Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2014

Les regardeurs

Courses ce matin, fatigantes ! Je parle des courses en grande surface... mais en petite surface, où je suis allée aussi, ça a été. J'ai demandé au gérant du petit magasin qui vient d'ouvrir où ils mettaient leurs croquettes pour chats et, dans l'envolée, où était la chicorée, car je n'avais pas le temps de chercher, et lui de répliquer  "la chicorée pour chats ?" ... car, impressionné, il pensait avoir un grand chat devant lui, oui, une panthère rouge coquelicot, car je portais comme manteau, le  rouge de fond en comble, figurez-vous,  du revers de la capuche au fil de la doublure.  La grande surface, la petite surface,  énergivore au possible ! d'où le chaperon rouge en guise de signe de détresse.  Sieste légitime vous me comprenez dès lors...  et  justifiée ci-avant en quelques lignes sobres ... pourtant, cependant que je sommeillais en toute légitimité, j'entendis soudainement le nom de Sade,  distinctement prononcé, des limbes ronronnantes de la radio... et étais derechef sur mes gardes, tendant l'oreille avec inquiétude avant de me réveiller complètement. Voici l'émission en question que je vais de ce fait écouter moi-même intégralement :

 

 

Je suis à la moitié de l'émission et tel Lagardère,  me tiens sur mes gardes, l'oreille aux aguets face à l'adversaire : la philosophie de Sade ou celle  du Vidocq de Féval ou celle encore de n'importe quel truand, ou n'importe quel féroce dictateur. Premier argument de Sade : face à l'ignominie des puissants dit-il qui tuent par milliers des soldats sans que leur conscience en soit le moins du monde troublée, je peux me permettre moi le petit particulier du meurtre de me lâcher en tuant, suprême plaisir ! Se farcir un enfant par exemple car Sade en tua plus d'un  (les puissants en tuant tellement, un de plus un de moins). L'argument n'est-il pas celui d'un blaireau ? Les autres le font, plus grands que moi, du coup je le fais.

Quoi d'autre ? Appeler crime un meurtre est signe de l'orgueil des humains pour Sade. Le meurtre d'un cochon,  pareil que le meurtre d'un humain pour lui. D'autres, plus rares peut-être,  estiment eux, que l'exécution d'un cochon est déjà un crime. Les bouddhistes par exemple. La bonté est moins banale que le crime, mais les bouddhistes ne pensent pas cela pour être originaux  mais parce qu'ils sont naturellement comme cela. Le meurtre n'est donc pas aussi naturel que le croit Sade. Il existe des gens que le meurtre dégoûte pour de vrai.

Je reprendrai mon écoute tout à l'heure. 

 À se poser des questions sur la religion catholique car Sade l'était,  d'aucuns ne vivraient donc pas bien cette religion, indice : les peintures justement qui révélaient tout ce qu'il pouvait y avoir de complaisance dans la souffrance, ce qui a pu rendre Sade malade. Car pour moi Sade est juste malade d'une maladie qu'il inaugura, officialisa , en en montrant tous les détails ; tout en voulant l'inclure dans un "Nous" il lui donna au moins son nom à cette maladie,  dont souffrent de nombreuses gens, et qui a pour pendant le fidèle maso ! Ce n'est pas gai !  Un ailleurs est-il possible ? pour ma part je m'en vais écouter les Beatles.  

16:54 Publié dans Lecture, Note | Lien permanent | Commentaires (0)

Le vestimentaire

Je viens de lire le blog de Castor sur le vestimentaire. Je ne savais pas que Obama et son collègue avaient décidé de ne plus perdre de temps à s'habiller. Ils ne sont pas devenus naturistes, ce serait trop beau ! Non, juste ils veulent prendre une apparence négligée d'après Castor... comme pour bien montrer qu'ils ne sont pas de simples minets superficiels et prennent au contraire leur tache à cœur, oubliant même de se laver, et pire, de se raser ? Castor pense qu'il faut "perdre" son temps  à s'habiller... choisir le foulard que l'on se mettra sur la tête (je pense au foulard car hier soir j'ai regardé un reportage sur une école privée musulmane belge, où les foulards et autres couvre têtes semblaient avoir été choisis avec soin par les dames : ils étaient d'une étoffe qui ne ressemblait pas à de la toile de jute, et esthétiques... de plus ils doivent être aussi compliqués à placer comme il se doit sur la tête que le nœud de cravate à nouer autour du cou pour un néophyte du nœud de cravate, lequel cela dit peut être vu comme un signe religieux de la gentry contemporaine.)

Plus avant dans la chronique,  c'est vrai la remarque est judicieuse, Castor : super man pour se faire reconnaître, met sa petite culotte au dessus de son pantalon et non pas dessous. Le besoin d'envoyer des signes clairs : je suis super man,  ma petite culotte est fluo et je la montre... il y a là  rapport subtil, ou absurdité selon la façon d'appréhender la chose.

 

Chez Féval que je lis avec attention ces temps-ci, j'apprends que les Parisiens du dix-neuvième siècle trouvaient de mauvais augure les tenues complètement noires, les associant aux crimes commis par  des gens de pouvoir...  Les Habits Noirs ! Il suffisait qu'ils prononçassent ces mots pour trembler sur leur base, ils s'étaient compris.... alors que notre Zorro contemporain,  tout de noir vêtu,  fait frémir dans l'autre sens les âmes candides. Il n'empêche,  des politiques comme Obama et son ami, plus d'un siècle plus tard, après avoir lu Féval peut-être,  pencheraient désormais pour une tenue négligée... à la Gainsbourg ? Et  là est le mirage à  mon avis.... il s'agirait peut-être, quoique je n'aie pas regardé les fringues qu'ils portaient mais je me fie à Castor,  d'ambition de leur part à la suprême élégance qui se veut donner l'image de la négligence... un comble de coquetterie en somme !  Béééé... oui (le Bééé, étant là pour moi, à seule fin de me légèrement railler de temps à autre... car je ne m'épargne pas, moi mes bergers et mes chats)

 

Autre chose encore... N'oublions pas les désargentés désenchantés, qui sont bien obligés d'enfiler jean et chemise et pull tout à la file sans faire de chichis à l'instar des gras qui eux ne trouvent rien au dessus de la taille 48 et sont donc naturellement enclins au naturisme qui serait dans leur cas de la légitime défense  contre la discrimination, n'était le froid en hiver, lequel ne gêne pas les fémens, cela dit.

 

 Et pour en finir avec ma mienne glose impromptue,  un "pfffff !" bien expiré !

   

08:37 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2014

Les réflexes — Blogs lus ce jour — l'ours polaire, une icône écologique et de publicité pour Coca

Les réflexes ne sont pas les mêmes chez tout le monde. Je vois beaucoup de chats écrasés sur les routes départementales, le réflexe du conducteur quel est-il dans les cas où il se retrouve avec un animal qui arrive vers les roues de sa voiture à toute vitesse ? Plusieurs fois j'ai  failli aller dans le fossé afin d'éviter d'écraser un animal. Jusqu'ici j'ai eu de la chance, je n'en ai écrasé aucun et ai évité le fossé in extrémis mais je n'en tire aucun mérite... il s'agit d'un réflexe, et chaque fois ce réflexe me met moi en danger pour sauver l'animal, c'est curieux. Le réflexe de mon propre corps choisit la vie de l'animal à la mienne et pourtant je ne manque pas de respect pour ma personne. C'est ainsi. Avec un bébé dans la voiture, le réflexe ne changerait-il pas ? Tenter une expérience si casse cou, ridicule ! Quand même,  pourquoi accorder tant d'importance à la moindre bestiole sur la route  à mon détriment,  me demande-je. Sans doute je ne me connais pas assez...et y suis-je pour quelque chose dans ce réflexe. Première supposition :  L'animal symbolise l'innocence et je veux sauver l'innocence, aucun être humain ne l'étant  comme un animal pense-je inconsciemment, ce qui produit ce réflexe. Deuxième supposition : est-ce que l'animal abandonné sur la route symboliserait la solitude de l'homme ? D'un coup dans le cadre où se trouve la bête vulnérable perdue sur une départementale, elle s'humaniserait si fort à mes yeux que je manque d'aller dans le fossé pour ne pas l'écraser. Une autre possibilité en effet. Enfin le réflexe est sympa tant qu'il n'y a pas de bébé dans la voiture, car le bébé est au moins aussi innocent qu'un animal ou aussi seul que tout homme dans son humaine condition. Autre question, celle de l'universalité... quand on pense que certains écrasent délibérément les chats sur la route.... c'est bien qu'il y a des différences profondes entre les hommes.

 

Blog lus ce jour : Calamités quotidiennes, où j'ai laissé un message (de Sauge) et peut-être en retour recevrai-je un gnon si l'auteur ou l'auteure ou les deux, ne goûtent pas mon humour. La vie est du risque en permanence !

 

Et je suis allée en tant qu'amatrice (à vérifier "trice" ou "teure") de dessins sur ce blog d'un grand pro : http://mesmines.hautetfort.com/

 

 

 

les ours blancs.jpg

Lu ici, concernant le sort d'un innocent parmi les innocents, dans le sens le plus pur du terme.... Ours chéris, rêvez-vous ? Que cette pensée puisse s'appliquer à vous aussi :

Don't be afraid of the space between your dreams and reality. If you can dream it, you can make it so.
~ Belva Davis

 

http://www.sierraclub.org/sierra/2014-6-november-december...

10:21 Publié dans Note, Site | Lien permanent | Commentaires (0)