Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2019

Fraternité

01:49 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

20/05/2019

Espagnolade ♣♣♣ Les silences mouvants ♣♣♣ Au bout d'un long voyage ♣♣♣ Moui ♣♣♣ Et pour finir en beauté

Dans la chanson qui va suivre, l'ADN espagnol remonte. J'ai 21 à 22 ans et je chante un texte que j'ai écrit en écriture spontanée, cela donne quelque chose de singulier que j'aime bien. Redécouverte donc, après 42 ans ou 43 ! 

podcast

 

Commentaire : étonnant ce que l'on sort en écriture  spontanée avec la présence de l'ami Patrick, car sans lui, ça ne serait pas sorti. Je suis contente d'avoir dit ces choses en beauté. C'est étonnamment maîtrisé et le timbre de voix de la jeune femme est agréable... la jeune femme qui chante étant... le moi de l'époque.

 

♣♣♣

 

 

Ici c'est toujours ma voix de l'époque, dans la même période, en 1978 ou 79, au siècle passé donc :

 


podcast

 

Commentaire : c'est singulier car mélancolique, avec du tonus et une certaine sérénité. Reconnaissance à la jeune femme d'avoir dit ça de cette manière.

 

♣♣♣

 

Le texte est de Patrick Vast, et la musique aussi.


podcast

 

♣♣♣

 

 

Chanson suivante :

 

 

Les paroles de la chanson sont trash. Pas sympa. Il s'agit d'une pingre, en l'occurrence une madame presque tout le monde, qui se défoule de sa mauvaise humeur sur son compagnon à un moment donné dans la chanson. Vous voilà averties, oreilles fragiles, concernant le propos déguelasse,  mais évidemment à prendre au second degré. D'abord, se trouve un texte écrit par moi, que j'apprécie ; la mélodie et les paroles de la chanson ont été écrites par Patrick, quant à moi je la chante courageusement ... pas froid aux yeux à l'époque.

 


podcast

 

Commentaire : en visite sur d'autres blogs, voilà une phrase lue sur "Sur du vent", qui tombe bien, comme une providence pour laisser passer cette chanson :

 

"Au pied de la lettre meurt toujours l'esprit crucifié.

 

José BERGAMÍN, cité par Jean-Baptiste PARA, préface à Odes dérisoires"

 

♣♣♣

 

 

 

Ensuite une chanson coupée :

 


podcast

 

♣♣♣

 

Et pour finir en beauté, ce poème prophétique de Philippe Ducrocq :

 


podcast

 

Commentaire : je retiens le premier texte. Le second, je ne le comprends pas alors, du même coup, ne le prends pas, ni pour moi ni pour quelqu'un d'autre. Soliloque avec un fantôme. Lequel ?

J'aime ce timbre de voix dans tous les cas de figure.

 

 

 

 

19/05/2019

Le groupe musical des trois amis

L'enregistrement a eu lieu en 1977 ou en 1978, le premier texte est de Philippe Ducrocq, ensuite, Patrick Vast lit un texte, et ensuite, je donne de la voix à mon tour, tout à la fin. Merci Philippe, Arlette, Aurélia et la personne qui a remis à jour les enregistrements, dont celui-ci

gin-le-cheval-nue_-8.mp3