Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2017

Lu dans La Vie des Idées : La culture du Qi

 

Le Qi : du principe cosmologique à l’expérience corporelle

 

L’académicien franco-chinois François Cheng traduit Qi par le terme de souffle :

 

 

« La cosmologie chinoise est fondée sur l’idée du Souffle, à la fois matière et esprit. À partir de cette idée du Souffle, les premiers penseurs ont avancé une conception unitaire et organique de l’univers vivant où tout se relie et se tient. Le souffle primordial assurant l’unité originelle continue à animer tous les êtres, les reliant en un gigantesque réseau d’entrecroisements et d’engendrement appelé le Tao, la voie » [4].

 

La vie des idées :

 

http://www.laviedesidees.fr/La-culture-du-Qi.html

 

 

21:04 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)

04/07/2017

Le poème du jour

 

 De Naomi Shihab Nye,

 

 

ici :

 

https://www.poemhunter.com/poem/hidden/

08:20 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)

03/07/2017

Le Zaïre

 

Par le biais d'un poème, je me suis intéressée  ce matin à l'histoire du Congo.

 

Poésie d'abord, histoire géographie ensuite.

 

Quand viendra-t-il, ce jour, mon Dieu,

où l'agneau dormira avec le guépard,

où l'éléphant et le lièvre mangeront les mêmes herbes ?

Quand viendra-t-il ce jour, mon Dieu,

où les hommes vivront en paix ?

 

Poème zaïrois

 

 

Extrait de Wikipédia :

 

"Du Congo divisé au Zaïre unifié de 1971 et la nouvelle Constitution de 1974

 

Une autre priorité est de reconstruire les structures sociales et politiques du pays, processus qui débute en 1970, continue avec le changement de nom du pays en 1971, et culmine avec l'adoption de la nouvelle Constitution de 1974, la zaïrification forcée avec la centralisation et la concentration croissante du pouvoir dans les mains du « Père de la Nation ». En 1976, cependant, cette politique commença à montrer ses limites, à générer ses propres contradictions, et à préparer le retour d’un système bula matari (« celui qui brise les rochers ») fait de brutalités et de répressions, y compris contre les différentes ethnies que le régime avait dans un premier temps tenté de gommer en leur attribuant une nouvelle identité."

10:01 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)