Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2019

Apprécié ♣♣♣ le gilet jaune

 

J'ai apprécié l'humour dans l'émission mise en post précédemment. Cela fait du bien de rire de bon cœur. Rire nerveusement équivaut à pleurer mais avec cette émission, c'est le rire léger, qui libère.

Il y avait dans cette émission "les trois mousquetaires", plus un, en face, qui les regardait avec bienveillance. Quand l'un des trois mousquetaires, se retenant de se plaindre du sort de plus en plus dur que de nombreux quidams réservent aux handicapés a dit :

"Je ne veux pas jouer les vieux cons... ce serait prématuré..mais ..."

Mais trop c'est trop en terme de non respect parfois.

Le rire était bon enfant selon l'expression consacrée.

Où l'on parlait d'altruisme et d'autres choses encore.

Matthieu Ricart a dit qu'autour de son ermitage une panthère se promène et donc, a-t-il ajouté, la peur peut être salutaire... Il explique comment faire avec la peur ensuite.

 

Les humoristes qui sont altruistes  ont le goût de dégager l'autre pour un bon moment des pesanteurs qui peuvent aller jusqu'à le faire souffrir beaucoup.

 

Regardez cette émission mise en ligne le post précédent. M'est avis que vous prendrez du bon temps, celui qui permet de souffler.

 

♣♣♣

 

D'aucuns disent "mouiller la chemise", pour l'occasion je dirai "mouiller le gilet". Ils se sont battus, pour beaucoup ils ont été altruistes. En seront-ils récompensés ?

J'ai jeté une oreille rapide du côté de la radio... où aux infos, on leur faisait porter le chapeau de la dette machin. J'ai éteint la radio.

En ne remettant pas les pièges sur les autoroutes, que des gilets jaunes ont parfois cassé dans un acte de résistance héroïque, l'État fera des économies. Je parle des machins inutiles qui font payer la dette écologique aux désargentés. Désargentés comme désenchantés de l'altruisme ils risquent de devenir ces courageux gilets jaunes, vu la réaction de masse des journalistes autorisés à parler dans les micros contre ceux qui ont mouillé le gilet. Mouillé le gilet de l'intérieur : je ne parle pas de ceux qui leur ont balancé de l'eau, froide bien entendu, en plein hiver. Ils ont le goût de l'effort ces gilets, on ne peut pas leur enlever cela. 

 

Sur ce, je vais immédiatement me décrampir grâce à un moine, qui porte, comme par hasard, une tunique jaune (est-il besoin de dire que je plaisante ?) :

https://youtu.be/GvQUttWLVWc

 

 

 

 

08:20 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2019

entendu hier dans la journée

 

Hier je suis allée faire mes courses à vélo et j'ai vu et surtout entendu une jeune femme à la silhouette frêle qui, ouvrant la portière de sa voiture pour se mettre au volant, disait à l'autre femme qui s'apprêtait elle aussi à entrer dans la voiture côté passager :

 

"Il a égayé ma journée. Rien ne pourra m'énerver aujourd'hui."

 

C'est tombé gracieusement dans mon oreille, comme du ciel ou si vous préférez comme une poésie.

 

Cinq minutes plus tard, j'arrivai dans un magasin, faisais deux trois emplettes, et, une fois à la caisse assistai à une scène banale. La caissière n'avait pas le prix d'un produit. La cliente, jeune fille blonde et bien dans sa peau, se trouvait avec son compagnon. Cette jeune adulte se rend de ce fait au rayon pour voir le prix. Elle le communique à la caissière : "un euro quatre vingt quinze" dit-elle. Mais c'est comme si elle était devenue transparente. La caissière appelle des collègues en train d'officier elles aussi  à leur caisse, lesquelles lui disent d'appeler au micro telle personne, qui tarde à se pointer. Comme je l'avais pressenti l'employée sollicitée au micro revient avec un autre prix : "deux euros vingt" ; la cliente de se défendre et moi de l'y encourager discrètement. "Pourquoi dis-je à la caissière, on croirait plus l'employée que la cliente ?" La caissière me répond "C'est que je suis nouvelle, vous comprenez, les anciennes ont une mentalité comme ça." La jeune cliente se re déplace, constate qu'en fait l'employée s'est trompée, mais sans le faire exprès, l'affichage des prix prêtant à confusion. Pour couper court à ce qui risque de devenir une affaire d'état pour quelques professionnelles de la caisse, elle prend ses trois têtes d'ail, conditionnées autrement et dont le prix ne fait pas débat. Ensuite la jeune cliente quand elle veut retirer sa cagnotte, s'entend annoncer que sa carte n'a pas été (ici un terme technique que je ne peux pas dire, ne l'ayant pas mémorisé). Voilà. J'ai plaisanté avec la caissière comme quoi, manque de pot, elle était tombée sur une tigresse puis j'ai dit à la tigresse qui n'a jamais élevé la voix ni jamais rugi mais se défendait systématiquement "Bravo ! l'honneur est sauf pour les clients !" Ce n'était pas de l'ironie car à  mes yeux elle démontrait que le client pouvait sortir de la transparence et se défendre.

 

♣♣♣

 

À propos de se défendre voici une autre courte anecdote qui ambitionne d'aller plus loin que l'anecdote.

J'étais contente de faire preuve d'altruisme envers une personne pour qui je me déplaçais gracieusement afin de lui faire ses courses, portant aussi des packs d'eau grâce au fait que je soigne mes lombaires avec le qi gong.

Et ne voilà t-il pas que cette personne saisit l'occasion de mon anniversaire (dont elle connaît très bien la date) pour se garder de me le souhaiter ; et comme si cela ne suffisait pas elle  en profita pour me dire au téléphone combien sa mémoire était excellente. Si le cerveau de son mari était de moins en moins capable de se remémorer, le sien l'était.

Cette personne m'a dit cela le soir, heureusement, après que j'aie eu une journée égayée grâce à une personne plus délicate.

À l'instar de la jeune adulte du magasin aux caissières disgracieuses (dans l'attitude, car le physique de ces mégères n'était pas disgracieux), j'en déduis que, moralité, tout en patience, à l'instar de la princesse qu'était à mes yeux cette cliente, il faut faire la tigresse par moment dans la vie si l'on ne veut pas se retrouver écrabouillée comme un crapaud traversant la nuit une autoroute.

Car je n'ai pas réussi encore à me faire la carapace d'une tortue et me verrais plutôt en grenouille. Mais pas celle de la Fontaine : une grenouille toute simple.

 

Après avoir écouté Daniel à qui je dis, Respect,  je m'occupe de moi pour mon plus grand bien et celui de mon entourage, avec cette séance :

https://youtu.be/GvQUttWLVWc

09:47 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

31/01/2019

un fusible a sauté ♣♣♣ Épilogue

 

Une douille s'est émiettée dans ma main quand j'ai voulu changer une ampoule il y a quelques jours, et hier, nous n'avons pas trouvé de douille dans le rayon des ampoules d'une grande surface ; plus de quincaillerie dans le centre ville :  douille aussi difficile à trouver que le Graal !

 

Donc pénombre dans une pièce en attendant d'en trouver une.

 

Pour bien faire, un fusible a sauté hier soir, d'un coup dans le cabinet (les toilettes), un flash, puis pénombre non seulement dans les toilettes mais dans plusieurs pièces. J'étais dans le bureau où la lumière venait de s'éteindre quand j'ai entendu la remontrance de Patrick s'élever à l'encontre des choses qui vous lâchent inopinément ; cette manifestation provenait des toilettes.

 

Où allons-nous trouver un fusible maintenant ? Des électriciens par ailleurs devraient se mettre en contact avec moi et passer voir si ce n'est pas plus compliqué qu'un simple fusible.

Il a fallu faire sa toilette à tâtons dans la salle de bain. La chambre par contre était un peu éclairée par les lampadaires du dehors.

Voilà. La cuisine étant encore pourvue de lumière électrique, j'ai inventé ce matin une recette à partir d'une revisitation ratée de celle d'un gâteau de Savoie. J'ai éliminé le sucre, ai mis à la place du lait végétal, mais, hélas! ai trop forcé sur la dose de farine, ce qui a fait échouer l'incorporation des blancs d'œufs. Du coup : grumeaux. Comment me suis-je rattrapée ?

Suspens !

J'ai pris l'écrase pommes de terre pour aplatir au maximum les grumeaux, puis ai filtré dans un chinois, ai récupéré le liquide blanc d'œufs à la farine, me suis débarrassée de la pâte irrécupérable  restée dans le chinois,  ai mis à nouveau de la farine dans un saladier, où j'ai incorporé le liquide blancs d'œufs/farine provenant du filtrage. Cela m'a donné une sorte de texture pareille que celle de la pâte à crêpes, à laquelle j'ai ajouté deux nouveaux blancs d'œufs battus en neige. Bel aspect ! Mise au four préalablement préchauffé.

Au bout d'un quart d'heure (j'avais divisé en deux les doses d'œufs et accidentellement pas assez diminué la dose de farine); au bout de ce quart d'heure au pif, j'ai sorti du four un pain bien gonflé (sans levure, et gonflé tel un soufflé grâce aux blancs d'œufs)

 

Pas de sel dans cette "création indéfinissable" pour les maniaques de l'étiquette, ni de sucre, juste de la farine et deux œufs, plus deux autres blancs d'œufs. En fait comme cela a l'aspect d'un joli pain, je confirme que c'en est bien un.

 

♣♣♣

 

Quelques instants plus tard :

 

"Point dialogue" Habitat m'a expliqué que le fusible a sauté au moment où l'ampoule des toilettes a claqué lorsque le quidam Patrick appuyait sur l'interrupteur ; le fusible étant connecté sur plusieurs pièces, ceci explique cela.

Aucun électricien ne se manifestera pour un accident aussi bénin alors qu'il y a des coupures de courant dues aux chutes de neige, plus difficiles à résorber et qui touchent aussi les branchements au niveau des prises. Nous saurons nous débrouiller seuls en allant à Brico Dépôt d'où nous rapporterons fusible et douille puisque c'est le magasin adéquate m'a dit l'homme de Point Dialogue avant de me souhaiter une bonne journée. Je l'ai remercié pour ses explications ; en effet, j'ai eu le sentiment que  je serais moins idiote en m'endormant ce soir, car le coup de l'ampoule qui claque en grillant un fusible, je ne savais pas.

 

Qu'en est-il du pain aux blancs d'œufs ? Il s'est aplati d'un coup, il forme désormais un pain plat et non une crêpe. Très léger et plutôt bon mais pas d'une saveur extraordinaire ; en tout cas, très digeste.

 

 

   

10:41 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)