Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2020

"Les fontaines de la vallée" chap.7 Histoire d'un ruisseau, d'Élisée Reclus ♣♣♣ Suite forêt amazonienne

"Différentes les unes des autres par les substances qu'elles apportent de leur voyage dans le monde souterrain les fontaines qui s'écoulent vers le ruisseau sont aussi de températures diverses. Il en est dont l'eau a précisément  la chaleur moyenne de l'atmosphère qui pèse sur la contrée ; d'autres sont plus froides, parce qu'elles descendent des neiges ou parce qu'une forte évaporation se produit dans les canaux intérieurs sous l'influence des courants d'air ; d'autres encore sont tièdes ou chaudes ; on en trouve à tous les degrés entre celui de la glace fondante et celui de la vapeur en explosion. Par sa température, la source nous donne ainsi un résumé de son histoire souterraine : il nous suffit d'y tremper le doigt et nous apprenons en même temps quel a été son voyage dans les gouffres cachés. Au bord d'une eau froide, nous regardons les monts neigeux et nous disons : "C'est de là-haut que descend la fontaine !" Mais que l'eau soit tiède, c'est, à n'en pas douter, parce qu'elle a d'abord trouvé son chemin de faille en faille jusqu'à une grande profondeur et qu'elle s'est réchauffée dans ces conduits ténébreux avant de remonter à la surface. Enfin, là où la température d'une source approche de celle de la vapeur chaude, nous savons par cela même que le ruisseau a coulé à deux ou trois kilomètres au-dessous du sol, car c'est à de pareilles profondeurs seulement que la température des roches est aussi élevée que celle de l'eau bouillante. Nous restons assis à notre aise sur le gazon au bord de la fontaine ; mais l'expérience si péniblement acquise par les mineurs dans leurs galeries profondes nous permet de suivre par la pensée l'itinéraire que le filet d'eau a suivi dans l'épaisseur des roches avant de jaillir au-dehors.

 

Plus encore que les eaux froides, celles qui sont tièdes ou thermales travaillent à dissoudre la pierre dans l'intérieur des roches, puis à la déposer sous une autre forme à leur issue."

 

page 59, 60 Histoire d'un ruisseau, Élysée Reclus.

 Histoire d'un ruisseau a été édité aux Éditions Plume de carotte.

 

♣♣♣

 

Suite des posts précédent, sur la déforestation massive en Amazonie.

 

"In 2017, Michel Temer, the next president, signed a law that streamlined the privatisation of occupied public lands, which spurred land grabs in the Amazon. During the deep recession of 2014-16 the environment ministry's budget was slashed. Between August 2017 and July 2018 Brazil lost 7,900 km2 of Amazon forest - nearly a billion trees - the highest rate of deforestation for a decade."

 

Extrait de l'article L'Amazonie est sur son lit de mort / Deathwatch for the Amazon de la revue Vocable d'octobre 2019.

 

Traduction de cet extrait : en 2017, MT, le président suivant, a signé une loi qui simplifia la privatisation de territoires publics occupés, favorisant la mainmise sur les terrains en Amazonie. Durant la grande récession de 2014-16 le budget du ministère de l'environnement a été considérablement réduit. Entre août 2017 et juillet 2018 le brésil a perdu 7,900 km2 de forêt amazonienne - presque un milliard d'arbres - le taux le plus élevé de déforestation en une décennie.

 

 

23/11/2020

Élisée Reclus : les mines, les eaux cachées, et l'océan ♣♣♣ Suite de l'extrait sur l'Amazonie

Élisée Reclus, géographe de la génération de Jules Vernes, croyait comme celui-ci en la science. Loin de leurs pensées de possibles bombes atomiques, et autres "inconvénients" majeurs. Ils étaient de leur temps : enthousiastes et non dénués d'une belle candeur. Le regard, les perceptions des personnes de cette époque sont tout imprégnés de celle-ci.

 

Élisée Reclus se disait anarchiste, mais on insiste sur son sens de l'organisation au travail. Signifiant pas là qu'anarchisme vu par Élisée Reclus, ce n'était pas synonyme de "grand n'importe quoi".

 

 

Ici, dans un chapitre de son livre intitulé Histoire d'un ruisseau, chapitre consacré aux gouffres, il rend un hommage discret aux mineurs "toutes catégories" et aussi, en toute fin de son propos, aux marins, héros de tous les jours.

 

L'extrait :

 

"De ces puits naturels, le plus pittoresque est précisément le plus éloigné de la source. En cet endroit, le plateau, devenu plus inégal, s'arrête brusquement au pied d'une muraille rocheuse, de l'autre côté de laquelle s'ouvre une vallée déversant ses eaux dans un fleuve éloigné. Les rochers dressent haut en plein ciel leurs beaux frontons dorés par le soleil ; mais leur base est cachée par un bosquet de chênes et de châtaigniers ; grâce à la verdure et à la variété du feuillage, le contraste trop dur que formerait l'abrupte paroi des rochers avec la surface horizontale du plateau se trouve adouci. C'est au plus épais de ce bosquet que s'ouvre le grand abîme. Sur ses bords, quelques arbustes inclinent leurs tiges vers la trouée d'azur ouverte entre les longues branches de chênes ; seulement un bouleau laisse retomber au-dessus du gouffre ses rameaux délicats. Il faut prendre garde ici, car le sol se dérobe soudain et le puits n'a point de margelle comme ceux que creusent les ingénieurs ! Nous nous avançons en rampant, puis couchés sur le ventre, appuyés sur nos mains, nous plongeons notre regard dans le vide. Les murs du gouffre circulaire, çà et là noircis par l'humidité qui suinte à travers la roche, descendent verticalement ; à peine quelques corniches inégales se projettent-elles en dehors des parois. Des touffes de fougères, des scolopendres jaillissent des anfractuosités les plus hautes ; mais au-dessous la végétation disparaît, à moins qu'une plaque rouge entrevue là-bas dans l'ombre, sur une saillie du roc, ne soit une traînée d'algues infiniment petites. Au fond, tout n'est d'abord que ténèbres ; mais nos yeux s'accoutument peu à peu à l'obscurité, et nous distinguons maintenant une nappe d'eau claire sur un lit de sable.  

 

Du reste, on peut descendre dans le puits, et je suis de ceux qui se sont donné ce plaisir. Certes, l'aventure offre un certain agrément, puisqu'elle est un voyage d'exploration ; mais en elle-même, elle n'a rien de fort séduisant et nul de ceux qui ont fait cette descente aux enfers ne tient beaucoup à la renouveler. Une longue corde, prêtée par les paysans des environs, est attachée solidement à un tronc de chêne, et, plongeant jusqu'au fond du gouffre, oscille doucement sous l'impulsion du filet d'eau dans lequel trempe l'extrémité libre. Le voyageur aérien saisit fortement la corde à la fois des mains, des genoux et des pieds et se laisse glisser avec lenteur dans la bouche ténébreuse du puits. Malheureusement, la descente n'est pas toujours facile : on tournoie sur soi-même avec la corde, on s'embarrasse dans les touffes de fougères, que brise le poids du corps, on se heurte maintes fois contre la roche hérissée d'aspérités et l'on essuie de ses vêtements l'eau glacée qui suinte des failles de la paroi. Enfin on aborde sur une corniche, puis, après s'être reposé un instant pour reprendre l'haleine et l'équilibre, on se lance de nouveau dans le vide et bientôt on débarque sur le fond solide.

 

Je me rappelle sans joie mon séjour de quelques instants dans le gouffre. J'avais les pieds dans l'eau ; l'air était humide et froid ; la roche était couverte d'une sorte de pâte gluante consistant en argile délayée ; une ombre sinistre m'entourait ; je ne sais quelle lueur blafarde, vague reflet du jour, me révélait seulement quelques formes indécises, une grotte, des pendentifs bizarres, un large pilier. Malgré moi, mes yeux se reportaient sur la zone éclatante qui s'arrondissait au-dessus du gouffre ; je regardais avec amour la guirlande de verdure qui s'épanouissait à la marge du puits, les grandes branches au feuillage étalé que doraient joyeusement les rayons, et les oiseaux lointains planant en liberté dans le ciel bleu. J'avais hâte de revoir la lumière ; je poussai le cri d'appel et mes compagnons me hissèrent hors du trou, tandis que je les aidais en poussant de mon pied les saillies de la roche.

 

Naïf jeune homme, je me considérais comme une sorte de héros pour avoir opéré ma petite descente aux enfers, à trente mètres de profondeur à peine, je cherchais dans ma tête quelques rimes sur le poète qui se hasarde au fond des abîmes pour y surprendre le sourire d'une nymphe emprisonnée, et je ne songeais pas aux vrais héros, à ces intrépides mineurs, qui, sans jamais réciter de vers sur leurs entrevues hardies avec les divinités souterraines, conversent avec elles pendant des journées et des semaines entières ! Ce sont eux qui connaissent bien le mystère des eaux cachées. À côté de leurs têtes, la gouttelette, suspendue aux stalactites de la voûte, brille comme un diamant à l'éclat des lampes, puis tombe dans une flaque et rejaillit avec un bruit sec, répercuté au loin dans les galeries retentissantes. Des ruisselets formés de tous ces suintements de gouttes coulent sous leurs pieds et se déversent de rigole en rigole jusque dans le bassin de réception, où la machine à vapeur, semblable à un colosse enchaîné, plonge alternativement ses deux grands bras de fer, en gémissant à chaque effort. Au bruit des eaux de la mine se mêle parfois le sourd grondement des eaux extérieures qu'un coup de pioche malheureux pourrait faire s'écrouler en déluge dans les galeries. Il est même des mineurs qui n'ont pas craint de pousser leurs travaux de sape jusqu'au dessous de la mer  et qui ne cessent d'entendre le terrible océan rouler des blocs de granit sur la voûte qui les abrite. Pendant les jours d'orage, c'est à quelques mètres d'eux que les navires viennent se fracasser contre les falaises." 

 

♣♣♣

 

Suite de l'extrait (posts précédents)  sur la déforestation en Amazonie :

 

This hopeful period of slower deforestation was not last.

 

Cette période encourageante du ralentissement de la déforestation n'allait pas durer.

 

 

Even before Mr Bolsonaro, deforestation began to pick up.

 

Même avant Mr Bolsonaro au pouvoir, la déforestation recommença à  gagner du terrain. 

 

 

  In 2012, under then - president Dilma Roussef, Brazil's congress passed a new forest code that gave amnesty to those had taken part in illegal deforestation before 2008.

 

En 2012, sous le mandat de DR, le Congrès du Brésil adopta une loi qui accorda l'amnistie à ceux qui avait participé de façon illégale à la déforestation avant 2008.

 

 

Vocable d'octobre 2019.

 

Gardons courage, la lutte sera longue.

 

 

 

18/09/2020

Frazé est un village percheron ♣♣♣ Prière du soir

Un peu de géographie grâce à ma volonté de localiser le chien percheron, dessiné par l'auteur du blog Croquis de côté. Autour de l'église de Frazé, dans le Perche, rôdent des chiens intéressants, douces âmes égarées, qui se lèchent avec langueur, faisant leur toilette envers et contre tout, tel le chien qui attend son maître depuis plus de cent ans, dans le livre intitulé Demain, que je suis en train de lire (dont le nom est Champion) ; le dessinateur en question en a dessiné un de là-bas, qui se lèche. Du Perche. Le blog est facile à trouver. Frazé dans le Perche... pourtant pas loin de Paris, il fallait y penser.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Eure-et-Loir

 

Croquis de côté (à ne pas mettre de côté) :

http://lecroquisdecote.hautetfort.com/

 

♣♣♣

 

Prière du soir avec ce chant. Le chant est si beau :

 

https://youtu.be/CJX43l9-Qx0  

 

Béni soit Abba ! chanté en Araméen, langue proche de l'Arabe :

https://youtu.be/bfkl4EjOd1E