Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2020

Yoko

Yoko était physique. Il aimait me cramponner, faire son pot de colle et j'aimais cela, je le gardais sur mes jambes, m'efforçant de rester immobile le plus longtemps possible pour ne pas le déranger.

Le soir, il se mettait sur ma hanche et attendait que je m'endorme.

Il ne supportait vraiment que deux humains : mon ami et moi-même et se cachait lorsqu'on recevait de la visite. Sauf une fois, où il commençait à s'habituer à la présence de Véronique.

 

Dès que ses habitudes étaient bousculées, il n'était plus lui-même et pouvait devenir comme sauvage, ne reconnaissant plus personne. Il était ainsi quand nous l'emmenions chez le vétérinaire. Miaulant de toutes ses forces dans la voiture, à un volume voisin d'une sirène de police.

 

Lorsque Tigret a eu son cancer, le pauvre animal pourrissait littéralement sur pied et j'avais beau changer son pansement très souvent, le beau Tigret sentait mauvais. Yoko, après être resté sur moi un certain temps devait me quitter, car je l'y obligeais, ne serait-ce que pour travailler. Alors, cancer ou pas, il allait dormir tout contre Tigret. Quand Tigret est mort, Yoko s'est isolé plus ou moins. Il a passé le plus clair d'un été dans un fauteuil près de la fenêtre. Du coup, il n'était plus pot de colle. Il cuvait la perte de Tigret. Il a toujours gardé ses distances avec Nono, mais je pense qu'il l'aimait beaucoup.

 

Vers treize heures aujourd'hui, Yoko qui était redevenu un "chat collant" depuis quelque temps (et j'appréciais le sentir sur moi plus souvent, comme à l'époque d'avant la mort de Tigret), vers treize heures donc Yoko a tressailli, plein de soubresauts.

 

Je suis partie en courant vers la cuisine, je ne pouvais pas faire face d'emblée à une agonie violente. Heureusement mon ami l'a pris dans ses bras, l'a amené à la soucoupe d'eau car il croyait qu'il avait avalé de travers. Yoko n'a pas bu, s'est dirigé vers l'escalier où les soubresauts l'ont repris. Il ressemblait à un chat que l'on électrocute et il miaulait de véritables appels au secours. Vers quatorze heures  le vétérinaire a constaté qu'il s'agissait d'une atteinte neurologique grave, extrême. Yoko, le regard vitreux miaulait sans discontinuer de façon stridente, ses appels à l'aide. Il ne tenait plus sur ses pattes, raides, il était aplati au sol comme s'il s'accrochait à une planche en pleine mer démontée. Le vétérinaire l'a calmé sur le champ avec une piqûre et a abrégé définitivement ses souffrances. Yoko avait seize ans, trois mois et quelques jours . Il ne chassait pas, il était émotif à l'extrême mais heureux d'être avec nous. Nous l'avons enterré dans un lieu qu'il aimait, près de la rivière.

 

La dernière image que j'ai de lui, c'est  le dessus de sa tête, légèrement penchée, ses deux oreilles pointant bien droit. Le silence, la paix, le sommeil de Yoko pour longtemps dans la sécurité dont il avait tant besoin pour être lui-même. On peut dire un grand merci au vétérinaire qui l'a soulagé. À peine la piqure faite, Yoko s'endormait.

 

Il reste Nono, qui semble avoir tout compris et nous l'a fait sentir. Elle a constaté l'absence de Yoko dans la caisse, n'a d'abord pas voulu rentrer dans la maison, a finalement accepté de rentrer. S'est mise sur son coussin mais en nous tournant le dos. Ce qu'elle ne fait jamais. Quand elle a bien voulu faire face, elle gardait plantés ses yeux dans les miens.

Je lui ai dit "Yoko est parti." Elle a cillé comme pour dire "oui, je sais" ; j'ai ajouté "il n'est pas loin. Il est à côté de la rivière. Tu le sais ?", elle a cillé de nouveau. Peu de temps après elle venait faire un câlin sur nous, l'un après l'autre, pour nous manifester sa confiance et elle est repartie sur son coussin, s'y positionnant de façon à ne plus nous tourner le dos.

 

Yoko, comme j'aimais t'appeler en modulant ton nom de diverses façons comiques, pour te faire rire. Voilà je pleure mon amour. 

L'homme polyvalent

Il a développé moult compétences durant sa vie professionnelle. Je l'ai vu hier dans un documentaire diffusé sur RMC piloter une pelleteuse afin de la charger sur son camion aux dimensions gigantesques. On le voit changer un pneu lui-même dans cette vidéo-ci. Il manie d'autres machines dangereuses, pour charger des troncs d'arbres par exemple. Il a été quelques temps sans travailler, à cause d'un cancer de la prostate, dont il vient de se remettre. Toutes ces compétences, au service d'un système qui ne pourra pas durer. On déploie en effet des compétences impressionnantes, acquises après moult apprentissages... pour se sentir libre concernant cet homme mais dans un système bizarre.

Le moteur ou un élément de la machine tombe en rade parfois : boulon, pneus, boîte de vitesse. La pelleteuse qu'il a chargée ne souffre pas de fausse manœuvre, elle peut tuer un conducteur fatigué à la moindre erreur de manœuvre.

Avec la machine on se trouve entre plus de liberté et moins de liberté, étant donné son besoin récurrent d'être réparée. Cet homme évolue dans le contexte du covid, soumis à des contrôles fréquents de la police. Incertitude pour lui, car à tout moment on peut bloquer sa route pour raison sanitaire.

Ce système ne pourra plus durer en effet, en raison du prix en carbone pour la planète. Mais l'homme en question déploie un courage hors norme pour y survivre. Si on est toujours dans "marche ou crève", alors les machines auront failli à la mission initiale de leurs inventeurs si tant est qu'on les ait inventées pour nous aider. Le reportage de la vidéo n'est pas le même que celui que j'ai vu sur RMC mais à dû être tourné dans la même période par une autre équipe :

08:30 Publié dans vidéo | Lien permanent | Commentaires (0)

11/10/2020

J'ai lu ce matin un texte intitulé "imparfait" ♣♣♣ Grammaire anglaise du jour

Mais oui cher poète, je vous donne raison pour ma part, elles sont presque parfaites ces petites imperfections. Ces creux et ces bosses, sillons de l'humanité.

Y a-t-il raison ou déraison à aimer ce gros pif, ce rougissement, cette laideur passagère du rictus douloureux ? 

La beauté réside ailleurs à mon sens.

 

Ici :

http://aufildelavie.hautetfort.com/archive/2020/10/10/imp...

 

♣♣♣

 

D'un point de vue grammatical, la déclaration de Kettering, ci-dessous, présente pour moi un certain intérêt. Après : "résider dans le futur" ne fait pas grand sens pour moi. On goûte l'instant sans empiéter sur le futur des autres, je comprends mieux cela. Mais bon, du point de vue grammatical, écoutez plutôt :

 

 

We must look forward to the future as that is where most of us will be spending the rest of our lives.

~ Charles Kettering

 

Nous devons nous tourner vers l'avenir "as that", car c'est là que (éludé dans la phrase anglaise) "most of us" la plupart d'entre nous passerons notre vie.

 

En fait, il veut juste dire par là que pouvoir se projeter vers l'avenir donne espoir. Mais il le dit de façon compliquée, qui le fait passer par une grammaire intéressante pour l'éternelle étudiante en anglais que je suis.

 

Ici, une autre déclaration en anglais va suivre, qui me laisse un peu sur le cul je dois dire. C'est profond. Je vous laisse le soin de traduire et de savourer au passage la beauté subtile de la grammaire anglaise :

 

I have matured into someone I never dreamed I would become: an unbridled optimist who sees the glass as always full of something. It may be half full of water, precious in itself, but in the other half there's a rainbow that could exist only in the vacant space.

~ Alice Walker

 

Commentaire :

 

Savoir faire place à l'autre, ce qui ne signifie pas s'effacer, mais juste lui faire place, car il peut porter l'arc en ciel. Il peut être en somme l'envoyé de là-haut qui te fera place à son tour. 

04:52 Publié dans Note, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)