Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2016

Lu ce matin, ce poème

spiritualité,liturgie,hymnes

Il viendra,
Un soir
Où nul ne l'attend plus,
Peut-être.
Appelé par son nom,
Quelqu'un tressaillira.
Au cœur sans mémoire
Qu'un temps soit accordé
Pour qu'il se souvienne.

 

Il viendra,
Un soir
Pareil à celui-ci,
Peut-être.
A l'orient, devant lui,
Le ciel s'embrasera.
Au pauvre allez dire
Que tout s'accomplira
Selon la promesse.

 

Il viendra,
Un soir
Où rôde le malheur,
Peut-être.
Ce soir-là, sur nos peurs,
L'amour l'emportera.
Croyez l'impossible
Car rien n'est compromis
De votre espérance.

 

Il viendra:
Un soir
Sera le dernier soir
Du monde.
Un silence d'abord,
Et l'hymne éclatera.
Un chant de louange
Sera le premier mot
Dans l'aube nouvelle.

 

Trouvé sur le blog Jubilate Deo Hautetfort

 

 Mon commentaire : la foi fait partie du libre arbitre. Merci pour la transmission de ce poème à l'auteur du blog Jubilate Deo.

Le blog  Jubilate Deo :

http://jubilatedeo.hautetfort.com/archive/2016/12/03/litu...

 
 
 
 
 
 
 
 

05:26 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

19/10/2016

Cependant

Cependant il ne faut pas que tout ne soit que marchandises car alors, la mer et pas uniquement la mer... la planète,  prend un coup dans l'aile.

Le poème Submarine

 

 

Y soul is a submarine.
My aspirations are torpedoes.
I will hide unseen
Beneath the surface of life
Watching for ships,
Dull, heavy-laden merchant ships,
Rust-eaten, grimy galleons of commerce
Wallowing with obese assurance,
Too sluggish to fear or wonder,
Mocked by the laughter of waves
And the spit of disdainful spray.
 
 I will destroy them
Because the sea is beautiful. 
 
That is why I lurk
Menacingly
In green depths

 

Son âme est un sous marin, dit le poète, et ses aspirations des torpilles. Elle surveille les lourds bateaux marchands, sous la surface de la vie. Lourds bateaux ternes, mangés par la rouille,  insolents,  trop lents à éprouver quelque chose qui soit de l'ordre de la peur ou de l'émerveillement. Ils sont moqués par les vagues qui leur balancent son écume comparée à un crachat méprisant. Je les détruirai dit l'âme du poète, parce que la mer est belle.  C'est pourquoi cette âme reste tapie dans les profondeurs vertes, menaçante. Le poète laisse s'exprimer l'enfant en lui, qui aime la mer et sent  les trafics commerciaux comme facteurs de destruction de la nature.   

http://www.poetry-archive.com/o/submarine.html

08:12 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

04/10/2016

pour voter contre la torture

C'est ici :

http://www.mesopinions.com/sondage/animaux/etes-contre-ex...

 

Un poème de Yoko Ono,

 

Ma traduction de ce poème, dessous :

 

On a windy day, let's go on flying.

There may be no trees to rest on,

there may be no clouds to ride.

But we'll have our wings

and the wind will be with us,

That's enough for me,

that's enough for me.

 

Par une journée venteuse, prenons notre envol.

Peut-être n'y aura-t-il pas d'arbres où se reposer,

Peut-être n'y aura-t-il pas de nuages à chevaucher.

Mais nous aurons nos ailes et le vent sera avec nous,

Cela me suffira,

Cela me suffira.

 

 

Ma traduction de la troisième strophe de The sand piper de Célia Thaxter :

 

Je l'observe effleurant la plage,

poussant son cri doux et morne ;

Il ne réagit pas à mon chant sporadique,

non plus à l'éclat des draperies qui  flottent.

Il n'a aucune pensée mauvaise en quoi que ce soit,

Il me scrute d'un œil brave ;

 Nous sommes de fervents amis,

Bien éprouvés et forts,

Le petit bécasseau et moi.

 

Intégral :

http://www.poemhunter.com/poem/the-sandpiper/