Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2018

Dessins spontanés

 

brigittefontaine (7).jpg

À partir d'une photo vue dans le dernier numéro de Télérama, où les jeunes journalistes de ce journal aiment beaucoup Brigitte Fontaine. Elle porte une sorte de cagoule-combinaison.

 

papapoule (3).jpg

Toujours à partir d'une photo vue dans le dernier numéro etc. j'ai intitulé le dessin : "Papa Poule couvé par sa fille."

 

chefdorchestre (5).jpg

 

Ces dessins sont réalisés en quelques secondes, c'est pourquoi je les qualifie de "spontanés". Je garde ceux qui me plaisent au final. Même si celui-ci porte un trait qui se balade parce qu'il n'est pas gommable : c'est fait au stylo Bic. Par contre ensuite, je m'amuse à passer à différents filtres pour adoucir la lumière. Celui-ci aussi est fait à partir d'une photo vue ds une revue... alors que je la feuillette sur le canapé, quelques feuilles et mon stylo à portée de main mardi soir. C'est très relaxant !

 

 

10:59 Publié dans Dessin | Lien permanent | Commentaires (0)

16/05/2018

L'éducation sentimentale en musique ♣♣♣ Le jour de la saint Honoré ♣♣♣ Claudio Montale ♣♣♣ Les exercices

 

 

 

dessin fait il y a trois jours ou un peu plus :

beauvisage (2).jpg

 

                                                      ♣♣♣

 

Lu dans Hozana ce jour :

 

"Saint Honoré (VIème siècle)

 

Évêque d'Amiens, sans doute, il fut honoré au XIe siècle tant et si bien que sa renommée s'étendit à Paris où des picards émigrés lui construisirent une église. La rue Saint Honoré et le faubourg Saint Honoré l'ont rendu célèbre dans le monde entier, tout autant que la pâtisserie qui porte ce nom. Pour le reste, il nous est difficile de dire ce que sont les hautes qualités qui lui valurent un tel culte.

 

Petite anecdote : Quand ce jeune homme dissipé annonça à sa nourrice qu'il voulait devenir prêtre, elle était en train de faire cuire son pain. "Et quand ma pelle aura des feuilles, tu seras évêque !" se moqua la brave femme. Sous ses yeux ébahis, la pelle se mit à reverdir. En souvenir de ce miracle, en 1202, un boulanger parisien offrit 9 arpents de terre pour construire une chapelle à saint Honoré qui devint ainsi le saint patron des boulangers.

 

Prière

 

Prions pour les enfants dont les rêves ne sont pas pris au sérieux et refoulés. Qu'ils trouvent des personnes compréhensives et désireuses de les aider à s'accomplir."

 

                                                 ♣♣♣

La prière de Claudio lue dans Jubilate ce jour :

 

"Claudio Montale

 

Seigneur mon Dieu, apprends-moi à regarder tout être avec les yeux de Marie et de Joseph posés sur l’Enfant Jésus, débordant de bonté et de reconnaissance. A leur exemple, aide-moi à ne rien désirer d’autre que Toi-même, et qu’en mon âme Ton Fils Lui-même Te loue, T’adore et Te glorifie, puisque je suis incapable, par mon humaine nature, de discerner ce Mystère de l’Amour Divin, transcendant toute connaissance et tout bien.

 

Claudio Montale, Auprès de Marie et Joseph (prier.be)"

 

♣♣♣

 

Une des séances du jour :

 

https://youtu.be/nZ9qM6G6l6g

 

Et cette autre pour souffler avec le vent tout en continuant de gratifier ma colonne vertébrale de papouilles célestes :

 

https://youtu.be/3APBv1zcowM

 

 

Découvert ce jour, cette vidéo pour réviser son anglais tout en prévenant ou soignant les maux de genoux. j'ai parfois juste une légère douleur aux genoux  plus que supportable, donc pour moi, ce sera surtout de la prévention. C'est l'occasion de signaler, que lors des exercices de qi gong proposés, je ne plie jamais les genoux aussi fort que les professeurs qui ont une souplesse exceptionnelle et peuvent se le permettre ; ces professeurs recommandent toujours à un moment ou un autre de ne pas forcer, de s'adapter à son niveau de souplesse. Séance pour les genoux, ici :

 

https://youtu.be/VrSGBwQGuMQ

 

 

 

 

01/03/2018

Podcast. Thème : la relecture du passé ♣♣♣ Aperçu de l'histoire à travers la vie d'un saint ♣♣♣ Un poème de Loup Francar t♣♣♣ psaume et commentaire

amenoui_LI.jpg

 

C'est sur RCF, une radio qui émet à partir de Lille.

 Ici :

 

https://rcf.fr/spiritualite/vie-interieure/le-sens-spirit...

 

en écoutant cette émission  j'ai pris quelques notes et laissé courir mon crayon :

 

amen (7)_LI.jpg

amen (4).jpg

 

♣♣♣

 

Lu sur le site Hozana  :

 

"Saint Aubin d'Angers (468- 550)

 

Évêque et confesseur. Originaire de Bretagne, il fut d'abord abbé de Nantilly, près de Saumur. Il devint évêque d'Angers dont il est le patron céleste. Rayonnant de charité dans un monde barbare et cruel, il fut l'un des principaux promoteurs du troisième Concile d'Orléans, qui réforma l'Église franque avec une grande fermeté.

Il sut se dresser devant l'injustice pour adoucir le sort des prisonniers et des malheureux. Il sut imposer le respect du mariage aux grands seigneurs qui, à l'époque mérovingienne, n'hésitaient pas à épouser leur sœur ou leur fille. Beaucoup d'évêques se taisaient par crainte. Il protesta et obtint gain de cause au Concile d'Orléans.

 

Prière

 

Prions pour ceux qui luttent contre les injustices qu'ils soient guidés par le Seigneur tout au long de leur combat.

 

Autres saints du jour

 

Sainte Antonine, martyre

Saint Léon Luc, abbé

Sainte Jeanne Bonomo, mystique"

 

                                               ♣♣♣

 

Lu sur le blog de Loup Francart :

 

"Ne te fais pas prendre ta vie, ma fille
Ne te laisse pas enjôler par les courants d’air
Par un regard subtil ou l’attrait du rêve
Traverse au large sur le trait pâle et vertueux
De l’insensible qui court en flèche, éperdu
D’étirement et d’enroulement sur lui-même



Seules celles éprouvant le feu intérieur
Qui entraîne l’être au-delà du néant
Et qui donne au visage l’étincelle vitale
Sont les vestales ignorées des égarés
Elles contemplent la foule immense et béate
D’un œil expert. Alors elles pleurent, en solitaires 



Poursuis encore, seule, ton chemin scabreux
Dédaigne les temples d’une douceur douteuse
Enjambe l’ombre des vertiges attirants
Et daigne offrir ton corps d’espérance
A la face lunaire des nuits sans sommeil
Qui portent en elles-mêmes leur accomplissement



Enfin, ne laisse pas disperser par les chants
De ceux qui n’ont que leur solitude à mettre
Aux côtés du chœur envié des déracinés
Pleine de toi-même et de désir de vivre
Ouvre-toi à ce long chemin dépouillé
Qui part devant toi jusqu’à la ligne

 



L’étincelle de ta rencontre avec la droiture
Qui se courbe dans l’espace vivifiant
Et qui se déroule dans le temps des amours
Te procurera l’apaisante délivrance
Tu te retourneras et admireras cette tangente
Qui te mène à toi-même en pleine conscience"

 

                  ♣♣♣

 

Première lecture

 

« Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel. Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur » (Jr 17, 5-10)

 

Lecture du livre du prophète Jérémie

 

 

Ainsi parle le Seigneur :
Maudit soit l’homme
qui met sa foi dans un mortel,
qui s’appuie sur un être de chair,
tandis que son cœur se détourne du Seigneur.
Il sera comme un buisson sur une terre désolée,
il ne verra pas venir le bonheur.
Il aura pour demeure les lieux arides du désert,
une terre salée, inhabitable.

 

Béni soit l’homme
qui met sa foi dans le Seigneur,
dont le Seigneur est la confiance.
Il sera comme un arbre, planté près des eaux,
qui pousse, vers le courant, ses racines.
Il ne craint pas quand vient la chaleur :
son feuillage reste vert.
L’année de la sécheresse, il est sans inquiétude :
il ne manque pas de porter du fruit.

 

Rien n’est plus faux que le cœur de l’homme,
il est incurable.
Qui peut le connaître ?
Moi, le Seigneur, qui pénètre les cœurs
et qui scrute les reins,
afin de rendre à chacun selon sa conduite,
selon le fruit de ses actes.

 

– Parole du Seigneur.

 

Commentaire : Jérémie misanthrope ? "incurable" : le mot est fort, et cela concerne le cœur de l'homme. Je pense qu'il s'agit de l'ego de l'homme qui lui bouffe le cœur...?  bon, le reste de la lecture de la messe va m'apporter une réponse je pense, où se trouve un commentaire, mis en ligne ci-dessous, celui de Saint Hilaire, bien plus nourri que le mien heureusement. La bible, ça secoue. C'est ici :

 

COMMENTAIRE DE SAINT HILAIRE SUR LE PSAUME 127

 

La vraie crainte de Dieu.



Heureux seront ceux qui craignent le Seigneur, qui marchent sur ses chemins. Toutes les fois que l'on parle de la crainte du Seigneur dans les Écritures, il faut remarquer qu'elle n'est jamais présentée seule, comme si elle suffisait à la perfection de notre foi ; on lui préfère ou on lui substitue une quantité de choses qui font comprendre quelle est la nature et la perfection de cette crainte du Seigneur. Nous connaissons par là ce que dit Salomon dans les Proverbes : Si tu demandes la sagesse, si tu appelles l'intelligence, si tu la cherches comme l'argent et si tu creuses comme un chercheur de trésor, alors tu comprendras la crainte du Seigneur.



Nous voyons ainsi à travers quelles étapes on parvient à la crainte du Seigneur. D'abord, il faut demander la sagesse, consacrer tous ses efforts à comprendre la parole de Dieu, rechercher et approfondir dans la sagesse ; et c'est après que l'on comprendra la crainte du Seigneur. Or, dans l'opinion commune des hommes, on ne comprend pas ainsi la crainte.



La crainte est l'effroi de la faiblesse humaine qui redoute de souffrir des accidents dont elle ne veut pas. Elle naît et elle s'ébranle en nous du fait de la culpabilité de notre conscience, du droit d'un plus puissant, de l'assaut d'un ennemi mieux armé, d'une cause de maladie, de la rencontre d'une bête sauvage, bref la crainte naît de tout ce qui peut nous apporter de la souffrance. Une telle crainte ne s'enseigne donc pas : elle naît naturellement de notre faiblesse. Nous n'apprenons pas quels sont les maux à craindre, mais d'eux-mêmes ces maux nous inspirent de la crainte.



Au contraire, au sujet de la crainte du Seigneur, il est écrit ceci : Venez, mes fils, écoutez-moi : la crainte du Seigneur, je vous l'enseignerai. Il faut donc apprendre la crainte de Dieu, puisqu'elle est enseignée. En effet, elle n'est pas dans la terreur, elle est dans la logique de l'enseignement. Elle ne vient pas du tremblement de la nature, mais de l'observance du précepte ; elle doit commencer par l'activité d'une vie innocente et par la connaissance de la vérité.



Pour nous, la crainte de Dieu est tout entière dans l'amour, et la charité parfaite mène à son achèvement la peur qui est en elle. La fonction propre de notre amour envers lui est de se soumettre aux avertissements, d'obéir aux décisions, de se fier aux promesses. Écoutons donc l'Écriture, qui nous dit : Et maintenant, lsraël, qu'est-ce que le Seigneur te demande ? Sinon que tu craignes le Seigneur ton Dieu, que tu marches sur tous ses chemins, que tu l'aimes et que tu observes, de tout ton cœur et de toute ton âme, les commandements qu'il t'a donnés pour ton bonheur.



Nombreux sont les chemins du Seigneur, bien qu'il soit lui-même le chemin. Mais lorsqu'il parle de lui-même, il se nomme le chemin et il en montre la raison lorsqu'il dit : Personne ne va vers le Père sans passer par moi. Il faut donc interroger beaucoup de chemins et nous devons en fouler beaucoup pour trouver le seul qui soit bon ; c'est-à- dire que nous trouverons l'unique chemin de la vie éternelle en traversant la doctrine de chemins nombreux. Car il y a des chemins dans la Loi, des chemins chez les prophètes, des chemins dans les évangiles, des chemins chez les Apôtres ; il y a aussi des chemins dans toutes les actions qui accomplissent les commandements, et c'est en les prenant que ceux qui marchent dans la crainte de Dieu trouvent le bonheur.