Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2020

Le temps de la pitié ♣♣♣ La foule des hommes ♣♣♣ Le partage

 

La Maman de Jésus a dit à Sœur Faustine, notamment :

 

"Parle aux âmes de cette grande Miséricorde, tant que c’est le temps de la pitié ; si tu te tais maintenant tu répondras en ce jour terrible pour un grand nombre d’âmes. N’aie peur de rien, sois fidèle jusqu’à la fin, je compatis avec toi (P. J. 635)."

 

Le Dieu en soi c'est Jésus pour les chrétiens comme moi, et il y a ses amis qui comptent aussi.

 

♣♣♣

 

La foule des hommes roulant et marchant dehors s'étant un temps éclipsée, il est vrai que ce phénomène fait des heureux. Les amateurs de chants d'oiseaux disent "Restez chez vous ! confinés, soyons aux aguets des chants d'oiseaux enfin audibles !" Je peux comprendre cela. J'aime aussi écouter la seule musique qui ne me lasse pas.

À Vanves il y a des Heureux du confinement :

http://vanvesauquotidien.hautetfort.com/

 

♣♣♣

 

j'aime découvrir et varier les séances. Aussi, j'ai regardé celle-ci où l'on trouve le Kata de la tortue, le Kata de l'ours. Bonne Mère, c'est cadeau ! Tu vois que tu as des amis à leur générosité au partage. Ici :

 

https://youtu.be/0oxqhwKH1fU

 

 

10:40 Publié dans Note, vidéo | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2020

Redresser la barre

Il m'a fallu redresser la barre ce matin. La chatte Nono avait décidé d'être lourde durant la nuit et m'a réservé une méchante surprise le matin.  Ramasser ses crottes dans la salle de bain, puis les projectiles de pâté autour de son assiette... j'étais à la limite d'une révolte. La vieille chatte n'est pas confinée et impose ce flagrant manque de respect. Je le lui ai signifié verbalement et elle est allée faire des câlins à mon ami en guise de réponse je suppose. 

Une prière, courte comme d'habitude mais très efficace pour me recentrer et évacuer la poisse du ressentiment ; ensuite je me suis transportée vers cette séance de qi gong proposée par Ke Wen Vendredi passé : j'ai fait l'arbre, puis des moulinets ; à la fin de la séance,  c'est rapide ;  j'ai improvisé quelque chose de plus lent. Je suis sortie de la séance de bonne humeur.

 

 Nono passera la prochaine nuit à la belle étoile j'espère, ça lui réussit mieux que de dormir à l'intérieur, en confinée. Yoko est venu  sur mes genoux à l'instant. "Ma vieille, je vois une belle étoile en toi, la preuve, je balance ma queue de contentement." Il est déjà parti... devenu de plus en plus libre, il se contente de passer, comme les anges. 

 

La séance de ce matin :

https://youtu.be/P7xU6BNuiwU

08:23 Publié dans Note, vidéo | Lien permanent | Commentaires (0)

28/03/2020

Après-midi Qi Gong et lecture de l'analyse de Castor

 

Je ne peux m'empêcher de penser aux enfants dans quelques mètres carrés qui ont des soucis de trop plein d'énergie. C'est ainsi.

 

Mais je vais m'efforcer de penser aux propres soins à m'accorder à moi-même, puisque de toute façon, je n'ai pas le pouvoir de secourir ces familles.

 

Une séance qui me fait énormément de bien car on est dans la lenteur et c'est finalement assez statique. Pour moi, c'est "magique". Le corps remercie l'esprit en quelque sorte, après cette séance... et l'esprit se retrouve bien dans sa peau, si je puis dire.

Ici :

https://youtu.be/3FJy0EDoYK0

 

Je viens de faire la séance précédente. Je me sens OK pour en faire une autre. Pour moi, quand le moment est venu de faire du qigong, c'est aussi agréable que faire un tour de manège enchanté pour un enfant.

Je vais donc poursuivre après un temps de "jubilation" corporelle, avec la séance d'étirements qui au début me paraissait difficile car je commettais l'erreur de vouloir aller aussi loin que l'enseignant dans l'étirement. Mais notre propre corps nous indique quand relâcher l'étirement, tel l'élastique qui retourne de lui-même à la position initiale. Donc l'étirement se fait en douceur et en respiration.  Ici :

 

https://youtu.be/GvQUttWLVWc

 

Les étirements sont faits. J'ai lu ensuite la chronique et l'analyse de la situation de Castor. Je souscris. Évidemment que c'est dur le confinement dans les quartiers, car il n'y a pas un patio pour chaque famille. Bien sûr qu'il y a des situations intenables. Merci Castor de le dire. Personnellement le confinement ne me dérange pas... mais les autres on les sent en soi, n'est-ce pas ? Extrait :

 

"Ce qui me choque dans nombre de commentaires et d'articles, c'est le manque d'empathie. Le fait que nombre d'entre nous ne peuvent, littéralement, pas s'adapter. Tous ces articles dans le Figaro sur "ma cité va craquer" ou l'on pointe le manque de civisme des quartiers populaires... Même les soignants demandent à ce qu'on envoie l'armée dans les quartiers du 9-3 (les seuls quartiers populaires de France, comme chacun sait...). Mais comment rester dans des passoires phoniques où l'on entend ses voisins, où l'on est deux ou trois dans une salle chambre ? Ça n'est littéralement pas tenable. Quid de tous ceux qui vivent d'une économie informelle ? Le moment n'est plus de faire la morale, mais de voir qu'ils n'ont littéralement plus rien pour vivre. L'informel, c'est le deal, bien sûr, mais pas que. Chantiers et restos au black, aide au devoir et cours de musique, dépanne, débrouille... Quand tout votre système économique est interdit du jour au lendemain avec zéro filet, zéro ressources, difficile de courber l'échine et "d'attendre que ça passe en relisant Thucydide". Et pour toutes les familles très modestes qui, contrairement aux autres voient leur train de vie augmenter ? Plus de cantines gratuites pour les enfants et parfois pour eux avec des restaurants d'entreprises pris en charge ? Les plusieurs centaines d'euros de courses à la fin du mois ne poussant pas sur les arbres, deux ou six semaines de confinement, c'est pas la même chose. C'est passer d'une tuile à une vraie catastrophe... Exit leur voix au chapitre. 

Les femmes battues, abattues d'autant plus qu'elles sont confinées avec leurs bourreaux, les malades mentaux sans traitements, sans consultations...  il y a tant de personnes qui ne peuvent littéralement pas s'adapter à cette situation que la complainte des bien confiné.e.s, si elle n'est pas au second degré, va rapidement me donner envie de vomir..."

 

Cette parole de Castor me fait autant de bien qu'une séance de qigong parce qu'elle dit, ou qu'il dit les choses. Merci pour eux.

 

Et pour continuer sur le chemin du prendre soin de soi malgré tout, je termine avec la séance des 18 mouvements :

 

https://youtu.be/bgfxk6kBbm0

 

 

 

 

 

16:18 Publié dans Lecture, vidéo | Lien permanent | Commentaires (0)