Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2020

Les serfs

Les serfs du Moyen âge et non pas cerfs ! ☺ La servitude, et non pas la cerfitude, à moins que d'avoir un accent. Là-dessus, je m'en vais travailler car faute de retraite, je dois encore gagner mon pain.

07:14 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

06/07/2020

Lecture de la rencontre entre deux femmes ♣♣♣ Le miracle en question

L'une interroge, Rodica Draghincescu, l'autre répond, Françoise Hàn. On appelle cela une interview. J'ai retenu ceci concernant ce que répond l'auteure à propos de l'écriture :

 

"Comme je le disais, aucun destin ne m’a imposé l’écriture. Il n’y avait pas plus de petit sentier en suspens que de grande autoroute. Je pense que le besoin de créer existe chez tout être humain et qu’il faut une certaine volonté, dans les conditions sociales régnantes, pour lui permettre de s’exercer. J’ai toujours eu la passion de la lecture."

 

Personne ne "téléguide" personne pour écrire. L'acte d'écrire vient naturellement avec celui de la lecture. Lire, c'est déjà commencer d'écrire en somme. Je suis d'accord avec cela, lire génère de la pensée et, silencieusement et intérieurement, cette pensée générée par la lecture fait aller de l'avant. 

J'ai regardé pour la énième fois hier "La redevance du fantôme", où joue Stéphane Fey en premier rôle, et Marie Laforêt, autre premier rôle de ce film... Un homme, intrigué par une maison que l'on dit hantée, demande à la visiter. Celui qui vient d'en sortir ne veut pas y retourner et le demandeur va devoir assumer seul une visite des lieux anxiogène car il se lance dans l'inconnu. Serait-ce cela la condition humaine ? Ce moment d'incertitude où vous croyez marcher seul, ou seule. Mais une présence d'un coup lors de la visite de la maison : celle du fantôme, que joue Marie Laforêt, toute habillée de noir et voilée à "double tour", visible et invisible à la fois. Le visiteur fait donc face à l'inconnu qui s'échine à se vouloir terrifiant lors de cette apparition. Alors l'autre, ne va plus du tout de l'avant pour continuer sa visite de la maison mais bat en retraite. Donc ici la dimension extérieure, "le destin" qui, de sa main (incarnée par celle de Marie Laforêt), fait signe de partir à l'autre, est hostile. Le destin se vit souvent comme une fatalité, comme une main qui vous fait signe de partir. Le visiteur dès lors, malgré sa terreur, n'a de cesse de vouloir contrer ce destin, ou faire en sorte que, tôt ou tard, l'inconnue se révèle. Il veut voir le visage de l'autre pour cesser, en premier lieu d'avoir peur... et ainsi pouvoir continuer d'aller de l'avant, de continuer à évoluer dans la maison sans entrave et aussi de penser. La peur l'a d'abord paralysé ; il a reculé, éteint les bougies et a fait demi tour, puis lors d'un retour forcé dans cette maison,  de révolte contre l'état de peur quasi mortelle dans lequel il se trouve réduit,  le visiteur arrache le voile de l'inconnue. Dès lors, la peur s'évanouit. Le visage de Marie Laforêt n'est pas avenant, dans le sens de l'accueil de l'autre bien entendu, car une fois dévoilée, elle a peur sur le coup, à son tour. 

Un ressort de la soif de connaissance que le désir de juguler la peur ?

 

Un extrait de La redevance du fantôme. Hélas You Tube n'a pas mis l'intégral du film. J'ai la chance de l'avoir en DVD. Ici, Marie Laforêt, hors de la maison hantée, ne joue pas les fantômes et n'est donc pas voilée :

 

 

♣♣♣

 

Le miracle en question sur Regards sur une vis sans fin : 

http://regardssurunevissansfin.hautetfort.com/

 

Se vouloir le maître de la désillusion en s'opposant à l'idée même de miracle, c'est courant. Mais il y a plus dur : c'est de désespérer autrui. La haine produit cette volonté de désespérer l'autre, de paralyser sa pensée en produisant de la peur et de l'écrasement. Cela peut appeler des héros à sacrifier leur vie pour que se produisent les miracles.  C'est un poème en cours comme le dit Françoise Hàn. 

 

   

02/07/2020

Un chat nommé Darwin

J'en suis à la page 95 du livre intitulé Un chat nommé Darwin, de William Jordan. Un écrivain de formation scientifique se prend d'intérêt pour un chat des rues. L'affection vient se mêler à cet intérêt porté au chat, à qui il a fini par donner le nom de Darwin, son maître à lui, le potentiel maître de ce chat ayant débarqué de façon imprévisible dans sa vie.

 

  Découle de cette présence parfois importune, une révolution dans l'esprit de celui qui s'estime devenu plutôt le tuteur du chat, car insiste-t-il, conscient des responsabilités qui lui incombent à partir du moment où il assume le fait que "la bestiole" est bel et bien entrée dans sa vie. L'écrivain fait profiter ses lecteurs de l'esprit cartésien qui est le sien, en prise avec quelque chose d'ordre apparemment irrationnel : l'affection portée à une entité dite "simple", inférieure à l'homme pour le biologiste, mais qui bouleverse sa vision du monde, ou menace de la bouleverser. En tout cas, le tuteur en question s'accroche à ses connaissances scientifiques, ne déposant pas tous ses bagages scientifiques mais faisant plutôt appel à eux pour garder une prise sur ce qui lui arrive, tel un changement de paradigme, "attention les secousses".

L'extrait page 95, 96 :

 

"À force de l'observer, je me remis à penser en biologiste et à m'interroger sur les facteurs sous-jacents à l'expérience individuelle — échappant au contrôle conscient — qui font de nous ce que nous sommes. Comme j'avais constaté chez les matous que je voyais par ma fenêtre la même régularité dans les activités, j'en conclus qu'il s'agissait probablement d'un caractère inné chez les prédateurs. C'était une façon de ne jamais laisser ses proies au repos, de les empêcher de prévoir d'où viendrait la prochaine attaque. Le comportement de Darwin était donc logique.

 

Je commençai également à reconnaître, dans ses habitudes, la marque de la néotonie. On appelle néotonie la rétention de caractéristiques juvéniles chez l'adulte, et si certains peuvent en être accusés individuellement, en tant qu'espèce les humains sont parfois considérés comme de grands singes néotoniques parce que, à l'âge adulte, ils manifestent des traits physiques communs aux jeunes anthropoïdes. Citons par exemple la minceur et la construction délicate de la boîte crânienne qui ressemble à celle d'un bébé chimpanzé. Le crâne de l'adulte, au contraire, est massif, avec des crêtes et des bourrelets épais.

 

La néotonie concerne aussi le comportement et implique un contrôle génétique. À force de fréquenter Darwin, je me rendis compte que ses façons de faire ressemblaient énormément à celles d'un chaton. Quand je le caressais, il arquait le dos et pétrissait le tapis avec ses doigts et ses griffes comme un petit chat pétrit les mamelles de sa mère en tétant. En fait, beaucoup de ses manières, de ses postures, que je trouvais charmantes, étaient celles d'un chaton manipulant sa mère. Au bout d'un moment, je ne voyais plus que cela — la façon dont il réclamait sa nourriture en cherchant mon regard, en pénétrant mon âme ; la façon dont il se frottait à mes jambes quand il voulait quelque chose : ses miaulements et ses cris si semblables à ceux d'un bébé humain.

 

Un chat sauvage se serait comporté tout autrement. Si Darwin était né de parents sauvages — Felis sylvestris —, il serait devenu beaucoup plus méfiant et tendu. D'un caractère distant, réservé, il ne mendierait pas, ne demanderait aucune faveur et répondrait férocement à toute provocation, pour se défendre. Autrement dit, il serait devenu pleinement adulte. Il aurait acquis la force et l'agressivité nécessaires pour survivre seul, défendre son territoire, s'assurer l'accès à des femelles en chaleur, et il serait très difficile, voire impossible, à contrôler. À cause de sa nature sauvage, il ferait un compagnon invivable, voire dangereux pour l'homme.

 

La majorité des gens qui désirent un animal de compagnie ont besoin que cet animal reste infantile. Les enfants élévés dans la discipline apprennent à se soumettre, à se laisser guider, à plier, ils sont modelés par la volonté de l'adulte. Fabriquer des individus disciplinés, bons chrétiens, respectueux des valeurs, de caractère facile, comme leurs parents, n'est-ce pas l'alpha et l'omega de toute bonne éducation ? C'est pourquoi la nature nous permet de former l'enfant, de le modeler avant qu'il ne devienne grand, poilu, tatoué, piercé, impertinent, costaud et rebelle à toute domination. De même que les chatons sauvages, deviennent des chats sauvages, les enfants deviennent des êtres humains. Le but de toute domestication serait donc de prolonger cette docilité génétique de l'enfance et de la fixer dans l'adulte, afin de créer des animaux pouvant être pliés à notre volonté et à nos besoins affectifs."

 

Un chat nommé Darwin, de William Jordan, extrait de la page 95 à 97. 

 

Commentaire : l'auteur réfléchit beaucoup à la condition humaine et animale. Les conclusions de "faire plier" en ayant recours à une dose d'infantilisation sont peut-être justes concernant les politiques. Il s'agit d'une sorte de prise de possession. Mais chez les chrétiens, on insiste sur la liberté justement de chaque individu et on lutte contre la possession. On dit à Dieu "que Ta Volonté soit faite" car on reconnaît librement sa perfection alors que le priant ne s'estime pas parfait quant à lui. Alors ? Le débat n'est pas clos. En tout cas, merci William Jordan pour cette sincérité et  cet acharné travail pour comprendre les gens et les animaux. Je continue donc volontiers ma lecture de ce livre. L'aventure du scientifique, qui reconnaît avoir tué beaucoup d'animaux en laboratoire, aux prises avec cet être animal mais pas sauvage, qui le remue en profondeur titille énormément ma curiosité

 

04:42 Publié dans Lecture, Note | Lien permanent | Commentaires (0)