Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2014

Comment Wang-fô fut sauvé — le poème du jour, de Dr Seuss

 

D'après une nouvelle de Marguerite Yourcenar. Marguerite Yourcenar, auteure d'origine du Nord de la France, et femme "aux douze patries" s'entretient avec Bernard Pivot dans la vidéo que vous trouverez en suivant ce lien :

https://www.youtube.com/watch?v=WUKgVUYmZvc

 

Hokusai, le vieillard fou de dessin : http://www.herodote.net/Hokusai_1760_1849_-synthese-1965....

 

De l'écriture : "Mais pourquoi celui qui apaise serait-il lui-même apaisé ? C'est si peu vrai que je n'ai jamais écrit que pour sortir d'une impasse, pour inventer l'issue là où l'issue manquait."

Lu dans Diérèse, extrait de l'entretien avec Christian Bobin

 

 

 

Est-ce le poème de l'indécision, le poème qui va suivre ? Dans ce poème l'intention du poète reste à interpréter de façon juste, dans le sens de deviner... mais ce n'est pas facile comme cela le laisse paraître ; je vous donne le poème en anglais et ma traduction, qui vaut ce qu'elle vaut ; traduire un poème étant délicat,  la traduction peut plus facilement manquer une nuance en poésie :

 

Waiting for the fish to bit,

or waiting for Wind to fly a kite.

Or waiting around for Friday night.

Or waiting perhaps for their Uncle Jake,

or a pot to boil or a better break,

or a string of pearls or a pair of pants,

or a wig with curls or another chance.

Everyone is just waiting.

 

Dr Seuss

 

Attendre que le poisson morde,

ou attendre le vent pour faire voler un cerf-volant.

Ou se contenter d'attendre le vendredi soir.

Ou, peut-être, attendent-ils, leur oncle Jacques,

ou que la marmite bouille ou de meilleures conditions,

ou un collier de perles ou un pantalon,

ou une perruque bouclée ou une autre chance.

Tout le monde ne fait qu'attendre.

Dr Seuss

 

Tout le monde is just waiting, c'est votre impression aussi ?  Dans une salle d'attente, un moment surgit et l'on oublie l'attente, parce que soudain, il se passe quelque chose, de pas forcément spectaculaire, il se parle de quelque chose qui nous interpelle, ou une lecture nous dit quelque chose. Dr Seuss s'impatientait  un peu le jour où il écrivit ce poème. Parle-t-il de l'ennui, de la passivité, des excuses qu'on se donne pour ne pas agir ? Dr Seuss était-il un homme d'actions ?

 

Une femme qui attend un bébé, attend en effet que la nature ait pris le temps imparti pour le faire et parfois le parfaire, ce bébé. Mais imaginez qu'elle ne fasse que l'attendre, couchée dans un lit... quel ennui ! De plus, beaucoup de choses, bonnes ou moins bonnes, peuvent se produire durant une grossesse concernant celle-ci directement... choses qu'il faut "gérer" ou dompter ou vivre le mieux possible... en cas, mettons,  d'intoxication alimentaire,  c'était juste un exemple des aléas durant une attente obligée. Quand le poète parle de perruque bouclée parle-t-il d'excuses absurdes que l'on s'invente pour "ne pas y aller", allant jusqu'au complexe qui bloque réellement, paralyse un sujet...  pourtant "live is for living, and the future, uncertain",  incertain par essence.  

 

  

 

 

07:45 Publié dans vidéo | Lien permanent | Commentaires (0)

08/11/2014

Le film sur l'affaire Pierre Michel

 

Les acteurs parlent de leur travail, difficile, de leur ressenti de la critique ; le metteur en scène, tout jeune, idem ;  ils donnent   envie de voir le film ; il s'agit d'un juge Michel,  Pierre Michel habite Marseille si j'ai bien suivi et est amené à côtoyer un milieu maffieux, toujours si j'ai bien suivi car j'avoue que je ne me souviens pas de l'affaire qui  fait le sujet du film, entièrement basé sur des faits réels se situant dans les années soixante-dix. Dès le début de l'interview je trouve le comédien Dujardin un peu tendu, un coup de fatigue probablement car l'entretien, intéressant, se termine quand même par un sérieux fou rire des deux acteurs qui ont l'air un peu éprouvés par l'entretien lui-même (l'un d'eux dira que ce métier leur fait vivre des situations anormales, comme l'entretien qu'ils font en ce moment ajoute-t-il, qui le met en situation anormale). Bé oui, moi qui vieillis un peu "sauvage" je peux comprendre ça et qu'il faut leur envoyer un petit coup de chaud parfois, pas seulement de la froide critique de blogueur qui se contente juste en fait de donner un avis sans se fendre d'une analyse sérieuse. Je comprends ça aussi les gars. Dujardin, a même dit, un moment donné quelque chose du genre :  "j'ai parfois besoin d'être un peu schizophrène...", cela à cause de ce que requiert le travail qu'il fait.  J'ai trouvé la vidéo de l'entretien dans le journal Sud-Ouest :

 

 

 

16:38 Publié dans vidéo | Lien permanent | Commentaires (0)

Le palais-Royal - Extrait du Bossu de Féval

 

"Sous la tente

 

Les pierres aussi ont leurs destinées. Les murailles vivent longtemps et voient les générations passer ; elles savent bien des histoires ! Ce serait un curieux travail que la monographie d'un de ces cubes taillés dans le liais ou dans le tuf, dans le granit ou dans le grès. Que de drames à l'entour, comédies et tragédies ! Que de grandes et de petites choses ! combien de rires ! combien de pleurs !

 

Ce fut la tragédie qui fonda le Palais-Royal. Armand Du Plessis, cardinal de Richelieu, immense homme d'Etat, lamentable poète, acheta du sieur Dufresne l'ancien hôtel de Rambouillet, du marquis d'Estrées le grand hôtel de Mercœur ; sur l'emplacement de ces deux demeures seigneuriales, il donna  l'ordre à l'architecte Lemercier de lui bâtir une maison digne de sa haute fortune. Quatre autres fiefs furent acquis pour dessiner les jardins. Enfin, pour dégager la façade, où étaient les armoiries de Richelieu surmontées du chapeau de cardinal, on fit emplette de l'hôtel de Sillery, en même temps qu'on ouvrait une grande rue pour permettre au carrosse de Son Eminence d'arriver sans encombre à ses fermes de la Grange-Batelière. La rue devait garder le nom de Richelieu ; la ferme, sur les terrains de laquelle s'élève maintenant le plus brillant quartier de Paris, baptisa longtemps l'arrière-façade de l'Opéra ; le palais seul n'eut point de mémoire. Tout battant neuf, il échangea son titre de cardinal pour un titre plus élevé encore. Richelieu dormait à peine dans la tombe que sa maison s'appelait déjà le Palais-Royal."

Féval    

14:57 Publié dans vidéo | Lien permanent | Commentaires (0)