Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2020

Voyage

S'apprendre à voyager immobile.... par la pensée. Qu'en dis-tu ma fille ?

Voyage astral... pas du tout polluant.

Le nomade ne fait pas forcément des km et des km, il bouge selon un rythme à lui, celui de son travail... pensant aux touaregs d'avant.

Faire le globe-trotter par contre, c'est un peu le passe temps du touriste aujourd'hui. Il va falloir se calmer de ce côté-là... les croisières sur immeubles flottants par exemple, qui menacent les fondements de Venise... cela n'est plus de mise.

07:26 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

22/03/2020

Elle fait du pied ♣♣♣ Lu ce matin Jean Staune à propos de la chloroquine ♣♣♣ Séance nouvelle

 

Elle fait du pied à pas mal de monde, la mort, ces temps-ci, surtout aux vieilles personnes dont je suis. Je préfère cela plutôt qu'elle jette son dévolu sur les enfants. Jésus, du Ciel où tu te trouves,  un plus grand nombre que d'ordinaire va vouloir te rejoindre. Je ferai peut-être partie du lot. Pour l'instant en tout cas, pas de fièvre etc. ; je respecte les consignes, je ne nargue pas le virus et je m'octroie des soins à domicile via quelque cinq séances de vidéo par jour, pas très longues. Et que ta Volonté soit faite. Amen.

 

J'ai très bien dormi cette nuit et je commence un soin avec la séance Wave Hands like clouds, Mouvoir les mains comme des nuages, que nous enseigne Rich Marantz.

 

♣♣♣

 

 

"Ce matin le « Doodle » de Google rend hommage au Dr. Philip Semmelweis, ce qui est vraiment justifié en cette période.

 

Au milieu du 19ème siècle, une épidémie terrible, la fièvre puerpérale, faisait mourir des femmes venant d’accoucher. Semmelweis nota une différence importante entre les décès dans un service pratiquant des autopsies et un service n’en pratiquant pas, et mis en place un protocole consistant à désinfecter les mains de tous ceux qui pratiquaient un accouchement. Le taux de décès tomba de 20 à 30% à moins de 5%. La démonstration était imparable, mais ses collègues, loin de lui emboîter le pas, le critiquèrent vertement. Certains allèrent jusqu’à dire que se laver les mains était une rémanence de pratiques religieuses archaïques. Alors que les morts s’accumulaient, Philip Semmelweis protesta, hurla, conspua le corps médical en disant que les médecins, transformés en criminels, faisaient mourir leurs patients.

 

Il fut interné dans un hôpital psychiatrique où il fut tué par un infirmier brutal à l’âge de 47 ans. Cinq ans après sa mort, Pasteur découvrit les microbes et donna une explication scientifique définitive aux observations de Semmelweis. Ce « martyr de la science » a été oublié et on pourrait penser qu’un tel aveuglement appartient à une époque révolue. Pourtant, et toutes proportions gardées, il est possible que ce même phénomène se déroule sous nos yeux.

 

Le Pr. Didier Raoult est le Directeur de l’Institut Hospitalier Universitaire « Méditerranée Infections » à Marseille, mais c’est surtout l’un des meilleurs spécialistes au monde des virus, classé meilleur spécialiste mondial des maladies infectieuses par un site d’évaluation des chercheurs.

 

Fin janvier, il avait conseillé à des confrères chinois d’essayer la chloroquine, un médicament antipaludéen connu depuis de nombreuses décennies.

 

Fin février, des études certes très préliminaires mais faites là-bas sur un grand nombre de malades, montrent que le traitement était extrêmement efficace.

 

Mais quand le Pr. Raoult annonce les résultats chinois, le Ministère de la Santé prend soin d’envoyer un tweet en disant que … c’est une fake news ! Les « Décodeurs » du Monde le disent également et le bandeau « Fake News » est mis sur la vidéo du Professeur (qui fait pourtant partie du Conseil Scientifique chargé de conseiller le Président de la République sur ce sujet). Didier Raoult va donc entreprendre sa propre étude et en dévoiler les résultats : 75% des patients traités ont vu le virus disparaître de leurs corps en six jours, contre 10% seulement en l’absence de traitement.

 

Certes cette étude n’est faite que sur 24 malades, mais un ami statisticien m’a confirmé que devant un tel écart de résultats entre le traitement et le non-traitement, il n’était absolument pas nécessaire de faire une étude sur plus de malades pour conclure.

 

Depuis, le Pr. Raoult a obtenu des résultats encore meilleurs en associant de la chloroquine à un antibiotique. Mais il est absolument fascinant d’observer, alors que l’information commence à se diffuser, les réactions des « experts », du porte-parole du gouvernement, des responsables du ministère de la Santé, etc. face à cette extraordinaire possibilité : pas un seul qui ne freine des quatre fers et qui ne dise autre chose que « prudence, prudence, ce sont des résultats préliminaires qui demandent à être confirmés ». De l’autre côté de l’Atlantique, Trump n’a pas attendu plus d’une journée, après avoir pris connaissance des travaux du Pr. Raoult, pour indiquer que la chloroquine sera distribuée à tout le monde.

 

On pourrait penser que c’est là de la jalousie ou l’incompétence, mais c’est quelque chose de beaucoup plus profond. C’est une forme « d’obscurantisme scientifique ». Eviter la mort de milliers de femmes simplement en se lavant les mains ? Ridicule ! Guérir un nouveau virus mortel avec un médicament connu depuis plus de 70 ans ? Absurde !

 

On n’ose imaginer que, dans les réticences de tout ces experts, se niche aussi le fait que la chloroquine est un médicament quasiment gratuit, alors que les autres médicaments vont coûter infiniment plus cher et rapporter des sommes gigantesques aux laboratoires pharmaceutiques qui les auront brevetés (le British Medical Journal avait exposé, lors de la grippe H1N1, que certaines décisions des experts de l’OMS étaient plus favorables aux revenus des laboratoires qu’aux intérêts des patients !).

 

Heureusement, aujourd’hui, par rapport à Semmelweis, les réseaux sociaux changent la donne et la pression populaire peut amener la vérité à triompher vite. On peut déjà considérer comme un espoir le fait que le gouvernement vienne d’interdire l’exportation de la chloroquine (fabriquée par un laboratoire français !) « au cas où elle s’avèrerait avoir un effet contre le coronavirus ! »

 

Néanmoins, la question se posera à la fin de l’épidémie : combien de personnes seront mortes en France alors qu’elles auraient pu être sauvées par un médicament français dont l’utilisation contre le coronavirus est au départ une idée française ?"

 

Jean Staune, sur le site Marie de Nazareth.

 

♣♣♣

 

Je découvre cette séance de respiration ce matin :

 

https://youtu.be/5f2ksP6S5gw

20/03/2020

Observations

Première observation. À propos de la nourriture : je mange moins. Par exemple, je ne mange plus qu'un seul carré de poison avec du riz et non deux carrés. Avantages : je n'aurai pas à retourner aux courses aussi rapidement que si je consommais plus, d'autre part, je participe à la gestion des stocks. Plus le consommateur consomme de façon raisonnable et mieux on partage les stocks de nourriture.

 

Je tourne en rond deux fois autour du pâté de maison où j'habite lorsque je sors pour faire de l'exercice physique. À cette occasion j'ai pu voir l'étonnement d'un chat noir et blanc, qui marchait au milieu de la rue dépourvue de voitures en circulation. Toutes étaient à l'arrêt sur les accotements. Le chat avait l'air étonné. Une jeune femme promenant son chien m'a regardée d'un air courroucé, sans voir ma feuille blanche pliée en quatre dans ma main droite, où était cochée la case "bref exercice physique". Du coup, je n'ai pas osé faire un troisième tour de ce même pâté de maison. De peur aussi qu'on me surnomme "Madame Tourne en rond".  

 

Du canapé où je me trouvais, deux gros pigeons installés  à presque un mètre l'un de l'autre nous observaient, en train de regarder la télé. J'ai levé un peu les yeux et je les ai vus. On aurait dit des espions du confinement.

 

Je suis allée dans le patio travailler au rangement de celui-ci. Les deux ouvriers qui étaient venus débiter l'arbre mort tombé en travers de ce petit espace lors de la tempête du mois dernier ont laissé pas mal de branches à ramasser, ainsi que les tuiles cassées. Cela m'a fait faire de l'exercice de tout remettre en ordre. Je nageais, transpirant abondamment dans mon anorak dédié aux travaux du patio... vêtement couleur jaune vif et hyper rembourré. Je devais ressembler à un énorme poussin. Cela a fait office de bain de vapeur... lorsque je me suis douchée, c'était merveilleux de sentir les pores de la peau respirer.

 

Je pense aux enfants turbulents de nature et à leurs parents. Il faudrait créer des espaces pour les enfants, quitte à les séparer un temps de leurs parents (pour ceux qui veulent évidemment). Puisque eux  ne souffrent pas du corona virus ou très peu, sans forme grave. Des espaces réservés aux enfants donc, avec deux ou trois adultes habillés pour la circonstance "en cosmonautes" pour les garder. Pas évident pour les animations côté adulte aussi faudrait-il prévoir des poneys,  des chiens au tempérament doux, des balançoires...   et pour le soir des dortoirs avec des boîtes à musique... des télés, des tablettes pour certains...

 

Courage à nous tous. 

22:49 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)