Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2019

Le déni de l'histoire

 

«Mon père, Luis Carrasco Tamez, Jr. (1935-1996), m'a rendu visite dans des rêves, entre novembre 1996 et septembre 2001. Des souvenirs persistants de ses propos m'ont poussée à (re) visiter des lieux familiaux intimes à Lipan Apache (Ndé). homelands, dans le sud du Texas, où il est apparu. Son décalage temporel dans l'espace a mis en place un langage pictural, m'aidant à déchiffrer la violence historique ressentie par Ndé au Texas et les impacts persistants du traumatisme historique qui saturait les paysages historiques de Ndé continuellement obscurcis en raison de l'effacement agressif opéré par la rature coloniale. La mémoire spirituelle en tant que conscience, paysage, lieu, désespoir - l’internalisation collective de l’exil spatial indien - a une influence sur ma compréhension du refus de mon père. Ce poème, faisant écho à la mémoire des survivants du génocide intergénérationnel Ndé, explore comment la mémoire historique de la violence perturbe les structures linéaires qui ont nié les expériences vécues par des Amérindiens - même après leur mort. "

 

“My father, Luis Carrasco Tamez, Jr., (1935-1996), visited me in dreams between November 1996 and September 2001. Lingering memories of what he said pressured me to (re)visit intimate familial places in Lipan Apache (Ndé) homelands, in South Texas, where he appeared. His spatial time-bending emplaced a pictorial language, helping me decipher historical violence felt by Ndé of Texas, and lingering impacts of historical trauma which saturate Ndé storied landscapes continually obscured by aggressive settler colonial erasure. Spirit memory as sentience, landguage, place, despair—the collective internalization of Indigenous spatial exile—influence my understanding of my father’s refusal. This poem, echoing post-memory of Ndé intergenerational genocide survivors, explores how historical memory of violence disturbs linear structures which have denied Indigenous peoples’ our lived experiences—even after death.”
Margo Tamez

Ici :

Father replays the funeral in Dream #28

 
Margo Tamez

02/07/2019

La ronde des prénoms

Une ronde de prénoms devant laquelle mon imagination se sent petite.

Des expériences de vie. Des chemins vers la sainteté, voilà ce que je lis dans le texte mis en ligne ce jour.

Il me reste du chemin à faire pour la sainteté, car ce matin j'avais envie de trucider une vieille marmotte heureusement à quelques kilomètres de où j'habite. Or qui trucide un bourreau devient lui-même bourreau. Alors j'ai prié et me suis sentie apaisée immédiatement. L'envie qui rend moche était passée. Comme je ne souffre pas de pulsions, de toutes façons, je n'aurais pas tué. Mais ce que vous faites en pensée est déjà  grave, c'est comme une action quelque part dixit le Christ (ça doit envoyer de mauvaises ondes). Par cette prière, ces mauvaises ondes ont cessé, j'étais pardonnée et en mesure de ne plus avoir cette envie qui, à bien y réfléchir, n'était qu'un mauvais fantasme. Il n'empêche : Les fantasmes sont des pensées. La prière ou connexion. Il n'y a pas encore si longtemps, je ne parvenais pas à la faire. Rien ne se produisait en moi au niveau d'un apaisement profond quand je récitais telle ou telle prière. Je note aussi que la connexion apaisante se produit à des moments où je suis seule avec moi-même + une entité divine. Qui pour moi, en tant que chrétienne est le Christ ou l'un(e) de ses ami(e)s. D'aucuns les appellent des anges.

 

La ronde des prénoms et aussi les expériences de vie et aussi l'Histoire :

 

Saint Colomban (543 - 615)

 

Vers 580, il quitta l'Irlande en compagnie du futur saint Gall et parcourut l'Europe Occidentale, entre Meuse et Rhin et jusqu'en Germanie, accepté, refus, repoussé, mais toujours fondateur d'abbayes dont le rayonnement sera l'un des éléments les plus dynamiques de l'évangélisation durant l'ère mérovingienne. Il menait la vie dure à ses moines par une règle austère, mais grâce à cela bien des saints y ont trouvé le chemin de leur sainteté : saint Donat de Besançon, saint Faron de Meaux, saint Babolin de l'abbaye de Saint Maur des Fossés près de Paris, saint Omer de Thérouanne, saint Desle de Lure, saint Romaric de Remiremont, saint Wandrille, saint Achaire, saint Amand, saint Philibert, saint Valéry, etc... Le plus célèbre de ses monastères est sans aucun doute celui de Luxeuil dans la Franche-Comté où affluèrent des moines francs, gaulois et burgondes. Un monastère qui, pendant deux siècles, fut le plus grand centre de la vie monastique en Occident. En 610, il dut fuir la Gaule où la cruelle reine Brunehaut le poursuivait parce qu'il lui reprochait ses vices et ses crimes. Il avait envisagé de retourner en Irlande et, pour cette raison, nous le trouvons à Nantes. Obligé de revenir sur ses pas, il traverse les Alpes et se réfugia à Bobbio en Emilie-Romagne où il fonda son dernier monastère. Il y mourut. La règle monastique originale qu'il avait donnée à ses monastères fut très influente dans l'Europe pendant deux siècles.

 

Prière

 

Saint Colomban a poussé ses moines à devenir des saints, apprenons à nous dépasser et à agir nous aussi pour devenir des saints. 

 

Autres saints du jour

 

Bienheureuse Emilie Joubert, religieuse

 

Sainte Monégonde, ermite

 

Saint Oudocée, évêque

11/05/2017

Qui pouvait prévoir ? ♣♣♣ Pas d'ananas dans le parc national pétition ♣♣♣ Qu'est-ce que les characées ?

 

Qui pouvait prévoir tout ça en effet ? Ici :

http://pythecos.hautetfort.com/archive/2017/05/06/preside...

 

♣♣♣

 

Sortons du nucléaire :

 

http://sdn49.hautetfort.com/

 

♣♣♣

 

Pas d'ananas dans le parc national, ici :

 

https://www.sauvonslaforet.org/petitions

 

♣♣♣

 

Qu'est-ce que les characées ?

Ici :

http://www.cbnbl.org/nos-actions/mieux-connaitre-la-flore...

07:50 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)