Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2020

Poésie

Le merveilleux : antidote parmi d'autres contre certaines réalités ces temps-ci...

L'extrait d'une nouvelle de Willa Cather, lue sur Diérèse, dont vous trouverez l'intégralité sur son blog (lien sous l'extrait) :

 

..."N'appartenant à aucun club, ne voyant personne, il n'avait pas d'intimes et dînait seul dans de modestes petits restaurants, même le soir de Noël et le Jour de l'An. Des journées entières, il ne parlait qu'à son chien, à sa concierge et à son traiteur...


Hedger avait la terrasse pour domaine. Il y dormait souvent avec César quand il faisait chaud, sous des couvertures qu'il avait rapportées de l'Arizona. Quand il montait là-haut, il prenait la bête sous son bras gauche. Jamais le chien n'avait pu apprendre à grimper à l'échelle et jamais il ne sentait mieux la grandeur de son maître et son asservissement à lui, humble cabot, envers cet homme extraordinaire, que lorsqu'il se glissait sous son aisselle pour entreprendre cette périlleuse ascension. Sur le toit, il trouvait du gravier à gratter ; un chien pouvait s'y amuser tout son saoul, à la condition qu'il n'aboyât pas. C'était une sorte de paradis que nul n'était assez athlétique pour atteindre, sauf ce dieu tout-puissant qui sentait la peinture."...

 

 

 

http://diereseetlesdeux-siciles.hautetfort.com/archive/20...

03:40 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

19/10/2020

La sainteté ♣♣♣ Le poème du jour

La sainteté est admirable. Ces êtres ont franchi un cap qui les élève tant qu'ils transcendent la peur par leur foi. 

 

Saint Ignace d'Antioche a écrit pour les chrétiens avant d'être livré aux fauves :

 

 

« Il n'y a plus en moi de feu pour aimer la matière, mais une eau vive qui murmure et dit en moi : 'Viens vers le Père. »

 

Etre animé de cette foi en Jésus, pour les peureux que beaucoup d'entre nous sommes, quelle libération !  Je prie pour atteindre ce cap.

 

♣♣♣

 

Extrait de Y aura-t-il un chant ? de Juliana Spahr :

 

"During these days,
I would wake up and my head would hurt
and then I would realize that in my dream
I had said to myself that I should write some poetry.
But my dreams never explained to me why.
Or how.
How to sing in these dark times?
It is true that I have been with poetry for a long time.
Since I was a teenager.
Those loves of many years and our bodies changing together.
And yet also the deepening of this love. Despite.
That day with the breeze in the bar
And we said together, there needs to be some pleasure in the world.
And next, poetry is the what is left of life.
And we pledged, more singing.
And we referenced by saying,
In the dark times. Will there also be singing?
Yes, there will also be singing. About the dark times."

 

Prendre de la distance par le chant dit la poétesse qui reste un instant sans voix face aux temps sombres que nous traversons.

 

 

 

11/10/2020

J'ai lu ce matin un texte intitulé "imparfait" ♣♣♣ Grammaire anglaise du jour

Mais oui cher poète, je vous donne raison pour ma part, elles sont presque parfaites ces petites imperfections. Ces creux et ces bosses, sillons de l'humanité.

Y a-t-il raison ou déraison à aimer ce gros pif, ce rougissement, cette laideur passagère du rictus douloureux ? 

La beauté réside ailleurs à mon sens.

 

Ici :

http://aufildelavie.hautetfort.com/archive/2020/10/10/imp...

 

♣♣♣

 

D'un point de vue grammatical, la déclaration de Kettering, ci-dessous, présente pour moi un certain intérêt. Après : "résider dans le futur" ne fait pas grand sens pour moi. On goûte l'instant sans empiéter sur le futur des autres, je comprends mieux cela. Mais bon, du point de vue grammatical, écoutez plutôt :

 

 

We must look forward to the future as that is where most of us will be spending the rest of our lives.

~ Charles Kettering

 

Nous devons nous tourner vers l'avenir "as that", car c'est là que (éludé dans la phrase anglaise) "most of us" la plupart d'entre nous passerons notre vie.

 

En fait, il veut juste dire par là que pouvoir se projeter vers l'avenir donne espoir. Mais il le dit de façon compliquée, qui le fait passer par une grammaire intéressante pour l'éternelle étudiante en anglais que je suis.

 

Ici, une autre déclaration en anglais va suivre, qui me laisse un peu sur le cul je dois dire. C'est profond. Je vous laisse le soin de traduire et de savourer au passage la beauté subtile de la grammaire anglaise :

 

I have matured into someone I never dreamed I would become: an unbridled optimist who sees the glass as always full of something. It may be half full of water, precious in itself, but in the other half there's a rainbow that could exist only in the vacant space.

~ Alice Walker

 

Commentaire :

 

Savoir faire place à l'autre, ce qui ne signifie pas s'effacer, mais juste lui faire place, car il peut porter l'arc en ciel. Il peut être en somme l'envoyé de là-haut qui te fera place à son tour. 

04:52 Publié dans Note, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)