Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2019

Sainte Martine

 Je tiens à Martine la sainte parce que j'ai une sœur de presque trois ans de moins que moi qui porte ce prénom. Je lui dois donc protection.

Hozana fête plusieurs saints le même jour et aujourd'hui, ce ne fut pas Martine qui eut la priorité sur leur site mais Bathilde.

Avec Bathilde on entre aussi dans l'histoire. Écoutez plutôt :

 

Sainte Bathilde (634 - 680)

 

Célébrée dans les Eglises d'Orient et d'Occident. D'origine anglo-saxonne, elle avait été prise, encore enfant, par des corsaires et revendue comme esclave à Erkinoald. Quand le roi Clovis II, fils du roi Dagobert, fut en âge de se marier, il remarqua cette admirable jeune fille dont la beauté et la douceur l'attiraient. Erkinoald la lui céda et elle devint reine. Elle eut trois fils. Mais son mari, usé par la débauche, mourut à vingt-trois ans. Devenue régente, elle donna toute sa mesure, conseillée par saint Eloi et d'autres évêques. Elle supprima l'esclavage, rendit l'impôt plus équitable et favorisa la vie monastique. Les aléas des conquêtes conduisirent le "maire du palais royal" à l'évincer. Mais Ebroïn l'estimait tout en la trouvant encombrante. Il l'obligea à s'enfermer dans un couvent, à Chelles près de Paris. Elle avait trente et un ans et y resta jusqu'à sa mort à quarante six ans, pardonnant à ses ennemis, se chargeant des besognes les plus basses et se vouant de préférence au soin des malades. Elle présida de façon décisive à l'éclosion du monachisme dans son royaume.

 

Prière

 

Prions pour les dirigeants, que l'Esprit Saint les guide vers des décisions justes.

Autres saints du jour

 

Sainte Martine, martyre

Sainte Jacinthe, religieuse

Saint Sébastien Valfré, oratorien

 

 

08:35 Publié dans prière | Lien permanent | Commentaires (0)

27/01/2019

Lu dans le journal

 Nous faisons l'expérience d'être sans télé. Et pour l'instant elle ne manque pas parce que la lecture est privilégiée. J'ai aussi appris à écrire un texto, autrement dit envoyer un SMS avec un mini portable aux lettres microscopiques à cette occasion. Et à écouter les expériences de celui avec qui je vis, qui hier furent douloureuses parce que vendre des bouquins n'est pas facile quand le gros média vous ignore. Hier Patrick a même eu l'impression d'une mise au placard, le patron de la librairie voulant lui signifier qu'il ne voulait plus d'auteurs vendant leurs livres dans sa librairie. Au lieu de le lui dire de vive voix, il l'a placé dans un recoin durant toute la journée. Les gens ne le voyant pas, ceux qui ont découvert sa présence, de temps à autre lui ont acheté un livre. Je lui ai demandé pourquoi il n'avait pas rouspété :

— À cause de la situation précaire.

On pourrait lui faire une mauvaise réputation s'il se rebiffait, telle était l'explication de cette non "rebiffade" qui fait que l'on subit. Et la passivité peut faire monter par ailleurs l'agressivité, car s'empêcher de se défendre, se réprimer, accroît une douleur qui conduit tout droit à l'agressivité que l'on peut éventuellement faire sortir juste parce que à un moment donné elle déborde. Les nerfs lâchent en quelque sorte. C'est un processus classique pour tout un chacun à mon sens. Et non pas une justification du fait de craquer. Pour ne pas craquer quelque part il faut être pleinement conscient et réagir au bon moment, avec la personne appropriée, celle qui vous cause du tort.

Du coup, à un moment donné en début de soirée, il a dit un truc désagréable à mon encontre, comme pour se défouler, sous prétexte que je ne retrouvais pas un des livres que je lui avais empruntés. C'est aussi ça ne pas avoir la télé. Et au lieu de suivre le conseil "oui c'est vrai" du beau parisien, je me suis rebiffée : "non ce n'est pas vrai," ai-je clamé. Le fait est qu'il faut aussi savoir se rebiffer. Et non, je n'ai pas tendu l'autre joue.

 

Quelqu'un subit un bourreau toute une journée et s'essaie à cet exercice sur quelqu'un d'autre ensuite. Je n'étais pas d'accord et ai bien fait de le dire haut et fort  car prise de conscience il y a eu de la part de "l'apprenti bourreau."

 

Dans le journal, la télé n'étant pas allumée je le lis plus souvent, je lisais que, dans un internat du secteur, des violences, qualifiées de légères par la justice, avaient été commises par les responsables de l'internat en question sur des internes. Il se trouve que c'était un internat catholique ; pour moi, les violences auraient pu parvenir de n'importe quelle autre obédience, aussi bien un lycée laïque, sur des élèves, qu'un établissement psychiatrique, sur des internés,  et autres institutions encore, sur leurs résidents.

J'ai lu dans cet article qu'une victime s'est dite dégoûtée de Dieu.  Dieu rendu responsable des malheurs est le comble du malheur !

 

Ce qui vient se rajouter à la douleur quand l'institution appartient à une obédience censée transmettre  la foi, s'agissant d'un internat religieux, ou un gain de meilleure santé s'agissant d'un hôpital, psychiatrique ou pas, c'est une désillusion plus forte. Mais ne pas mêler Dieu à cela, c'est quand même mieux pour soi. Les dogmes pour part ne m'intéressent pas. La foi, si. Qui me fait penser que Dieu est amour. Quand il y a épreuve, si on le zappe, l'épreuve devient insurmontable. D'aucuns le trahissent, pour autant à nous de ne pas le trahir. Et pour ne pas m'abandonner en l'abandonnant : prier.

Ma prière du matin :

 

Notre Père, qui es au cieux,

Que Ton Nom soit sanctifié,

Que Ton Règne vienne,

Que Ta Volonté soit faite,

Sur la Terre, comme au Ciel,

Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour,

Pardonne-nous nos offenses,

Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,

Et ne nous laisse pas entrer en tentation,

Mais délivre-nous du mal,

Amen.

 

Et après cette prière apprise aux chrétiens par le Christ, je vais faire les exercices d'étirement du moine Shaolin (mis en ligne hier). Je suis chrétienne, et je pratique les étirements d'un moine shaolin, quelle aventure !

 

06:25 Publié dans Note, prière | Lien permanent | Commentaires (0)

19/01/2019

Photo trouvée sur le site Photophile ♣♣♣ Prière

 

gavroche.jpg

Que fais-tu là, délicat lumignon ?

fleur de pavé, joli lampion tombé du ciel.

 

71125.png

Beau regard droit. Qui encourage.

 

La prière du jour chez les catholiques du site Hozana :

 

Prière

Prions pour les peuples indigènes qui vivent coupés du monde en communion avec la création et qui sont menacés par la mondialisation et la déforestation. Qu'ils puissent être protégés par les gouvernements et accompagnés dans leur volonté de garder leurs terres et la nature.

 

Ensuite il est demandé de dire le :

 

Notre Père, qui es au Cieux

Que ton nom soit sanctifié

Que ton règne vienne

Que Ta Volonté soit faite,

sur la Terre, comme au Ciel

Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour

Pardonne-nous nos offenses

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés

Et ne nous laisse pas entrer en tentation

mais délivre-nous du mal.

Amen.

 

Lu dans Jubilate ce matin :

 

Basile de Césarée (Basile le Grand)

 

Si le soleil périssable est si beau, si grand, si rapide dans son mouvement et cependant régulier dans ses révolutions, d’une grandeur à ce point perfectionnée à l’univers qu’il ne s’écarte pas d’un juste rapport avec l’ensemble des êtres, et d’une beauté qui fait de lui comme l’oeil brillant de la nature, étincelant au milieu de la création, si nul ne se rassasie de sa vue, quelle sera donc la beauté du soleil de la justice ? 

 

Saint Basile, dans: Daniel-Ange, L’étreinte de feu – L’icône de la Trinité de Roublev (Desclée de Brouwer, 1980)

09:18 Publié dans Photo, prière | Lien permanent | Commentaires (0)