Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2007

Joie de vivre

d12118d6839f23aab909ee8f2fc81dbc.jpgJe vous offre cet extrait du Grand Meaulnes. Il s’en dégage quelque chose de l’ordre de la pure joie de vivre. À bientôt !

" Il arriva, sans rencontrer personne, au bas d'un escalier de bois, dans un recoin de cour obscur. L'haleine glacée de la nuit vint lui souffler au visage et soulever un pan de son manteau.

Il fit quelques pas et, grâce à la vague clarté du ciel, il put se rendre compte aussitôt de la configuration des lieux. Il était dans une petite cour formée par des bâtiments des dépendances. Tout y paraissait vieux et ruiné. Les ouvertures au bas des escaliers étaient béantes, car les portes depuis longtemps avaient été enlevées ; on n'avait pas non plus remplacé les carreaux des fenêtres qui faisaient des trous noirs dans les murs. Et pourtant toutes ces bâtisses avaient un mystérieux air de fête. Une sorte de reflet coloré flottait dans les chambres basses où l'on avait dû allumer aussi, du côté de la campagne, des lanternes. La terre était balayée, on avait arraché l'herbe envahissante. Enfin, en prêtant l'oreille, Meaulnes crut entendre comme un chant, comme des voix d'enfants et de jeunes filles, là-bas, vers les bâtiments confus où le vent secouait des branches devant les ouvertures roses, vertes et bleues des fenêtres.

02a70e3bc1fe01322bdec26c5eea9641.jpgIl était là, dans son grand manteau, comme un chasseur, à demi penché, prêtant l'oreille, lorsqu'un extraordinaire petit jeune homme sortit du bâtiment voisin, qu'on aurait cru désert.

Il avait un chapeau haut de forme très cintré qui brillait dans la nuit comme s'il eût été d'argent ; un habit dont le col lui montait dans les cheveux, un gilet très ouvert, un pantalon à sous-pieds... Cet élégant, qui pouvait avoir quinze ans, marchait sur la pointe des pieds comme s'il eût été soulevé par les élastiques de son pantalon, mais avec une rapidité extraordinaire. Il salua Meaulnes au passage sans s'arrêter, profondément, automatiquement, et disparut dans l'obscurité, vers le bâtiment central, ferme, château ou abbaye, dont la tourelle avait guidé l'écolier au début de l'après-midi.

Après un instant d'hésitation, notre héros emboîta le pas au curieux petit personnage. Ils traversèrent une sorte de grande cour-jardin, passèrent entre des massifs, contournèrent un vivier enclos de palissades, un puits, et se trouvèrent enfin au seuil de la demeure centrale.

Une lourde porte de bois, arrondie dans le haut et cloutée comme une porte de presbytère, était à demi ouverte. L'élégant s'y engouffra. Meaulnes le suivit, et, dès ses premiers pas dans le corridor, il se trouva, sans voir personne, entouré de rires, de chants, d'appels et de poursuites ".

Alain Fournier

 

 

 

 

 

21:45 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

23/07/2007

la vie

L’amour se prend des coups dans l’aile.

Ce matin la chatte

la panse déjà pleine

a bouffé un oiseau

qui n’avait rien fait.

Hormis croiser sa trajectoire.

 

     Je vous propose d'écouter "Saint-Denis"

Trantor, qui connaît l’animal en question, sache que j’aimerais avoir eu une hallucination, comme Monsieur Pic, le personnage de ta nouvelle. Hélas quelque chose me dit que c’était bien réel.

Pour en revenir aux lapins imaginaires de Monsieur Pic, j’ai lu un cours où l’on parle de ce genre d’expériences, tu pourras le consulter en cliquant là, mais en voici un extrait :

 

Théorie des sense-data

Un sense-datum

(1) est une chose dont nous sommes conscients (dont nous avons l'expérience);

(2) est une chose chose non-physique;

(3) a un caractère logiquement privé: seul le sujet d'une expérience peut avoir accès au contenu de cette expérience;

(4) possède des qualités sensibles standard (forme, couleur goût, odeur, texture, etc.);

(5) n'a pas d'intentionnalité intrinsèque: quoiqu'il puisse suggérer à l'esprit, par association, d'autres choses que lui-même, il ne possède que des qualités sensibles qui ne renvoient à rien d'autre qu'elles-mêmes

Ceci dit, j'espère que cela aura intéressé d'autres personnes. À demain, amis du blog.

 

 

 

07:55 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

21/07/2007

Feuillage

Dans les feuillages ensoleillés

L’ombre creuse des couloirs

Lumière-éclair scintille en pointillés

10:15 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)