Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2008

Tom parle d'amour

Il parle très bien de l’amour. C’est ici

09:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

26/01/2008

Kenneth White

Commentaire pris sur le site dont vous trouverez le lien en bas de page :

""La beauté est partout" : Loveliness is everywhere. Ce sont les premiers mots d’un poème de Kenneth White que j’aimerais citer en entier :

La beauté est partout

Même

sur le sol le plus dur

le plus rebelle

la beauté est partout

au détour d’une rue

dans les yeux

sur les lèvres

d’un inconnu

dans les lieux les plus vides

où l’espoir n’a pas de place

où seule la mort

invite le cœur

la beauté est là

elle émerge

incompréhensible

inexplicable

elle surgit unique et nue -

à nous d’apprendre

à l’accueillir

en nous

Ce sentiment de la beauté exprimé dans "Le grand rivage" est véritablement à la base de la géopoétique. Dans le premier livre de Kenneth White, En toute candeur (sans doute celui qui m’est le plus cher car il y évoque les prémisses de son travail), on peut lire : "Ce n’est pas la communication entre l’homme et l’homme qui importe, mais la communication entre l’homme et le cosmos. Mettez les hommes en contact avec le cosmos, et ils seront en contact les uns avec les autres" . Or White évoque l’origine du mot grec cosmos, étroitement lié à la notion de beauté, et il appartient lui-même à toute une lignée culturelle anglo-américaine - on peut penser à Shaftesbury en Angleterre, mais aussi à Emerson, Thoreau, Whitman en Amérique - pour laquelle expérience esthétique et sensation du monde sont inséparables, et fusionnent dans l’écriture poétique."

Le lien

 

10:20 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

25/01/2008

Poésie de Perros

"Si la poésie est tout ce qui se vit au plus intime, celle de Perros vise à rendre le lecteur sensible à tout ce qu’il peut y avoir de musical dans le cours de la vie ordinaire. Elle enregistre et tente de restituer ce qui constitue la pulsation de la vie : La vie elle est fragile elle tremble / Nos cœurs en battent la chanson" (p.151)

Le lien

10:05 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)