Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2008

Printemps

Crépitements de ruche traversés de chants d’oiseaux

pleins de vitalité cordiale

l’air vibre du bruissement de mille réveils.

13:24 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

30/04/2008

Vu à la télé

Vu hier soir sur la 2, un téléfilm au sujet de la prostitution au XIXe siècle, en maison close. Les femmes montrées comme étant à l’abri de conditions plus difficiles, vivaient en bonne entente ; le client (à ménager cela va de soi) n’avait rien semble-t-il de redoutable. L’ambiance était plutôt bon enfant. Pas de jalousie entre filles mais au contraire beaucoup de candeur, de fraîcheur en somme. La méchanceté était plutôt dehors. Une perception des choses qui se défend. Hélas aujourd’hui, il s’agit plutôt de trafic humain.

16:48 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (1)

17/04/2008

Lecture

Une fois passé le cap de « l’étrange fête du domaine perdu », j’ai trouvé Le Grand Meaulnes de nouveau captivant à lire.

François semble maîtriser mieux que les autres ses émotions : il partage les soucis des amoureux, essaie de les aider en toute loyauté. Ce en quoi il est l’exact contraire de Frantz de Galais, le troisième protagoniste, dont l’égoïsme n’a pas de limite quand il s’agit de retrouver sa fiancée. Le dévouement de François pour Meaulnes se nourrit de la reconnaissance qu'il éprouve envers celui qu'il considère comme le frère tant attendu. Meaulnes l’aide à se construire en lui confiant certaines expériences,  (en différé et par écrit pour les plus difficiles). La complémentarité des deux jeunes hommes est rafraîchissante. Je relirai souvent Le grand Meaulnes.

 

 

22:08 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)