Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2020

Bleu bleu bleu le ciel de Proven en ce, blanc blanc blanc les bateaux blancs

Je m'avoue que d'avoir à mon âge une aversion pour une couleur juste parce que j'ai eu des expériences pénibles ces derniers jours avec des gens ayant cette couleur dans les yeux, c'est très con. Par ailleurs, les anglais, peuple fier, qui a combattu les nazis d'Allemagne et d'ailleurs, pour commencer, ceux de son propre pays, ont souvent les yeux bleu pâle ; Barnaby par exemple, avec son allure de nounours qui plaît aux femmes y compris moi.

 

Philippe, le meilleur ami de mon ami Patrick (avec moi), n'a-t-il pas les yeux bleu lui aussi ? Ils ne sont pas bleu marine mais bien bleu tirant sur le pâle, les yeux de Philippe. Et il est bien humain. Son épouse, Arlette, a les yeux d'un marron fabuleux, si beaux que j'en étais jalouse ; ce n'était pas glorieux mais c'est vrai. Les miens n'étaient pourtant pas mal non plus : un mélange de bleu plutôt foncé, de gris, avec une pointe de-ci de-là de jaune et de vert. Mais bon, les yeux marron d'Arlette, d'un marron comme celui-là, j'étais, je le confesse en cet endroit douillet qu'est mon blog, envieuse, carrément. Personne n'est parfait.

 

Aujourd'hui nous reprenons notre marche que j'ai baptisée "la marche de saint Clement John", le jeune saint de 28 ans et nous allons tenter de la pousser plus loin si bien que nous emmenons notre pique-nique.

 

05:36 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

24/08/2020

Une marche de plus de quinze kilomètres

Aller-retour Béthune Mont-Bernanchon, en ligne droite la plupart du temps car nous avons marché le long du canal, nous avons fait à pied une bonne quinzaine de kilomètres. Mont-Bernanchon est un village où se trouvent des écologistes très actifs, il y a d'ailleurs une réserve naturelle, un observatoire d'oiseaux et je crois qu'on observe aussi le ciel à Mont-Bernanachon. Le village est très reposant, d'un calme tranquille qui se communique aux visiteurs. Nous n'y avons vu aucun café pour la pause avant le retour. Par contre il y a des bancs à profusion, çà et là, avec des vues du village assez magiques pour les  cerveaux en quête de repos. Le long du canal nous n'avons vu que trois ou quatre bateaux fluviaux, et deux rameurs dans le même kayak.  Nous avons aussi vu une plaque commémorative de la mort d'un jeune anglais "he died crossing the Labassée canal" dit la plaque, durant la bataille de la Lys en 1918, à l'âge de 28 ans. Une fleur rouge en plastique permet de repérer la plaque. Il s'appelait de prénom : Clement John. Saint Clement John sois heureux au ciel et que rien ne vienne plus troubler ton repos. Idem pour les victimes de guerre vues en photos dans le livre dont j'ai parlé hier.

Demain nous comptons recommencer la même marche, tant cela nous a fait du bien de marcher le long de cette rive du canal Aire-Labassée.

14:58 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

Le compliment ♣♣♣ la couleur en question

Là où n'existent plus de contre pouvoir on peut dire que c'est l'enfer. Les contre pouvoirs, c'est on ne peut plus sain. Espérons qu'en France ils ne vont pas disparaître un à un. Le jour où cela arrivera, quand un des représentants des dominants vous dira qu'il ne vous trouve pas sympathique, il faudra prendre cela pour une menace subliminale et dans l'absolu, un compliment concernant votre capacité à répondre à l'agresseur. Mais bon, espérons que n'arrivera pas le jour où il faudra croiser les doigts pour survivre à ce genre de compliment. Les Kmers rouges, les ardeurs guerrières des nazis etc, ce n'est pas si loin.

 

♣♣♣

 

Associer à une expérience pénible une couleur de yeux, celle de ceux avec qui ces expériences pénibles ont eu lieu, ce n'est pas raisonnable et il faut donc que je fasse effort pour ne plus associer la couleur bleu pâle à quelque chose de négatif. Contre ceux qui se sont fichu éhontément de moi tout à l'heure, sans respect pour mon âge ni rien du tout, j'ai dardé malgré moi contre eux des aiguillons, certains diraient des ondes, de haine. J'y repense maintenant et je me souviens de l'impression, ce faisant d'avoir donné au garçon de la peine au moment où je l'ai ainsi "dardé". Si bien que je n'ai plus rien contre lui à cette heure, parce que j'ai compris qu'il est en fait sensible. Chez la fille j'ai senti de sa part une dureté beaucoup plus importante. Une totale insensibilité. Je feuillette ce soir le livre de Léon Ichbiah, un juif pauvre, de ceux qui ont méchamment morflé, lui étant allé dans les camps les plus durs. Je ne me souviens pas qu'il pose la question de Dieu dans le livre. Il est pragmatique en fait. Je vois dans son livre la photo d'un homme, cette photo s'intitule "un musulman" et représente un bel homme, plutôt grand, d'une maigreur effrayante mais qui reste beau. Il a la bouche grande ouverte comme pour aspirer de l'air, il se tient assis et a l'air de souffrir beaucoup. Ceux qui l'ont laissé ainsi souffrir, lui et ses frères de galère étaient donc d'une insensibilité qui avait fait d'eux des êtres non humains, n'en déplaise à Hannah Arendt qui voyait encore des humains chez ces bourreaux. Pourquoi appelait-on certains hommes "musulman", en raison de leur plus grande capacité à résister en refusant le quignon de pain que leur balançaient les nazis ? Je vois chez ce musulman, ou appelé tel, une immense noblesse.     

01:49 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)