Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2016

Un poème de Célia

Un peu d'anglais en poésie aujourd'hui avec ce poème à écouter. 

http://www.poemhunter.com/poem/the-shag/

 

Pérégrinations culturelles ici :

 

https://peregrinationsculturelles.wordpress.com/2011/02/2...

 

D'après le reportage vu sur Arté tout à l'heure.

La personnalité du constructeur solitaire de cathédrale, sur un terrain familial est hors du commun. Fort le bonhomme ! Envers et contre tout "qu'en dit-on", il continue son œuvre à 85 ans. Sans se soucier non plus de faire des sous, et d'hédonisme non plus. Quand on lui demande ce qu'il pense de la mort, il répond : " La mort c'est l'amour. Je suis vieux, alors que j'ai encore besoin de mon bras, il me fait mal. Si Dieu me rappelle à lui, ce sera par amour." Les paroles ne sont peut-être pas mot pour mot ce qu'il a dit mais le sens y est. Il n'a pas peur et il est fort,  bien que physiquement il soit affaibli par la vieillesse. Il dit encore "Les gens aujourd'hui se réfugient dans le luxe. Mais la pauvreté est une richesse..." Certes, au regard de comment lui la vit c'en est une, car il est inspiré et il inspire aussi des personnes qui lui apportent diverses choses pour la construction de son œuvre. Il n'est pas perfectionniste mais fait au mieux dit-il, et l'inspiration fait le reste. Un créatif. Il vit désormais au milieu de gens plutôt athés je pense, ou de "foi communiste" mais ces personnes qu'il dérange quand même un peu pour certaines, le laissent tranquille, et tout compte fait, ne lui en veulent pas. Je pense même qu'elles le respectent.

Respecterait-on un homme animé d'une même foi, aussi belle, qui construirait lui, une mosquée sur un terrain familial  dans un village de ce secteur en Espagne ? ou ailleurs en Europe ?

 

c'est mon souhait car une foi comme celle-là, comment ne pas la respecter ? 

 

 

  

12:52 Publié dans Note, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

13/08/2016

Au nom des arbres

Au nom des arbres, au nom des taureaux, au  nom des éléphants, au nom de l'humanité, au nom de toutes ces belles choses sur la Terre menacées de disparition. Ici :

 

https://www.youtube.com/watch?v=8V06ZOQuo0kk

08:32 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

04/08/2016

Du plus loin que je me souvienne

 

Extrait du livre que je suis en train de lire :

 

"Du plus loin que je me souvienne, je suis toujours réveillé entre deux et cinq. Ce sont les heures blanches de la nuit, un monde à part, le versant vierge des montagnes que j'ai gravies sans m'en rendre compte dans la journée. Nul doute que si j'étais peintre, c'est le moment où j'empoignerais mes pinceaux ; musicien, je composerais. Comme je ne suis qu'un artiste du souvenir, je me contente de passer en revue les personnes que j'ai aimées. J'y ajoute celles dont j'ai entendu parler et d'autres, plus lointaines et plus légendaires, à qui j'impute les dispositions secrètes de mon esprit. Car je ne crois pas que mon imagination m'appartienne comme un bien propre, elle est tellement plus étendue que mon expérience. J'en déduis qu'elle provient d'un patrimoine invisible que m'ont légué des ancêtres inconnus. En tout cas, c'est ma religion. Je ne vous demande pas de l'adopter."

 La mélancolie des innocents,  Jean-Pierre Milovanoff,  page 347, Grasset

 

Un livre plein d'une poésie qui me fait respirer en profondeur. Victorin est le personnage narrateur de ce roman, il est handicapé moteur et s'adonne tel un "chasseur d'ombres", à une "chronique familiale qui déploie sur plus d'un siècle un peuple d'enchanteurs, d'amoureuses et d'innocents à la poursuite d'un bonheur que le temps mettra à mal. Difficile d'oublier les fiançailles de l'ancien voleur de chevaux, la douceur de Baptistine "la belle Ottomane", Victor que la guerre rendra fou, Paulin le photographe amoureux, le jeune Léonce qui poursuit les abeilles dans la lumière des heures chaudes..."

J'ai cité ci-dessus la quatrième de couverture. Et je confirme, ces personnages entrent à jamais dans les cœurs, ils sont inoubliables.

 

 

14:09 Publié dans Lecture, Note | Lien permanent | Commentaires (0)