Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2020

Le SENS ♣♣♣ Les actifs et les passifs ?

 

Tandis que je lisais dans un journal local que l'on dépense des fortunes pour la réfection d'une église célébrant la lignée de telle famille aristocrate (dans le sens matérialiste du terme), ces chants, qui redisent ce que c'est que d'être chrétien.

 

 

♣♣♣

 

Je lisais, toujours dans le même journal local distribué gratuit aux gens dans leur boîte aux lettres, un article qui met en avant les qualités d'une femme qualifiée d'active. On dresse dans l'article un palmarès "écrasant" (qui se veut ainsi à son insu je pense, sans vraiment l'assumer) de toutes ses qualités, comme si on faisait de la publicité pour un produit. Pour être crédible ne faut-il pas être discret ? J'ai reçu la preuve que si, à la lecture de cet étalage de qualités et non de qualité. Vantardise en effet est une erreur grossière. Tiens le toi pour dit, Odile, toi aussi, au cas où l'envie te prendrait de te mettre en avant de la sorte.

Par exemple, une personne coincée dans un fauteuil roulant ne pourrait se prévaloir de tant de bonnes actions aux yeux du public, mais en revanche, je pense que d'un fauteuil roulant on peut être actif en pensée et ainsi envoyer de bonnes impulsions aux gens, si l'on est positivement actif dans son fauteuil. L'ennui avec la masturbation est qu'elle ne regarde que soi, c'est une action quelque peu stérile donc. L'on peut se masturber aussi bien en fauteuil que debout sur ses deux guiboles, cela dit.

02:43 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

09/09/2020

Jeter en pâture ♣♣♣ Pourquoi ?

Première scène du film "Pirouette, cacahuète", comptine dont je ne me souvenais plus et que j'ai bien souvent chantée enfant. Ensuite, une vue sur les maisons alignées des corons. Puis une scène sur un bébé sous alimenté, gros plan sur la mère indigne, et plan, sur la Mère Thérésa laïque, qui soustrait le bébé à la mère indigne. C'est du lourd. Il y a certainement un autre moyen que ces exhibitions à l'écran, pour aider les gens. L'aide aux personnes en difficulté devrait se faire en toute discrétion. Pourquoi jeter en pâture des populations. Toujours les mêmes ?  That is the question. Bon du coup, dodo. Pas de film pour moi ce soir. 

 

Bonne idée de consolation avant d'aller dormir :

 

 

♣♣♣

 

Le cinéma peut, dans les mains de certains, se transformer en une machine de guerre  propre à broyer une population ciblée plus efficacement que des tanks à chenil qu'on aurait lancés sur eux. Pourquoi cette haine toute focalisée sur eux ? La population en question est-elle responsable des maux ou aigreurs d'autres gens, qui ont besoin de têtes de turc, n'étant pas suffisamment intelligents pour se passer de boucs émissaires ? On n'en finit pas avec l'extrême violence, à voir des images livrant à la vindicte des autres toute une population. C'est choquant. De plus, tous ces jeunes soldats envoyés au casse pipe dans la région où est désignée depuis une population de mères indignes. Ils seraient donc morts doublement pour rien...  quelques intellectuels de broussaille et c'est fichu pour des gens qui auraient mérité le respect.  

Finalement, il vaut mieux lire que regarder passivement des images défiler, défiler, defiler... Les mots, quand ils se mettent à défiler dans l'esprit, ne prennent plus sens et nous endorment, sauf quand ce sont des mots brefs, de ralliement contre ou pour telle ou telle cause. Mais on réagit ou on agit  pour ou contre telle cause, ou on oublie et c'est tout ; cela n'a pas l'effet de bombe destructrice des images de cinéma, lorsqu'il veut détruire des gens.

 

Il n'y a pas de cinéma à Béthune depuis des lustres. Les gens ici ont appris à s'en passer, car tout passe, dit la sainte, n'aie pas peur.

 

 

01:46 Publié dans Musique, Note | Lien permanent | Commentaires (0)

07/09/2020

Signer ou pas ?

Le jeune du street art vu à la télé insistant sur le fait de ne pas signer me fait réfléchir à la question. Il ne signe pas et il tient à le souligner car pour lui  il s'agit d'une démarche pour "faire ressortir de l'inconscient collectif". Autre aspect de la question qu'il n'a pas abordé :  si tu signes tu peux avoir la police, le pouvoir en place,  qui vient te demander des comptes du fait que de façon éphémère les dessins occupent un espace public sans autorisation des autorités.

Street Art : affirmation d'une certaine liberté.

 

Le street art peut vouloir dire en dessin ce que des gens n'osent pas exprimer, ou/et en mettre d'autres face à quelque chose qui peut les déranger, si toutefois ils posent leur  regard sur les murs quand ils se promènent dans la rue.

 

Chez l'artiste du street art, il y a la démarche "je ne mets pas mon ego en avant", mais aussi la démarche clandestine pour échapper à d'éventuelles représailles, exactement comme celui qui distribue des tracts non autorisés, pour dénoncer quelque chose.

 

Les écrivains signent par contre, sinon ce serait dans le cas de l'écriture comme ne pas assumer son texte. Mais on a des pseudos, des textes anonymes dans les blogs et ça peut être perçu par les lecteurs comme de la lâcheté.

 

Le dessin est une forme d'écriture qui laisse sa part souvent au rêve. Le dessin fait plus directement image que l'écriture. Il s'adresse plus directement à tous : au lettré comme à l'analphabète. Il est plus démocrate en ce sens. Le dessin est plus dans l'urgence et la question de la signature est tout à fait secondaire pour le messager qui n'est pas vénal. On chuchote à l'oreille, en s'adressant aux yeux... le cri est assourdi mais peut être exprimé plus vite que par écrit.

 

En ce qui concerne l'écrit et l'anonyme, on a le corbeau, qui ne signe pas ses lettres parce qu'il craint d'avoir à répondre de ce qu'il affirme ou parce qu'il ne peut pas se permettre de courir un risque s'il dénonce quelque chose de grave, qui pourrait lui coûter la vie si on l'identifiait.

Ne pas signer ce n'est donc pas forcément de la délation, une volonté de nuire. Le corbeau peut être positif comme il peut être nocif, lâche, dégueu :  tout dépend de la démarche, si elle est  pour le bien d'autrui ou si elle trouve son origine dans la volonté de causer gratuitement du tort à quelqu'un, voire sa destruction.

Pour revenir au Street art : il y a art dans l'expression. C'est une démarche artistique donc positive mais si la politique s'en mêle, on a une connotation de corbeau positif dans la démarche du street art.

 

Je n'ai pas encore vu de dessin de street art qui fassent peur, ou faits pour faire peur. Si tel était le cas, on aurait une démarche de corbeau négatif...  en effet, si l'on veut faire peur gratuitement, cela dénote une volonté de nuire.

 

Cela dit pour la question des blogs : le fait de signer, c'est mieux. C'est plus courageux. Sauf si le blogueur se trouve dans la situation de l'artiste de Street art qui voudrait parfois faire ressortir des choses, des peurs, qui ne sont pas les siennes propres, mais que, ce faisant, cela pourrait lui coûter la vie si ça dérangeait des criminels, ou tout au moins de gros ennuis (pécuniaires par exemple).

 

Bon alors? Je signe ou je signe pas concernant l'écrit ?  Sachez que je me nomme dans mon état civil, Régine Vast et que, pour certaines commodités, mon nom d'auteur est Odile Guilhemery. Je peux signer aussi comme cela

Avec un dessin qui vient de l'inconscient collectif mais que je m'approprie à dessein, pour marquer une démarche par exemple. D'autres vont signer avec une tête de mort pour avertir du danger qu'ils veulent incarner. Les corsaires par exemple, souvent préférés aux gentils dans l'inconscient collectif. Tout ça n'est pas simple mais il faut tenir compte de tout.

 

Direction la cuisine pour faire une vaisselle pas très grande mais très encombrante vu l'espace réduit de la cuisine.

Odile vous salue bien.

 

 

 

 

03:30 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)