Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2014

Peur du silence ?

 J'ai ressenti un besoin de plus de silence après avoir écouté une deuxième émission de radio ce jour, alors que parfois la radio m'enthousiasme, aujourd'hui, non. Les jours se suivent etc.  Une deuxième émission qui m'a laissée perplexe, dirais-je en vue d'adoucir mon propos. Et puis, je ne suis pas toujours prête à accueillir la réalité en toute simplicité, c'est sûr ; c'est sans doute pourquoi cette émission-là ne me plut pas.  La radio trop liée à la politique, sans distanciation suffisante, peut plomber l'auditeur attentif. Donc, j'entendais, durant cette deuxième émission du jour,  parler de L'Inde deux voix douces de jeunes femmes d'où n'émanait vraiment que douceur et encore douceur... d'où que moi-même je tienne à adoucir mon propos afin de suivre ce bel exemple ; le hic pourtant réside dans le fait que,  ce qu'elles disaient de l'Inde m'était parfois un peu dur à entendre du point de vue du propos politique. Les douces dames parlèrent d'abord du grand désir d'émancipation qui est né chez les femmes Indiennes et cela je peux le comprendre... étant notamment informée sur les nombreux  avortements dès que le couple a appris que le fœtus était de sexe féminin, c'est tout dire de la condition de la femme qui n'est pas à son zénith. Mais quelque chose par la suite m'a chiffonnée, quand il fut question des jeunes : leur grande propension à désirer suivre le mode de vie occidental. Car je ne me réjouis pas de savoir aussi qu'une vague d'obésité s'est abattue sur l'Inde en raison de cette conformité trop forte au mode de vie des Occidentaux. La jeune femme parlait de la modernité avec enthousiasme, tout le monde a son portable, disait-elle, signe surtout que l'on est dans le coup... comme les jeunes ici, en somme. Tout le monde veut être docteur aussi... tant pis pour ceux qui n'y seront pas parvenus (une pensée au passage pour les pauvres patients "de l'autre côté de la barrière") . Comme si l'Inde se laisserait menacer d'assèchement par le consumérisme. Le consumérisme : maladie qui se chope comme un virus... ce sera donc aux Occidentaux de faire les premiers pas pour la réconciliation avec notre Mère la Terre, cette dame qui se trouve aux Cieux, entourée de ciel qu'elle est...mais plus vierge du tout alors.  Bref, il est temps que nous commencions à faire un peu attention à elle, la Terre,  et l'Occident va devoir donner l'exemple à son tour, comme ce fut et c'est encore en partie le cas pour l'Inde (le yoga etc.), dans le domaine de la spiritualité à laquelle l'écologie est reliée on dirait. 

18:00 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

Strange

J'ai entendu ce matin sur France Culture, un cinéaste du Nord, Dumont, faire la promo d'une mini série dont il est l'auteur,  qui va sortir sur Arté dès jeudi. D'après les quelques bribes entendues, est mis en avant l'accent picard si laid dira Bernanos sans le rejeter (accent qu'il donne à sa Mouchette 2) mais qui n'a  plus tellement cours dans la région Nord aujourd'hui, hormis dans les populations si j'ose dire quart monde du Nord, dont on  ne parle jamais sauf pour les stigmatiser rudement et brutalement à mon sens de temps à autre dans les médias, les incriminant de toutes les tares possibles et imaginables. Les laissés pour compte du monde entier, selon leur région parlent terroir. Le Nord aurait la particularité de compter parmi sa population des gens plus racistes qu'ailleurs, serait une région plus malade qu'ailleurs dit-on sur France Culture. Je trouve ce couplet cent fois re insinué dans les médias, et n'y voit pas de bienveillance, cela ne risquant pas d'améliorer la situation des gens que les dominants, les médias,  pointent du doigt ; le burlesque de la série ne sera pas léger, l'étant rarement à mon sens, mais lourd au contraire. À quand la bienveillance d'un Victor Hugo, puisque les gens du Nord sont toujours collés par les médias à leurs coins, comme quasiment des assignés à résidence, autant témoigner de la tendresse à leur égard quand on se met à parler d'eux (je ne parle pas évidemment de la bourgeoisie du Nord que je pense complice de livrer "ses petits" en pâture, se montrant en cela une des bourgeoisies les plus cruelles que je connaisse, le Sud de la France protégeant quant à lui "ses petits").   Voilà, avec l'accord de Patrick, qui a son mot à dire là-dedans, je ne rebrancherai toujours pas la télé, débranchée depuis bientôt trois mois ou plus, le dieu télé a vécu décidément.    

09:20 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

Le blog visité ce matin et le petit bilan

J'adhère complètement à la pensée développée dans la note lue sur le blog dont j'ai mis le lien à la fin de la mienne. Au vu du martyr vécu par les personnes non musulmanes en certains pays d'Orient, malgré l'esprit très critique que j'ai depuis l'adolescence face aux politiques occidentales, presque toutes axées sur le tout argent, le tout scolaire, le tout scientifico-technologique, mon enfance bernanosienne (ambiance  Je vous salue Marie au mois de Mai récités devant une chapelle), je ne la renie pas maintenant que j'y pense. Ainsi, l'autre nuit je disais le Notre Père  naturellement avec les autres victimes d'une tornade durant un rêve que "je faisais". Pour autant je reste ouverte à d'autres sensibilités spirituelles, mais sans renier la chrétienne.

http://lejourou130113.hautetfort.com/

06:08 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)