Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2020

J'ai lu ce matin un texte intitulé "imparfait" ♣♣♣ Grammaire anglaise du jour

Mais oui cher poète, je vous donne raison pour ma part, elles sont presque parfaites ces petites imperfections. Ces creux et ces bosses, sillons de l'humanité.

Y a-t-il raison ou déraison à aimer ce gros pif, ce rougissement, cette laideur passagère du rictus douloureux ? 

La beauté réside ailleurs à mon sens.

 

Ici :

http://aufildelavie.hautetfort.com/archive/2020/10/10/imp...

 

♣♣♣

 

D'un point de vue grammatical, la déclaration de Kettering, ci-dessous, présente pour moi un certain intérêt. Après : "résider dans le futur" ne fait pas grand sens pour moi. On goûte l'instant sans empiéter sur le futur des autres, je comprends mieux cela. Mais bon, du point de vue grammatical, écoutez plutôt :

 

 

We must look forward to the future as that is where most of us will be spending the rest of our lives.

~ Charles Kettering

 

Nous devons nous tourner vers l'avenir "as that", car c'est là que (éludé dans la phrase anglaise) "most of us" la plupart d'entre nous passerons notre vie.

 

En fait, il veut juste dire par là que pouvoir se projeter vers l'avenir donne espoir. Mais il le dit de façon compliquée, qui le fait passer par une grammaire intéressante pour l'éternelle étudiante en anglais que je suis.

 

Ici, une autre déclaration en anglais va suivre, qui me laisse un peu sur le cul je dois dire. C'est profond. Je vous laisse le soin de traduire et de savourer au passage la beauté subtile de la grammaire anglaise :

 

I have matured into someone I never dreamed I would become: an unbridled optimist who sees the glass as always full of something. It may be half full of water, precious in itself, but in the other half there's a rainbow that could exist only in the vacant space.

~ Alice Walker

 

Commentaire :

 

Savoir faire place à l'autre, ce qui ne signifie pas s'effacer, mais juste lui faire place, car il peut porter l'arc en ciel. Il peut être en somme l'envoyé de là-haut qui te fera place à son tour. 

04:52 Publié dans Note, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

09/10/2020

Le message pour les colériques

Le Christ se manifesta un jour auprès d'un colérique, lui disant :  "Tiens ton âme en enfer et ne désespère pas."

Où l'on constate que la colère, pour Lui, c'est l'enfer. "Tiens ton âme", même en enfer. Ne la laisse se dissoudre dans le feu de la colère.

 

Il s'adressait à saint Silouane qui après cette manifestation divine devint  pacifique.

 

00:34 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

08/10/2020

Le papotin

Le papotin est un journal écrit par des personnes atteintes de divers troubles neurologiques. Aujourd'hui, moi qui ai plusieurs fois eu des crises de nerf dans ma vie (c'est affreux de se sentir débordé de colère) je peux donc comprendre ces êtres susceptibles quant à eux d'en avoir une par semaine, voire deux, ou plus. La colère vient d'un déficit à pourvoir se faire comprendre, communiquer, soit dit en passant.

 

Bref, je m'octroie le droit de papoter moi aussi, ici même quelque fois. Non pas en leur nom, mais parce que parler fait du bien, sauf en cas de "mauvaise langue". Parler gentiment peut déboucher sur de la poésie, de la réflexion ou de la simple détente.

 Parlons ce jour de tout et de rien, comme cela nous vient. C'est parti :

hier en écoutant tard le soir France Culture, ma radio marchant à merveille (ce qui n'est pas toujours le cas, car pour une raison inconnue, elle peut éventuellement être entrecoupée de courts "blancs" ou silences qui rendent inaudible une émission), écoutant la radio tardivement donc, j'ai entendu parler du syndrome de Peter Pan, via Michael Jackson dont j'ai pu constater plusieurs fois les talents de danseur et de mime. Exemple : faire semblant de marcher sur de la glace en exécutant des pas en trompe l'œil ; faire la toupie ; élucubrer de diverses façons, pirouettes et  réceptions magiques, de façon à  continuer à danser ensuite, (au lieu de souffrir d'une entorse) ; faire l'automate, le zombie grimaçant, méchant et tonique en même temps, etc.

La rumeur accusa cet artiste de pédophilie dans le sens négatif du terme (car à la base, le mot signifie simplement : aimer les enfants, et de ce strict point de vue, une institutrice de maternelle à intérêt à être pédophile si elle veut exercer correctement son métier). Pour mettre fin à cette rumeur et défendre l'artiste, des enfants devenus adultes, ou d'autres, à l'image de Peter Pan, témoignent en la faveur de celui-ci. Un enfant notamment souffrant d'un cancer des os avancé, après avoir reçu une imposition des mains de Michael Jakson et une bénédiction au nom je pense d'un certain Jésus, a vu son cancer s'envoler, à la grande surprise des médecins, qui ne purent que constater le lendemain que les analyses étaient bonnes. L'enfant était guéri.

 

Michael avait-il en lui un ange et un démon ?

 

Étonnant n'est-ce pas ?

 

J'ai tenté un jour de guérir mon chat Tigret de sa tumeur en appliquant ma paume sur la boule, hélas j'en ai eu le souffle coupé. Non seulement je n'étais pas capable de guérir Tigret mais sa tumeur s'est sentie agressée, prête à  me tuer comme elle a finalement tué Tigret, si courageux et endurant. Le plus doux des quatre, celui qui vraiment "ne méritait" pas ça. Mériter de souffrir signifiant que l'on doive passer par cette case pour comprendre quelque chose, d'où l'expression "comprendre sa douleur", à mon sens.  

 

Pour en revenir à Michael Jackson, si cet enfant a dit vrai à son sujet, c'est là la plus étonnante performance d'un artiste. Il l'a fait sans doute, quitte à s'épuiser lui-même, car il semblerait qu'il soit mort d'épuisement.   

23:32 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)