Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2012

Les castors de Arthur Miller

Ce matin pour mon petit déjeuner, j'ai avalé une nouvelle de Arthur Miller, Les castors. Ai partagé le casse-croûte avec Pat à qui j'ai lu cette nouvelle assez courte mais génialum. On en apprend beaucoup, notamment sur cet animal, la nature humaine énigmatique et assez proche de celle du castor, quand il perd la boule en l'occurence, la destruction de la forêt d'Argonne durant la Première guerre mondiale ... enfin c'est riche. De quoi méditer un moment. J'aime le style de Arthur Miller. Cette nouvelle m'a rappelé, en différent évidemment, Le Vieil homme et la mer de Hemingway. 

06:50 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)

23/01/2012

Un article de l'été dernier

"Elle raconte la plainte, la présentation des photos au commissariat - « je me sentais obligée de désigner quelqu’un», – la procédure qui s’emballe – «personne n’entendait mes doutes» – puis la prise de conscience violente : « Je venais d’envoyer un pauvre type en prison. Je n’avais jamais pensé que la justice puisse condamner un homme sur mon seul témoignage.»" 

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2011/07/06/une-vie-en-france-aujourdhui/

09:18 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)

13/01/2012

Temps en marche arrière

L’ Étrange histoire de Benjamin Button, lequel dans cette fiction humoristique de Fitzgerald naquit à l’état de vieillard et  devint de plus en plus jeune à mesure que le temps passait. Une croissance pas banale en vérité, qui opère dans l’autre sens mais pas forcément à contresens puisque l’idée même du vieillissement ordinaire semble absurde à beaucoup d’entre nous. Extrait de la nouvelle de F. Scott Fitzgerald :

Of the life of Benjamin Button between his twelfth and twenty-first year I intend to say little. Suffice to record that they were years of normal ungrowth. When Benjamin was eighteen he was erect as a man of fifty ; he had more hair and it was of a dark gray ; his step was firm, his voice had lost its craked quaver and descended to a heathly baritone. So his father sent him up to Connecticut to take examinations for entrance to Yale College. Benjamin passed his examination and became a member of the freshman class.

La traduction Dominique Lescanne :

Sur la vie de Benjamin Button entre sa douzième et vingt et unième année je ne m’étendrai pas. On retiendra seulement que ce furent des années de décroissance normale. A dix-huit ans Benjamin était droit comme un homme de cinquante ans ; il avait plus de cheveux et ceux-ci n’étaient que grisonnants ; il avait la démarche assurée et une belle voix de baryton, nettement plus grave et plus du tout chevrotante. Son père l’envoya donc dans le Connecticut pour passer l’examen d’entrée à l’université de Yale. Benjamin réussit son examen et entra en première année.

 

On the third day following his matriculation he received a notification from Mr. Hart, the college registrar, to call at his office and arrange his schedule.

Trois jours après son inscription, il fut convoqué dans le bureau de M. Hart, le chef de la scolarité, pour mettre au point son emploi du temps.

 

Benjamin, glancing in the Mirror, decided that his hair needed a new application of its brown dye, but an anxious inspection of his bureau drawer disclosed that the dye bottle was not there. Then he remembered — he had emptied it the day before and thrown it away.

He was in a dilemma. He was due at the registrar’s in five minutes. There seemed to be no help for it : he must go as he was. He did. 

Suite de l’extrait demain, ici même.  

09:42 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)