Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2008

Bâtisseur d'espoir

"... avec un mot dont presque personne n'avait entendu parler : la résilience. La faculté à résister à des événements extrêmement traumatiques, voire à s'appuyer sur eux pour prendre un nouveau développement.

Rebondir sur la dureté de la guerre, de la mort, des grands fracas de la vie... Qui, sinon lui, aurait pu populariser avec tant d'humanité ce message d'espoir ? Car ce neuropsychiatre au parcours atypique est lui-même un grand résilient. Lorsqu'on découvre le titre de son dernier ouvrage Autobiographie d'un épouvantail, (Odile Jacob, 280 p., 22,50 euros), on s'interroge : à 71 ans, aurait-il décidé de rompre le silence ? On lit, on sourit. L'essai, ambitieux et foisonnant, est parmi ses meilleurs. Mais, de personnel, juste une phrase : "J'étais enfant après la seconde guerre mondiale." " Lire intégralement l'article  dans Le Monde

19:15 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

30/08/2008

Les romans de Carco

Lampieur est-il hanté par sa victime ? Il serait plutôt hanté par un sentiment de fatalité, mais ça revient peut-être au même.

 

« Il y avait déjà trois semaines que la police recherchait l'assassin de la rue Saint-Denis... Lampieur n'avait aucun remords de son crime. Pourtant une terrible angoisse montait en lui ...

Ouvrier boulanger, il travaillait dans la cave et les filles qui remontaient, très tard, la rue Saint-Denis, s'accroupissaient devant le soupirail et jetaient tour à tour une ficelle avec des sous pour avoir un morceau de pain chaud. Or, la nuit du crime, quand il était revenu, il avait trouvé la ficelle qui pendait, inerte, du soupirail. Laquelle de ces filles s'était aperçue de son absence et pourquoi ne l'avait-elle pas dénoncé à la police ?

Il n'en pouvait plus ; il fallait qu'il sache...

Exprimant dans une langue forte et riche des sentiments très violents, L'Homme traqué est un des romans les plus émouvants du grand écrivain Francis Carco. »

ICI

 

10:20 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

15/07/2008

Extrait de L'homme traqué

 "D’ailleurs, à voir Lampieur avec ses cheveux coupés ras, son pantalon tenu comme au régiment par une bretelle qui servait de ceinture, son tricot à raies bleues, son attitude déjà courbée, ses larges mains, ses épaules puissamment arrondies et l’expression sérieuse de son visage, l’idée ne venait à personne qu’il pût cacher, sous des dehors semblables, autre chose qu’une espèce d’honnête homme bourru, d’une quarantaine d’années et sans aucune conversation. De fait, il ne parlait jamais. Il écoutait les uns se plaindre des mégots qui devenaient rares, et les autres des métiers qu’ils faisaient, et des flics. Il écoutait et regardait. Et l’on ne s'occupait de lui que lorsqu’il reposait son verre sur le comptoir, en déclarant :

– Patron, du même !

 Aujourd’hui, cette réserve qu’il n’avait cessé de montrer permettait à Lampieur de garder le silence lorsque, après la lecture des journaux, par exemple, M. Fouasse émettait son avis sur le crime."

francis Carco

10:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)