu. Les temps  sont durs !  D'aucuns considèrent (me semble-t-il) que ceux qui n'ont pas accès à ce qui est vital pour le bien vivre, autant qu'ils meurent si on les a suffisamment désespérés.

D'abord, qu'est-ce que la vie idéale  selon eux ?  Et pourquoi ne pas plutôt redonner de l'espoir aux désespérés, au lieu de leur administrer la mort ? (consentie selon moi et pas vraiment demandée par eux)  Nos politiques actuels seraient-ils sous des apparences de raffinement d'affreux bourrins en réalité ? Je m'excuse auprès des chevaux et retire le mot bourrin,  les animaux paient en effet cher  le fait que l'on ne veuille jamais assumer complètement que c'est de l'homme dont il s'agit et non pas du cheval en ce cas-ci, qui n'y peut rien. (j'apprécie aussi la chic expression "qui n'en peut mais...")

 

Sur l'euthanasie, ici :

http://belgicatho.hautetfort.com/

 

♣♣♣

De l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert :

 

TRIQUE - MADAME, s. f. (Botan.) nom vulgaire du sedum minùs luteum, folio acuto, de C. B. & de Tournefort. C'est une espèce de petite joubarbe, qui pousse des tiges tendres, rampantes, revêtues de beaucoup de feuilles épaisses, oblongues, grasses, pointues, bleuâtres, ou rougeâtres, remplies de suc; ses fleurs sont à plusieurs pétales disposées en rose, au sommet des branches, de couleur jaune: il leur succede un petit fruit composé de cinq graines. On cultive cette plante dans les jardins, parce qu'on en mêle dans les salades; mais elle croît naturellement sur les murailles, & ailleurs. (D. J.)

 

 

Ce que j'ai lu sur Sedum album ou Trique-madame  dans un de mes livres de botanique personnels, achetés à une braderie de Toulouse (le magasin bradait des livres). Le texte est de Jiri Felix (accent spécial sur le "r" et le "i" de Jiri, que mon clavier ne possède pas), et de Jan Triska (idem pour les accents) :

 

La trique-madame est une petite herbe vivace qui forme des touffes lâches ne dépassant guère 10 cm de hauteur. Elle a deux espèces de tiges : les unes sont stériles et bien feuillées, les autres florifères, plus longues, ascendantes, aux feuilles moins serrées.

 

les feuilles, convexes, allongées, sessiles, cylindriques, s'appliquent conte la tige par une base en éperon, puis s'en écartent latéralement. Elles sont parfois lavées de rouge;

 

Les fleurs sont blanches, parfois rosées, pédonculées, à anthères rouges. Elles sont groupées en cymes denses. Le fruit est un follicule cylindrique.

 

La floraison a lieu de juin jusqu'à l'automne, sur les rochers et les terrasses pierreuses, les pâtures sèches, souvent sur les vieux murs. C'est une plante des régions chaudes, qui étend son aire de la plaine jusqu'à la zone des plateaux, jusqu'à 1500 m dans les alpes, de l'Europe au sud de la Suède, en Angleterre, en Afrique du Nord. On en voit dans les Alpes une forme luxuriante particulièrement décorative, apte à être cultivée dans les jardins de rocailles. 

Editions  Gründ  

 

 

 

♣♣♣

 

Pour écouter le bécasseau variable :

 

http://www.oiseaux.net/oiseaux/becasseau.variable.html

 

Restons dans les ondes sonores avec cette musique, qui est proposée aux plantes dans ce documentaire intitulé "L'esprit des plantes". Le scientifique me fait rire  de bon cœur quand il dit naïvement (du moins il me semble) grosso modo : "cela pose problème aux scientifiques parce qu'on ne sait pas comment ça marche ni à quoi ça sert" ... en effet ce scientifique voit les plantes réagir à la musique, aux ondes sonores (du moment qu'elles ne sont pas électroniques)... et les gens disent alors que les plantes dansent. Le documentaire sur L'esprit ds Plantes, ici :

 

 

 

 

 

 

 

 

18/08/2017

Victoria amazonica ♣♣♣ Tableaux du jour ♣♣♣ le chant du hoche-queue ou du pipit farlouse

 À propos du nénuphar géant :

 

Le petit scarabée et la fleur de nénuphar

 

 

Un petit scarabée,

Cyclocephala hardyi,

réalise la  pollinisation et il y reste

pendant toute la floraison,

profitant non seulement du nectar,

mais également de la chaleur fournie par la plante.

 

 

Wikipédia, Histoire du petit scarabée

 

Et il y a aussi le héron cendré qui profite de l'aubaine, photographie dans Wikipédia,  où on le voit dans le moule à tarte que  forme la feuille. Ingéniosité de la plante chaufferette.

 

Et c'est une autre histoire encore concernant la sexualité du nénuphar géant, qui évoque celle de certains humains  pouvant aussi avoir des phases ou être complexe du moins apparemment ...  Extrait :

 

"L'hermaphrodisme successif (ou séquentiel) est une forme d'hermaphrodisme correspondant à une acquisition des caractères sexuels mâles et femelles différée dans le temps. Il se retrouve aussi bien chez les animaux que chez les plantes, mais pour ces dernières on préférera le terme dichogamie."

Ici :

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Victoria_amazonica

 

 

 

♣♣♣

 

 

P1010021.JPG

 

P1010026.JPG

 

P1010029.JPG

 

P1010033.JPG

 

P1010036.JPG

 

 

♣♣♣

 

"L'origine de son nom (pipi ou pipit ou pitpit) provient de son cri alors que le mot farlouse est d'origine inconnue mais déjà employé par Belon en 1555. La traduction étymologique du nom scientifique est hoche-queue (Anthus) naît dans les prés(pratensis)"

 

La pluie a du bon, Terre mouillée, terre féconde, la pluie rafraîchit les racines qui boivent goulument ; les plantes après avoir baissé les bras pour certaines d'entre elles, relèvent la tête... mais les oiseaux trouvent que le ciel exagère, ils se taisent, se rencognent on ne sait où et j'aimerais les entendre pousser leurs chants de victoire comme ce printemps. Ici j'ai pu écouter le chant du pipit des prés, ami de l'espace comme tout oiseau. Le cri du pipit est enregistré sur ce site :

http://www.oiseaux.net/oiseaux/pipit.farlouse.html

 

Et on peut l'admirer et l'écouter encore, ici  :