Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2018

Le destin d'un poète, tué en 1918 au sud d'Arras : Isaac Rosenberg ☼☼☼ Lecture suivante

Biographie d'un poète, Isaac Rosenberg ; Lue sur le site Poem a day

 

"Le 25 novembre 1890, à Bristol, en Angleterre, est né Isaac Rosenberg. Son père et sa mère, Dovber et Hacha Davidov Rosenberg, venaient d’arriver de Russie et s’étaient installés dans le ghetto juif de Londres. Dovber (qui a changé son nom en Barnett Rosenberg) a ouvert une boucherie, mais les autorités l'ont rapidement saisie et il a passé le reste de sa vie en colporteur itinérant. Isaac a grandi dans l'extrême pauvreté et a travaillé l'après-midi en tant qu'apprenti graveur. Le soir, cependant, il poursuit des études artistiques et, en 1907, il suit des cours du soir au Birkbeck College. Son talent de peintre lui valut de nombreuses distinctions et lui permit en 1911 de recevoir un parrainage de la Slade School, un important centre de peinture anglaise.

 

À la Slade School, les intérêts de Rosenberg se tournèrent de plus en plus vers la poésie. Il commença à envoyer ses poèmes à des rédacteurs en chef et à des revues. En 1912, il publia à ses propres frais Night and Day. Ce pamphlet de vingt-quatre pages témoigne d'une forte influence romantique, tirée notamment des poèmes de Keats et de Shelley. C'est à cette époque que Rosenberg fait la connaissance d'Edward Marsh, une personnalité du monde de l'art londonien. Marsh encouragea l'écriture de Rosenberg et acheta certaines de ses peintures. il lui présenta également de nombreux écrivains et peintres importants de l'époque, notamment Ezra Pound et T. E. Hulme. Grâce à cette relation, Rosenberg est entré en contact avec l'imagisme et, bien qu'il ne soit pas devenu un imagiste lui-même, il s'est enrichi des techniques de cet art.

 

En 1913, la santé de Rosenberg commença à se détériorer et il passa l’année suivante au Cap, en Afrique du Sud. Il rentre en Angleterre en 1915 et publie à nouveau une brochure contenant les poèmes qu'il a écrits au cours des deux années précédentes. Cette brochure, intitulée Jeunesse, montre l’influence des imagistes et montre également le développement chez Rosenberg d’un style plus personnel et plus mature. N'ayant aucune perspective d'emploi, sur fond de guerre avec l'Allemagne, Rosenberg décida de s'enrôler dans le bataillon Bantam du 12 Suffolk Regiment. Il fut envoyé sur le front occidental en 1916 et ne devait jamais dépasser  le grade de simple soldat.

 

Les poèmes de Rosenberg de cette époque rivalisent avec ceux des plus célèbres «poètes de tranchée» d'Angleterre, dont Wilfred Owen, Robert Graves et Rupert Brooke. Les poèmes de Rosenberg, tels que «Dead Man's Dump» ou le «Break of Day in the anth».

"Les tranchées" sont caractérisées par une subtile combinaison de compassion, de clarté, de stoïcisme et d’ironie.

Le 1er avril 1918, alors qu'il patrouillait la nuit au sud d'Arras, Rosenberg fut tué au combat. Son corps n'a jamais été retrouvé. Ses poèmes ont été rassemblés à titre posthume et publiés à Londres en 1922. En 1979, tous ses travaux ont été rassemblés et publiés dans Les œuvres rassemblées d'Isaac Rosenberg: Poésie, Prose, Lettres, Peinture et Dessins (Oxford University Press)."

 

Lien du site :

https://www.poets.org/poetsorg/poet/isaac-rosenberg

 

                                                    ☼♣☼

 

Lecture suivante :

 

  • "Life is pretty short.Why put off till tomorrow what you can do today?Think of all the things you've ever wanted to do, then think of the excuses you make in order not to do them.For example, have you always wanted to learn to play the guitar?Travel round the world?Or quit your job and start your own business?It's not always easy following your dream, but often the biggest factor preventing us is ourselves.Sometimes you just got to go for it.It's now or never.What you need is a bucket list.L'expression « bucket list » fait référence à la liste de toutes les choses qu'on voudrait faire avant de mourir.All the things you've been putting off till tomorrow, instead of doing them today.They can be split up into five distinct categories.One.Personal.This includes family, friends, passion and personality.Have you always wanted to fall in love, or get married, or have a baby?Or how about something slightly less conventional?Like swimming with dolphins, writing a novel, or overcoming your fear of flying?Well, this is your chance.Add them to your bucket list and promise yourself you'll do them.Number two is skills and learning.This includes going to college, learning to play a musical instrument, getting that online diploma or learning a new language.Number Three is a popular category ... travel.This could include going to another country for the first time, traveling round the world, or just going camping and spending a night under the stars.Now ... let's talk about jobs.What's your dream job?Do you want to be your own boss?Yes, number four is work and money.What are your financial goals?Do you want to retire at 45?Own your own company?Buy a dream home?Number five is perhaps the most difficult and also the easiest ...You know you ought to eat more fruit, exercise regularly, lose weight or stop smoking.But have you?Not yet?Well, put that one at the top of your bucket list.Lifestyle changes aren't easy ... but they're certainly achievable day to day goals.So ... go on!What are you waiting for?The first step is to make your bucket list.The second step is to just ... do it!"
 

 

 

 

 

 

07/11/2018

Une série de questions

 

Le poème est dans ma boîte mail, reçu du site Poem a day/ Un poème par jour. Il est de Jen Hofer, et adressé en priorité à Traci Akemi Kato-Kiriyama.

Questions sur le mot, sur le son, sur le corps, que je vous laisse traduire :

 

 

a love letter to traci akemi kato-kiriyama

 



does a voice have to be auditory to be a voice?



where in the body does hearing take place?



which are the questions that cannot be addressed in language?



which are the questions where promises lodge?



how do we hear what is outside our earshot?



when does distance look like closeness, feel like velvet sunrise cheek to cheek?



what are the objects, ideas, or experiences we drop beneath the more evident surfaces of our lives to the air or water or ground beneath? do we drop them purposefully? are they forgotten?



what word makes the body?



what body defies the word?



which figures, shapes, presences, haunts, methods, media, modes, ephemera, gestures, abandonments, models, anti-models, breaths, harmonics? which soil? which fields?



what does beginning sound like? what body does continuing form? what note does perseverance hum?



is a word a body?



which apertures? which hinges?



where does a body stand without settling?



through which holes does history break into our day?



where in the past does the future excavate?



where in the future does the past propel?



what are the distinctions between proximity and simultaneity?



where does a body resist without refusal?



can borders be exceeded? can borders be disintegrated?



where in the body does hearing take place?



where in the body does loving take place?



how do we make family with someone we do not know?



what do we carry with us and where in the body do we carry it?



might we be permitted a we this evening?



may I hold your hand? to feel your hand as its actual shape, clothed in its papery useful unequivocal skin, bones stacked like tiny branches, the balancing act of a bird, joints unlocking, span from thumb to pinky octaving out toward unfamiliar harmonics?



what space does the body occupy despite everything?



what does despite sound like? what does with sound like?



where does at take place? where does respite take place?

 

Commentaire : Cela creuse la question de la résonance du mot dans le corps lui-même... caisse de résonance. Et de penser à Jésus en résonance avec le malade qui veut guérir. Le mot ou les mots qu'il emploie est-il/sont-ils toujours audible(s), ou reçu(s) en secret parfois ? "En sourdine", en somme. Le muet possèderait le verbe autrement, le sourd physiologiquement parlant, entendrait autrement. Et donc, comprendrait par un autre chemin.

21:51 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

06/11/2018

Le poème qui parle miracle ♣♣♣ Lu ce jour

 

Le poème qui parle miracle :

 

Listen to the Mustn'ts, child,
listen to the Don'ts.
Listen to the Shouldn'ts,
the Impossibles, the Won'ts.
Listen to the Never Haves,
then listen close to me.
Anything can happen, child,
Anything can be.


~ Shel Silverstein

 

Ma traduction :

 

Écoute les "ne doit pas", enfant,

écoute les "ne pas faire"

écoute les "ne devrait pas"

les "impossible",  les "ne voudrait pas"

écoute ceux qui ne se sont jamais laissés avoir,

ensuite écoute tout près de moi.

Tout peut arriver, enfant,

Tout peut être. (NP : dans le sens tout est possible)

 

Lu dans le Daily Ray ce jour.

 

                                                   ♣♣♣

 

Lecture de la lettre aux Hébreux

 

"Frères,

 


    dans l’ancienne Alliance,
un grand nombre de prêtres se sont succédé
parce que la mort les empêchait de rester en fonction.
    Jésus, lui, parce qu’il demeure pour l’éternité,
possède un sacerdoce qui ne passe pas.
    C’est pourquoi il est capable de sauver d’une manière définitive
ceux qui par lui s’avancent vers Dieu,
car il est toujours vivant
pour intercéder en leur faveur.

 

    C’est bien le grand prêtre qu’il nous fallait :
saint, innocent, immaculé ;
séparé maintenant des pécheurs,
il est désormais plus haut que les cieux.
    Il n’a pas besoin, comme les autres grands prêtres,
d’offrir chaque jour des sacrifices,
d’abord pour ses péchés personnels,
puis pour ceux du peuple ;
cela, il l’a fait une fois pour toutes
en s’offrant lui-même.
    La loi de Moïse établit comme grands prêtres
des hommes remplis de faiblesse ;
mais la parole du serment divin, qui vient après la Loi,
établit comme grand prêtre le Fils,
conduit pour l’éternité à sa perfection.

 

    – Parole du Seigneur."