Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2014

Formule algébrique

« Le bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur.  »

de Lao-Tseu

Pour comprendre sans malentendu possible il faudrait connaître la doxa de Lao Tseu, qu'entend-il par bonheur et son contraire ? On pourrait tout aussi bien comprendre que l'on a besoin du malheur (des autres ?... ce qui serait fort laid) pour se sentir heureux... un des ressorts du sadisme. Mais je ne pense pas que Lao Tseu ait voulu dire cela. Décantation possible lors d'un rêve ou au hasard d'un moment qui le donne à comprendre profondément. Pour l'heure, je ne dirais pas que c'est du chinois par bienséance d'autant que Lao était chinois je crois, mais de l'algèbre glissante.                  

04:38 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

03/09/2014

Le rêve pragmatique

J'ai de l'admiration pour les manuels,  ceux  qui savent réparer les chaudières, les moteurs cassés, les machines à coudre en rade, déboucher et remettre en fonction un lavabo, les WC...  empotés nous nous sentons quand nous ne savons pas faire tout ça par nous-mêmes ! Non ? Quoique je sache coudre : faire intégralement chemises, et pantalons, (enfin, à une époque, car il aurait fallu continuer de pratiquer), ainsi que les tiges des chaussures,  pour la semelle,  on ne m'en a rien dit lors de mon stage d'apprentissage... enfin, c'est la tige qui est le plus délicat à confectionner je pense, mais il reste que, si vous n'avez que la tige, vous n'avez toujours pas de chaussure. Avec ma sensibilisation à   la cause animale aujourd'hui, je pense qu'il faudrait arrêter le cuir, au profit du simili.  Je trouve aussi, à  propos des travaux manuels que, afin d'améliorer la marche du  monde, dans les usines de confection par exemple, il faudrait établir un plan de carrière pour les couturières de base, comme on en établit pour les fonctionnaires  : celles-ci pourraient apprendre à devenir modéliste, créer des modèles, oui, les proposer à la boîte qui serait plus gérée sur le modèle d'une coopérative, vous voyez, en même temps que la couturière aurait les mêmes droits qu'un fonctionnaire en terme de carrière. Défileraient de temps à autre des mannequins locaux sur des planches de théâtres improvisés au cœur des villages et villes alentour,  et qui donneraient ensuite une représentation théâtrale avec les mannequins mués, pour ceux qui le voudraient, en comédiens.  Et ainsi ce serait l'occasion pour les couturières d'être stimulées pour l'invention de nouveaux costumes, sensibilisées par ailleurs aux beaux textes par ce biais, en voilà qui  en composeraient à leurs heures perdues. Les métiers manuels pourraient alors mener à tout comme c'est leur vocation première ! Tout à l'heure, Monsieur Logista,  après avoir vérifié la bonne marche de la chaudière et que tout allait bien dans la maison...  m'a dit avoir deux enfants déjà munis de tablettes à l'âge de deux et quatre ans, en somme, depuis  qu'ils savent marcher. Est-ce là un signe pour ce manuel compétent mais peut-être sans grand plan de carrière que ses enfants réussiront mieux que lui dans la vie ? Si la technologie rend bien des services, elle est hélas, par vanité, souvent prise pour un signe de supériorité  intellectuelle de ses usagers, qui n'en sont pas souvent plus intelligents pour autant cependant, car la technologie reste au "service de" et c'est tout. Alors que les travaux manuels, à condition d'être moins circonscrits à des tâches cloisonnées, sont un plus sûr chemin vers l'épanouissement intellectuel et autre à mon sens... 

10:16 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

02/09/2014

Antonin Artaud

J'ai vu la vidéo mise en ligne hier sur ce blog, ce matin. Antonin Artaud rejetait, pour des raisons que l'on comprend si l'on suit ce qu'il a enduré d'angoisses et de douleurs physiques,  aussi bien le communisme, le pape, le Dalaï lama, les pontes en médecine, enfin tout ce qui faisait autorité ; beaucoup de ces représentants de l'autorité le lui rendirent bien, mais quelques amis qu'il avait malgré tout, en raison de son génie pour l'écriture, avant de changer et de se détourner de lui pour certains d'entre eux,  par le biais de relations avec notamment le monde de la médecine, le firent sortir de l'asile pour lui trouver une place dans un hôpital de jour, d'où il pouvait sortir. Les douleurs physiques et morales se calmaient, cela je l'ai lu dans Wikipédia, lorsqu'il faisait un séjour en Turquie, pays d'origine de sa mère. Je pense qu'Antonin Artaud, qui avait la phobie du vide, n'a pas compris la doxa du bouddhisme où le vide signifie l'absence de vanité, l'abandon de toute vanité, si j'ai bien compris de mon côté, et non pas le néant sidéral. J'ai aussi écouté les glossalies d'Antonin Artaud, qu'il poussait en cas "d'emportements" ... c'est mieux que les hurlements, une canalisation en somme de quelque chose qui dépasse "l'homme ordinaire"...  les chants du blues sont un canal enviable car la souffrance est alors domptée. Une vie très tourmentée que celle d'Antonin Artaud, mais ce qu'il en dit apprend beaucoup de choses... pour moi, c'est un grand lutteur qui s'est bien défendu. Paix à son âme enfin.  

  

10:01 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)