Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2017

Vu ce soir en DVD

 

Le film est intitulé en français Les survivants, de Zobel. Il n'est pas sorti en salles. On y voit trois rescapés, une femmes et deux hommes, d'un désastre nucléaire. D'abord se forme presque un couple, ils n'en sont qu'au flirt quand le troisième arrive... sa simple présence remet en jeu la relation des deux premiers... rien n'est jamais acquis. Lequel des deux hommes la femme va-t-elle choisir ? car il n'a pas l'air d'être question d'amour à trois.  Relation triangulaire qui provoque des tensions. Il s'agit plus ici de croire en l'homme, en sa capacité de surmonter l'égoïsme, qu'en Dieu dont il est souvent question dans ce film qui fait de nombreuses fois référence à la bible. Des critiques ont vu du machiavélisme chez le nouveau venu, joué par Chris Pine... que je n'ai pas perçu, du moins lors de ce premier visionnage. Il disparaît d'un coup, d'après l'autre homme, il a repris la route... vu le peu de chances de survivre en quittant le groupe la question se pose de savoir s'il l'a tué pour se débarrasser d'un rival. Croire en Dieu et croire en l'homme, c'est finalement tout un pour certains. Le film reste ambigu. On ne sait pas avec certitude si le troisième rescapé, dernier arrivant,  s'est fait tuer ou a vraiment choisi de s'en aller. À nous spectateur de croire ou pas en l'homme ?  Il serait parti sans dire au-revoir à la femme qu'il avait l'air d'aimer.... gros doute ! Si le premier n'a pas été à la hauteur et a assassiné l'autre... reste à espérer en Dieu.

23:59 Publié dans cinéma, Note | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2017

une forme de misère

 

Je rends visite à une personne à qui j'ai fait du pain bio que j'aime manger pour ma part car mon compagnon et moi lui trouvons bon goût et il est fait  à partir de farine de sarrasin et de farine de millet, donc riche en protéines et non pas trop chargé  en glucides...  le personnel de l'établissement a jeté le pain. Raison : le patient lui, ne l'aimait pas fort. Mais j'avais demandé que le pain me soit rendu  au cas où le patient ne l'aurait pas apprécié. C'est la deuxième fois que l'on jette ainsi un produit alors que je demande qu'il me soit rendu s'il n'est pas apprécié.

 

Les français sont-ils violents ? Je réponds que oui, à l'usure de ce genre d'expérience avec mes compatriotes institutionnalisés, que ce soient des institutions privées ou publiques... au vu de ce genre de comportements récurrents ils  sont  hyper violents à mon sens. Qu'en est-il de la jeunesse qui se trouve dans toutes ces institutions,  scolaires y compris où je me rappelle au passage qu'une prof de français jugeait souvent ses élèves sur leur apparence physique.

 

Soit sous le choc de ces comportements des "référents"  ripoux, trop nombreux,  ils manquent de personnalité et ne quittent plus leurs parents qu'à un âge très tardif, comme trente ans ! soit ils deviennent violents. C'est parfois les deux à la fois. 

 

Quel dommage mon pays que j'aimerais tant pouvoir aimer !

 

Pour le "pain quotidien", c'est raté pour le moment, ce n'est pas faute d'avoir essayé.  Il faut du courage pour garder la foi ! je la garde mais sans référence religieuse à laquelle je ne crois plus par contre.

10:38 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

21/07/2017

Stupéfaction à dépasser

 

Hier soir c'était la deuxième émission ces temps-ci que je suivais à propos de l'assassinat de l'enfant Grégory  Villemin.

 

Quelqu'un après avoir, a priori, assuré avoir été témoin de quelque chose, peut-être, (en l'occurrence son beau-frère, monsieur Laroche, qui aurait fait ceci ou cela), avant de se rétracter passe maintenant des jours et des jours en prison, sous pression, et en même temps comme sa  situation auprès de l'opinion publique s'est beaucoup dégradée, à l'abri dans cette prison.

 

Je me dis que cette dame, Murielle, et sa sœur ainsi que monsieur Laroche, si jamais ils sont innocents auront subi une longue torture d'autant plus absurde de par le fait, outre les lourds soupçons quant à leur implication dans le meurtre de l'enfant, que l'on veuille absolument qu'ils aient éprouvé un sentiment de jalousie à l'encontre  des Villemin pour expliciter leur acte. Tout le monde se projette... on voit des journalistes demander à madame Laroche si elle était jalouse des Villemin à cause de leur réussite sociale. Mais les Villemin ne sont quand même pas milliardaires ! de plus si les Laroche se situent comme on le dit dans un climat de lutte sociale, alors,  il est plus probable qu'ils aient éprouvé à l'encontre des Villemin plus un sentiment d'aversion relative que de jalousie.

 

Par ailleurs, si l'on se situe sur le plan de la "capacité à se reproduire sans pépins"... on peut penser aussi à une part de frustration chez les parents Laroche du fait que leur enfant ne jouissait pas d'une parfaite santé à l'époque, mais les gens ont tellement de motifs de frustration sans aller, fort heureusement, faire du mal à l'enfant d'un autre pour autant...  les Laroche on peut imaginer qu'ils aient eu eux aussi des capacités de sublimation, ne serait-ce que par l'amour qu'ils se portaient l'un à l'autre ainsi qu'à leur enfant, qui les accaparait assez pour ne pas dérailler.

 

Or des journalistes de la télé veulent leur coller ces sentiments comme s'ils se projetaient en s'identifiant aux Villemin. Que ce doit être lourd à endurer !

 

 

Le cousin qui a vu sa cousine aujourd'hui presque incriminée se faire houspiller serait-il plus à même de prouver par là quelque chose ?

 

 

Le juge Lambert a dit en substance que des gens savent ce qui s'est passé et ne veulent pas se l'avouer à eux-mêmes.  À l'inverse des médium, qui sont confrontés  à une vérité, et qui l'assument, eux ne voudraient pas y croire. Est-ce à dire que le juge Lambert aurait pensé qu'une personne intouchable, positivement intouchable, en quelque sorte, "sacrée", du point de vue de sa réputation dans le village, ait pu prendre part à l'assassinat de l'enfant ou le commettre à elle seule ?  Le fait qu'il ait pensé à cela ne fait pas non plus de ses soupçons une certitude et de la personne à laquelle il a pensé une coupable.

 

Je ne suis pas médium quant à moi... et reste donc dans la stupéfaction comme beaucoup de monde.     

05:06 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)