Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2019

ne pas se suffire à soi même ♣♣♣ Souviens-toi ♣♣♣ L'économiste intuitif

Certes la recherche de l'autonomie et avoir le plus d'autonomie possible est chose souhaitable, que l'on traduit par "voler de ses propres ailes".

J'ai noté depuis un certain temps déjà que malgré tout, le plus autonome des autonomes, s'il se suffisait à lui-même complètement, sachant tout faire lui-même, deviendrait mentalement un Robinson Crusoé au bout du compte.

 

La machine si elle pourvoit à tous les besoins de l'homme, lui fournissant même la compagnie, bien qu'illusoire, est redoutable en ce sens.

 

Tout est donc question de dosage dans le domaine des inventions de technologie de pointe et c'est pourquoi on ne loue plus béatement le progrès, concernant ce genre de progrès.

Passons du coq à l'âne :

ce matin j'ai eu mon "Notre dame" à la maison. Non pas que la maison ait cramé, mais une parka de printemps a disparu. Si elle m'avait appartenu, je n'en aurais pas fait "une affaire d'état", mais elle appartient à mon compagnon.

J'ai cherché dans le moindre recoin de la maison : pas de parka (abandonnée depuis des mois pour la parka d'hiver). C'en ai surnaturel en plus d'être déprimant. J'ai même cherché dans la voiture et que couic !

Surplus d'habits : trois ou quatre blousons appartenant à mon ami, qu'il ne met plus pour diverses raisons mais que je n'ose pas donner parce qu'ils ne sont pas neufs, et que, on ne sait jamais, l'ami voudrait remettre. Donc il y a accumulation. Sans compter l'énorme parka de Sam, aussi volumineuse qu'un meuble. Tout cela fait "poids" mais n'explique pas la disparition de la parka recherchée ce matin.

Je me suis apaisée à la pensée d'une sorte d'avertissement divin : le surplus est du vol.

Je prends donc sur moi depuis cette étincelle de lucidité  : je n'avais qu'à oser donner le surplus, qui n'appartenait plus à mon ami, puisque c'était du surplus. Bienfait pour nous, si celle-là manque. Les fringues en surplus ont manqué à d'autres.

Comme dit l'expression populaire "C'est bienfait pour vous !" ou encore : "c'est bien fait pour vous" avec ici la nuance de l'intervention divine encore plus appuyée.

C'est pourquoi je dis que ce matin, à l'échelle de la maison, j'ai eu mon "Notre Dame". La parka a cramé en quelque sorte, pour m'avertir de quelque chose. 

Et j'en prends note avec une certaine gravité sereine je dois l'avouer aux contemporains d'aujourd'hui qui me liraient et croiraient que je blague. It's not a joke my friends !  

 

                                                   ♣♣♣

 

Remember

 

Joy Harjo, 1951

 

Remember the sky that you were born under,
know each of the star’s stories.
Remember the moon, know who she is.
Remember the sun’s birth at dawn, that is the
strongest point of time. Remember sundown
and the giving away to night.
Remember your birth, how your mother struggled
to give you form and breath. You are evidence of
her life, and her mother’s, and hers.
Remember your father. He is your life, also.
Remember the earth whose skin you are:
red earth, black earth, yellow earth, white earth
brown earth, we are earth.
Remember the plants, trees, animal life who all have their
tribes, their families, their histories, too. Talk to them,
listen to them. They are alive poems.
Remember the wind. Remember her voice. She knows the
origin of this universe.
Remember you are all people and all people
are you.
Remember you are this universe and this
universe is you.
Remember all is in motion, is growing, is you.
Remember language comes from this.
Remember the dance language is, that life is.
Remember.

 

                                        ♣♣♣

 

L'économiste intuitif, ici :

 

https://laviedesidees.fr/Hyman-Minsky-un-economiste-visionnaire.html

10:10 Publié dans Note, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

12/04/2019

La camera obscura (nous entrons dans le domaine concret de la science, accrochez-vous) ♣♣♣ Les racines ou la patrie ♣♣♣ La phrase

 

                            ♣♣♣

 

Hannah Arendt

 

La tristesse est comme une lumière dans le cœur allumée,
L’obscurité est comme une lueur qui sonde notre nuit.
Nous n’avons qu’à allumer la petite lumière du deuil
Pour, traversant la longue et vaste nuit,
Comme des ombres nous retrouver chez nous.

 

La forêt est éclairée, la ville, la route et l’arbre.
Heureux celui qui n’a pas de patrie;
iI la voit encore dans ses rêves. 

 

Hannah Arendt, Heureux celui qui n’a pas de patrie (Payot/Rivages, 2015

 

Hannah Arendt était bien placée pour sentir que la patrie est finalement un concept volatile.

On se croit "à la maison", mais d'autres vous disent que non, vous n'y êtes pas.

En général dans ces cas-là on n'en reste pas là, sans vouloir jouer sur les mots : la violence peut apparaître et il vaut mieux partir avant que l'on ne vous fasse partir.

Je m'intéresse à l'Histoire avec un grand H, parce que cela dit beaucoup de choses sur l'humanité, cependant l'enracinement d'une personne à un endroit donné ne devrait pas tant avoir de rapport avec l'Histoire qu'avec la simple sensation de pouvoir se sentir chez soi là où l'on est, et cela ne dépend pas que de soi. Il ne devrait plus y avoir de question de légitimité à se sentir de quelque part... cela paraît simple, et pourtant des gens d'un coup peuvent se retrouver involontairement de nulle part puisque là où ils sont, d'autres les trouvent "illégitimes", pour, dans le cas de Hannah Arendt, une simple question d'origine.

 

                                                 ♣♣♣ 

If one has limited funds, what would you recommend purchasing first: residential solar panels or an electric vehicle ?

 

Dans le cas d'un budget limité, ou, si quelqu'un a un budget limité, que recommanderiez-vous d'acheter en premier : des panneaux solaires résidentiels ou un véhicule électrique ?

 

Comment : parfois le budget est si limité qu'il n'est question d'acheter ni l'un ni l'autre.

 

 

 

 

30/03/2019

Le monde pas très connu jusqu'ici

... Toujours est-il que, à France Loisirs, l'autre jour j'ai acheté de Gilbert Sinoué L'Envoyé de Dieu, ne sachant pas que le livre parlait de la vie de Muhammad, le prophète qui a eu ses révélations par l'ange Gabriel.

 

Dans ce livre, un scribe  recueille des informations sur la vie de Muhammad de la bouche d'un très vieil homme qui accompagnait le prophète, et, parallèlement à cette aventure mystique, ce scribe tombe amoureux de la servante de la maison, d'origine abyssinienne.

 

Le scribe, croyant, va être confronté à un dilemme certain car la femme a été mariée en tant que seconde épouse ; mais son époux la battait et elle a dû fuir car l'homme n'acceptait pas le divorce. Donc l'enfer dont parle Muhammad leur pend au nez croit la femme, s'ils font l'acte charnel.

 

D'après ce que je lis dans le livre de Gilbert Sinoué, Muhammad était confronté à un monde très violent. Avant les tribulations qu'occasionna l'arrivée du prophète dans leur vie, les arabes pour la plupart n'étaient pas juifs ou chrétiens mais avaient une religion polythéiste.

 

L'ange Gabriel les relie, par l'intermédiaire du prophète, à ceux qu'ils nomment Les gens du Livre, c'est-à-dire, les juifs et les chrétiens, en ce qu'ils ne croient plus qu'en un Dieu unique.

 

Muhammad, en contact avec ces différentes communautés, juive et chrétienne, trouve que dans la Trinité dont parle les chrétiens, on peut éventuellement voir du polythéisme, que l'ange Gabriel lui demande de combattre à toutes forces car cela génère de l'idolâtrie. Mais Muhammad rappelle souvent qu'il est l'Envoyé de Dieu et donc un homme, qui n'a pas la science infuse sur tout dès lors que l'ange Gabriel ne s'exprime pas sur certaines questions.

 

Le fait essentiel est que le Dieu unique ne génère pas d'idolâtrie.

 

Frictions avec les juifs aussi, que Muhammad trouve menteurs (ceux à qui il a affaire). Mais il reste que chrétiens comme juifs, bien que s'égarant aux yeux de Muhammad, sont les gens du Livre.

 

Et les bouddhistes dans tout cela ? Le roman de Gilbert Sinoué n'en parle pas.

 

Le lien entre le bouddhisme et les chrétiens est assez fort pour moi en ce que le bouddhisme je le vis comme une philosophie qui se marie bien avec la foi dans le Christ.

 

Et arrive Muhammad via Gilbert Sinoué, rappelant que les musulmans sont en lien avec Jésus eux aussi, d'une autre façon que les chrétiens ;  les musulmans, respectant les gens du livre, chrétiens et juifs, leur doivent le respect dit Muhammad.

 

Chacun fait de son mieux dans sa croyance propre.

 

Ne pas avoir d'idoles, et prier le Dieu unique étant l'essentiel, voici ce que j'ai trouvé comme message de Muhammad à travers le livre de Gilbert Sinoué. Inch Allah.

 

Lorsqu'il naîtra, tu diras :"Je te place sous la protection de l'Unique, contre la perfidie de tout envieux."

Ibn Hichâm, Al-Sîra al Nabawwayya

 

 

 

07:17 Publié dans Lecture, Note | Lien permanent | Commentaires (0)