Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2014

Carol

Tonus !

 

06:55 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2014

Across the universe

Programme de demain, quelque part dans la journée, à une heure propice, ... et même un peu ce soir : chanter ceci devant un public conquis : Yoko et Tigret,  peut-être pourrai-je aussi compter sur les oreilles de Nono... Lulu, non, il a ses pénates chez le voisin depuis quelques mois déjà. 

Chantez aussi  cette même chanson en un chœur lointain, plus on est de fous plus on chante.

Ici :   

 

http://www.lacoccinelle.net/249615.html

18:19 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

John Lennon — lu ce jour dans le journal — La photo du jour — Promesse

Je ne suis pas d'accord avec un bout de traduction de Hey Jude trouvée sur le site de la Coccinelle, un site merveilleux par ailleurs !

 

"For well you know that it's fool, who plays it cool,
Tu sais bien que c'est une folie, qui rend tout facile,

By making his world a little colder.
Rendant son monde un peu plus froid."

 

Le Who sujet je le  traduirais plutôt comme ceci : Tu sais bien que c'est une folie, qui se la joue cool en rendant son monde un peu plus froid encore" (le monde de papa John)

Connaissant maintenant le contexte de la chanson  'Hey Jude',  Paul MacCartney, l'ayant écrite pour le fils aîné de Lennon, Julian ou Jude. Lennon   partant avec une autre femme que la mère de celui-ci, l'auteur du texte, Paul, incite Jude au bonheur, en lui disant d'accepter la nouvelle femme de son père, de la  faire sienne en tant que seconde mère en quelque sorte, voilà ce que je comprends ; petite remontrance à Jude qui fait semblant de la jouer cool avec son papa mais qui en fait lui envoie du froid parce que Jude, à ce moment-là a trop de peine. MacCartney lui rappelle que le monde de son père est déjà froid à la base, "n'en rajoute pas" lui dit-il en quelque sorte, ne gâche pas tout en portant le monde sur tes épaules c'est-à-dire, en portant sur toi  la peine de ta maman qui doit seule assumer la rupture avec John. Cela se tient, non ? Mais vous avez peut-être une autre interprétation. Le monde de John était-il froid à la base ? Probablement oui, si l'on en croit  cette chanson... que je vais peut-être décider de me mettre dans la caboche sachant par cœur deux autres chansons des Beatles...  que je chante a capella avec un certain bonheur, sans faire pleuvoir jusqu'ici... quoique le temps se soit considérablement refroidi.... ☺ ☻ 

Le monde de John :

 

 

 

 

Jealous Guy (Un Mec Jaloux)

 

I was dreaming of the past
Je rêvais du passé
And my heart was beating fast
Et mon coeur battait rapidement
I began to lose control (x2)
J'ai commencé à perdre les pédales (x2)

 

 

 

[Chorus]
[Refrain]
I didn't mean to hurt you
Je ne voulais pas te blesser
I'm sorry that I made you cry
Je suis désolé de t'avoir fait pleurer
Oh no, I didn't want to hurt you
Oh non, je ne voulais pas te blesser
I'm just a jealous guy
Je ne suis qu'un mec jaloux

 

 

 

I was feeling insecure
Je me suis senti déstabilisé
You might not love me anymore
Tu ne dois sans doute plus m'aimer
I was shivering inside (x2)
Je frissonnais en moi (x2)

 

 

 

[Chorus] (x2)
[Refrain] (x2)

 

 

 

I was trying to catch your eyes
Je tentais de saisir ton regard
Thought that you was trying to hide
Que tu essayais de dissimuler
I was swallowing my pain (x2)
Je ravalais ma douleur (x2)

 

 

 

I didn't mean to hurt you
Je ne voulais pas te blesser
I'm sorry that I made you cry
Je suis désole de t'avoir faite pleurer
Oh no, I didn't want to hurt you
Oh non, je ne voulais pas te blesser

 

 

 

I'm just a jealous guy, watch out
Je ne suis qu'un mec jaloux, prends garde
I'm just a jealous guy, look out babe
Je ne suis qu'un mec jaloux, fais attention chérie
I'm just a jealous guy
Je ne suis qu'un mec jaloux 

 

 

La Coccinelle

 

 

 

Lu ce jour : en Gironde, des ouvriers Hongrois payés à deux euros de l'heure : C'est ici

 

 

 

La photo maintenant du Daily Ray of Hope. En vérité un drôle de rayon d'espoir, qu'on imaginerait plus ensoleillé,   mais c'est  la citation qui donne à la photo ses rayons (je chante,  et je reçois cette photo du Daily  Ray ... mais la vie est trop courte pour ne pas chanter !)

 

les oiseaux.jpg

 

After winter comes the summer. After night comes the dawn. After every storm, there comes clear, open skies.
~ Samuel Rutherford

 

 

Et enfin pour finir avec le blog aujourd'hui, un extrait de la nouvelle que je me promets de lire ce soir, elle s'appelle Placebo et le nom de l'auteur est Schmuel Retbi :

 

 

"La fortune n'entrave pas toujours le bonheur. Souvent, même, elle sourit à ceux qui savent se baisser pour la ramasser. On trouvera cependant des bienheureux qui se relèvent tout courbaturés après les petits tours qu'elle leur aura joués. C'est là le sujet de cette histoire presque totalement véridique. Elle sera mieux comprise de ceux qui prennent au moins une pilule par jour. Les autres s'en sortiront sans doute, à condition qu'ils aient, dans leur entourage, des personnes qui absorbent au moins un comprimé quotidien. Notons, par ailleurs, que l'humanité se compose pour 12 % de gens qui se flattent d'être nés sous le signe du lion. Cet aimable quadrupède se caractérise par deux traits prédominants : 1. Il rugit toute la journée et 2. Il marche à quatre pattes à la maison. Cette histoire a donc pour héros un lion à la retraite, un combattant farouche et glorieux que le temps a décidé de réduire au cadre étroit de ses pantoufles" ICI

 

 

 

 

 

 

 

13:25 Publié dans Musique, Note | Lien permanent | Commentaires (0)