Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2019

Il creuse

Je n'avais pas tout lu à vrai dire de ce que j'ai d'abord pris pour une simple note à propos d'un ressenti sur les Gilets Jaunes, de Kronix. En fait, il s'agit d'une longue analyse mêlée de ressenti, et vu l'état de légère fatigue de mon cher cerveau, je dois m'y prendre en plusieurs fois pour en faire le tour et assimiler le propos intégralement, ayant un tout petit peu de mal à me concentrer longtemps ces temps-ci (lire de l'anglais m'aide à pulvériser mes capacités de concentration, aussi il faut que je m'y remette). Analyse donc d'un style empreint de ressenti, qui vaut la peine, qui vaut l'effort d'être lue, sur les gilets jaunes et le sociétal. Un extrait :

 

"Ceux qui ne sont rien et ceux qui n'ont rien fait.

Fascisme contre fascisme. Aujourd'hui, la précarité n'est pas qu'un sentiment. Le constat des misères dans le pays est accablant. Dans son célèbre discours, Victor Hugo stigmatisait les députés qui, ayant fait beaucoup mais n'ayant pas éradiqué la pauvreté, au fond, n'avaient « rien fait ». Du côté des partisans du gouvernement, on pourra toujours lister le nombre des bienfaits de sa politique, il n'en restera pas moins que, tandis que 74 Français chaque jour deviennent millionnaires en dollars (encore faut-il préciser qu'ils le deviennent surtout par valorisation « mécanique » de leur patrimoine immobilier, et sont donc soumis à ce titre à l'ISF, ou à sa nouvelle version), tandis que l'évasion fiscale et la fraude fiscale totalisent, quel que soit le mode de calcul, des milliards qui seraient bien utiles, le président et son assemblée aux ordres n'auront « rien fait » si la même proportion de pauvres subsiste et si ces pauvres, en plus, deviennent chaque jour plus pauvres. C'est intenable, c’est pervers, c'est fou."

http://kronix.hautetfort.com/archive/2019/03/23/les-gilet...

Je relâche mon système nerveux avec le pianiste à la mèche rebelle et au minois de Brad Pitt ; les oreilles surtout participeront à relâcher la tension, ou pas, pour vous, au cas où vous n'aimeriez pas cette musique :

 

 

 

 

21/03/2019

Il se passe cela dans leur cœur

 

Poème de Marie-Rose : CREPUSCULE

 

Lorsque le jour descend, quand le soleil rougit,
 Et que l'ombre grandie annonce déjà la nuit,
 Quand les rayons dorés, commencent à décliner,
 Alors, dans ma tristesse, me sentant délaissée,

 

Lorsque de la passion, arrivent les prémices,
 Que les fleurs se referment, ondulant leurs calices,
 Exhalant au jardin, de leurs coupes, les parfums,
 La souffrance croissant, une angoisse m'étreint.

 

Je me sens envahie d'une grande faiblesse,
 Et je pense au Seigneur, au soir de sa détresse.
 Au seuil de la souffrance, voyant venir la croix,
 Là du fond de mon coeur, jaillit un cri de foi.

 

Apercevant du ciel, l'heure de la délivrance,
 Je mets dans le Seigneur, toute mon espérance.
 Et pour lui assurer encore mon amour,
 Je fais sa volonté, lui demandant secours.

 

 

Poème d'Alice : Haïku

 

Et mes yeux s'ouvrent enfin sur le prunus en fleurs ;
Pétales délicats qui caressent mon cœur.
Dieu m'annonce doucement un nouveau printemps.

 

Lu sur Hozana ce matin.

 

Le mien :

 

Ce matin

m'attendent en souriant

les vieux chênes odorants

 

Le sien :

 

 

08:14 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

16/03/2019

Chants et lecture

À cinq heures vingt-trois, j'ai entendu les premiers chants d'oiseaux. Depuis début février il y a un regain de tonus dans la tribu des oiseaux des environs. Cela va s'accroître et culminer en fin de printemps. Les oiseaux s'autorisent à chanter tôt le matin ; ils étaient peut-être réveillés avant mais attendaient une certaine couleur de l'aube pour juger le moment venu d'émettre leurs premiers sons mélodieux.

Prions pour que les oiseaux continuent de vivre encore longtemps.

 

La face Claire de la nuit parle dans sa note des gens dans la rue. De ceux à qui la société refuse de donner une place.

J'aime et j'approuve cette appréciation des choses et surtout ce courage. Ici :

http://lafaceclairedelanuit.hautetfort.com/

 

La faute à Rousseau est un blog très intellectuel (mes neurones ont justement besoin de stimulation) ; ce blog propose une vidéo, que j'ai regardée, de prouesses et de démonstrations d'habileté motrice aux sons du tambour. Ici :

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

 

Et maintenant, après avoir regardé cette belle jeunesse, une autre belle jeunesse pour assouplir mes lombaires, qui, comme mes neurones ont besoin d'assouplissement :

https://www.youtube.com/watch?v=t8VplgxHW4I&feature=y...