Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2017

Tout en haut du terril d'Hallicourt ♣♣♣ la phrase ♣♣♣ Poussières d'étoiles

 

Hier à la faveur d'une visite de Véronique, personne qui habite depuis trente années dans le Var,  je suis allée monter en haut d'un terril. Le dernier escalier était monumental du point de vue des marches à gravir, j'ai pensé en découvrant ce dernier escalier que ce ne serait pas raisonnable de ma part d'aller jusqu'en haut et j'ai fait une pause.  "Je tambourine un peu,  disait mon cœur mais je me calme déjà... tu peux repartir, je vais tenir le coup."  Je respirais profondément.  J'ai touché avec la pulpe de mon pouce le point du cœur qui se trouve à trois travers de doigt à partir de la ligne du poignet, attendant un peu là. Un grand-père accompagné de son petit fils redescendait, arrivé à mon niveau l'homme m'a dit : "La personne en haut du terril vous conseille de ne pas monter les dernières marches...."  Mais il a ajouté que d'après lui, grâce à cette  pause récupération, je monterais ces dernières marches.  Le terril d'Haillicourt n'est pas le plus haut. De ce terril, une fois arrivée au belvédère, au sommet de mon Himalaya,  j'ai pu voir celui où a été planté de la vigne.

 

Des hommes en descendant très profond dans la terre pour recueillir du charbon ont fini par faire en même temps ces monts qui ressemblent à des  pyramides d'Égypte au loin, en plus haut ;  on voit que ces monts viennent des hommes et non pas d'un phénomène géologique naturel. La nature les a intégrés...  mais ils gardent encore une dégaine de monuments,   monuments par voie de conséquence d'une certaine activité, sans architecture réfléchie... ce sont d'humbles et grandioses  grands tas qui ont pris ces allures impressionnantes à force d'accumulation de déchets, et ces monts se sont mis à vivre leur vie dans la nature.... on dit que certains parmi  eux "sont méchants" parce qu'ils bougeraient si mes souvenirs sont bons ;  en tout cas  ils font partie intégrante de la planète et, en tant que tels, elle les accueille et toute cette matière-déchet à la base vit  un autre cycle. Pour la nature, c'est une matière potentiellement précieuse.

 

Se pose la question de l'éthique qui  dérange toujours quand on voudrait juste admirer des phénomènes dans un paysage ;  comme pour les pyramides en fait, qui furent construites par des esclaves quant à elles. Les terrils venant du travail des mines comme chacun sait, où des hommes, en grand nombre s'y sont abîmé les poumons et autres organes.

 

Pas loin dans cette région avec son dix-neuvième et vingtième siècle minier, une multitude de noms gravés sur des panneaux à Notre dame de Lorette, de personnes tombées à la guerre 14-18.  Ces victimes, quel qu'ait été leur choix (car il y a ceux qui y sont allés la fleur au fusil, du moins au début, et les autres) ,   n'ont pas attendu passivement que la mort vienne les faucher... les heures  étaient parfois passives (au lieu de paisibles comme on aurait aimé,  ou guerrières comme il le fallait par la force des choses) ...   et même dans la passivité  de ces heures-là,   d'attente dans les tranchées, ils avaient à regarder la mort en face... et la mort c'était cette conscience de la présence de l'ennemi avec sa volonté d'anéantir s'il ne voulait pas l'être lui-même...  les victimes en temps de guerre étant aussi de potentiels bourreaux. En face était l'ennemi et parfois aussi dans son propre camp puisque ceux qui faisaient  le choix de s'en aller ailleurs voir s'ils y étaient... subissaient un triste sort souvent.

 

La condition humaine...

humain sous condition

sous toutes conditions

ou

condition pour assurément être humain....  ?

 

La compassion est nécessaire pour améliorer la condition humaine, on s'en rend compte à lire  ces milliers de noms à Notre dame de Lorette,  à considérer l'ombre et la lumière des terrils. Et il y a bien d'autres exemples tout aussi poignants.

 

                                            ♣♣♣

 

Il s'étonnait de rencontrer ainsi de la sympathie là où il en eût le moins espéré.

 

 

 page 276 du livre Maigret entre en scène, dans la nouvelle intitulée La femme rousse

 

Comment : "rencontrer de la sympathie" est mieux à mon sens que de dire de quelqu'un qu'il est sympathique. Rencontrer de la sympathie suppose autre chose, un mouvement, une parole. Tandis "qu'être sympathique" ne veut pas dire grand-chose hormis que la tête de quelqu'un vous revient.  Simenon sent ce genre de chose. J'aime bien sa plume.

 

                                           ♣♣♣

 

La vie a commencé sur la Terre il y bien longtemps après que des micro-organismes se sont accrochés à la surface de roches spatiales et il y a une théorie selon laquelle la vie existe à travers le cosmos, dispatchée entre  planètes,  étoiles et même galaxies grâce à des astéroïdes, des comètes, des météores et des planétoïdes.

 

C'est ici, en anglais :

 

https://www.universetoday.com/137954/galactic-panspermia-...

14/11/2017

Sweet child in time ♣♣♣ les mouvements du jour

deeppurple (5).jpg

 

 

 

 

 

Dessin réalisé ce jour à partir du Vocable datant de fin avril 2015. La photo n'est pas grande, et j'ai dessiné à partir d'elle en m'aidant d'une loupe. La prochaine fois je scanerai la photo et l'agrandirai pour plus de ressemblance avec le modèle, qui est de type indien. J'ai déjà fait un dessin à partir de cette photo et j'avais obtenu le presque portrait de Sam. J'aurais pu colorer un peu la figure mais parfois la couleur et moi ne sommes pas en bon termes dans le dessin. Donc c'est noir-blanc-gris ce jour. Nous essaierons la couleur une prochaine fois.

 

J'avais remarqué le contraste à l'époque entre la poésie de la photo et le commentaire terre à terre du journaliste qui expliquait pourquoi il ne fallait pas donner de pain aux canards. Mais la syntaxe du petit texte était riche grammaticalement, propre à faire progresser en anglais,  du coup, le propos avait passé, concentrée que j'étais sur la syntaxe.

 

Cette fois je la concentre sur la poésie de la photo que je scanerai et mettrai en ligne demain sur ce blog, avec le commentaire journalistique pour les amoureux de la langue anglaise.

 

Pour l'heure, je signale ici ce que la photo évoque pour moi, comme le dessin que j'en ai fait :  la chanson "Sweet child in time" où il est dit à un moment donné : "tu ferais mieux de fermer les yeux."

Toujours le climat de violence en toile de fond.

 

La chanson de ce fait sous le dessin. Comme un commentaire différent.... mais toujours en anglais.

 

♣♣♣

 

Avant de faire les bonnes expériences ce jour, j'ai fait la mauvaise la nuit précédente : un cauchemar d'autant plus cauchemardesque que c'était moi la   mauvaise personne, carrément infecte il faut bien le dire. Rapport à un caractère dit "de cochon" et cela est un euphémisme sauf pour les cochons encore une fois pris à parti, caractère qui m'entraîna vers une crise de nerfs, alors qu'en fait je dormais. Je me voyais donc piquer cette crise de merde, ressentant une colère inextinguible contre une personne de ma génération que je finis par frapper en quelque sorte car je lui serrais les joues dans le but de les pincer fortement, le plus désagréablement possible... comme pour me calmer les nerfs. Honte à moi, mais je rappelle que je n'avais aucune prise sur moi étant donné que je rêvais.

La bonne expérience c'est la séance de dessin du matin, parce que le dessin c'est de l'ancrage pour moi. Et puis la musique m'a fait du bien aussi, avec l'écoute de Sweet child in time, et enfin ce furent  les mouvements du jour. Il fallait que je fasse certains mouvements que je connais mais intégrés savamment dans le bon ordre. J'ai d'abord fait ceux des huit pièces de brocart, qui m'ont fait grand bien, puis mon corps en a demandé d'autres, j'ai alors  commencé la séance de qi gong for beginners où se trouvent des mouvements que je recherchais (ceux des bras qu'on tourne en faisant légèrement tourner la tête) je connais la séance et je savais qu'elle ne comportait pas par contre un autre mouvement que j'avais besoin également d'intégrer ce jour dans ma gym... et que je le trouverais dans une autre séance de cette même professeur... alors, arrivée, au moment où l'on fait la "Wuji posture", j'ai interrompu là et m'en suis allée faire intégralement cette fois-ci la séance intitulée "for brain optimization", pour y trouver entre autre le mouvement du "chien qui secoue la queue", dont ma colonne vertébrale avait un  besoin express mais à exécuter au bon moment, d'autres comme les mouvements qui nettoient le cœur furent très appréciés de  ma personne  vénérable qui était pourtant partie en vrille lors d'un rêve....

 

Voilà comment se porter secours en toute dignité et avec plaisir. Voici le lien pour un nettoyage en profondeur de l'intérieur...  dans ces séances, à la fin, on embrasse l'arbre avant de faire le bambou... cela fait du bien !

 

Ici :

https://www.youtube.com/watch?v=EzIpx6-WX4M

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J

13/11/2017

Note supprimée

 

Il m'arrive de supprimer des notes ces temps-ci. La dernière en ligne de ce matin par  exemple. Non pas que je n'assume plus le propos mais  Vanité de vanité tout est vanité, celle-là en contenait une certaine dose peut-être... donc j'ai trouvé vain d'assumer ce propos, autant ne plus l'assumer alors, d'une certaine façon,  non pas par manque d'audace mais juste parce que celle-ci était vaine ;  et puis cette note tombait le jour de la commémoration du Bataclan et on aurait pu la croire connotée.  Il ne s'agit pas ici de me justifier, je clarifie les choses, simplement.

 

Les dessins retrouvés en faisant du rangement, ils datent de 2011, je les ai passés à différents filtres que propose mon petit ordi génial  :

 

lavilliers (2).jpg

 

lavilliers (3).jpg

 

lavilliers (4).jpg

 

lavilliers (5).jpg

 

lavilliers (6).jpg

 

lavilliers (7).jpg

lavilliers (8).jpg

 

On dirait Bernard Lavilliers, non ?

 

lavilliers (9).jpg

 

lavilliers (13).jpg

 

lavilliers (14).jpg

 

 Un homme ayant peur dans la pénombre. On dirait Dany Boon moins le sourire parce qu'on a éteint la lumière d'un coup. Non ?

 

 

 

 

 

 

15:17 Publié dans Dessin, Dessin | Lien permanent | Commentaires (0)