Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2017

sauvons la forêt

 

"La forêt de Bialowieza possède une atmosphère de conte de fées"

Un gouvernement ultra conservateur ne veut pas conserver la forêt, alors que veulent-ils conserver ces conservateurs ?  :

 

http://www.faunesauvage.fr/fspetition/bialowieza-sauvons-...

13/07/2017

Curiosité linguistique

 

"Think for yourself" peut vouloir dire "pensez pour vous-même".... avec la connotation égoïste que renferme le "pour soi" de "chacun pour soi" ? Il signifie le plus souvent : "par vous-même"... exemple lu dans Linguee :

 

"the idea is that you play through the moves of a game, and at some point you are asked to think for yourself."

 

Traduction Linguee :

 

L'idée est que vous jouez les coups d'une partie et à certains moments, il vous est demandé de réfléchir par vous-même.

 

En trois gaufrettes cela devient :

 

"The idea is that you play the moves of a game"

 

miam, encore une ! seconde gaufrette :

 

"and at some point..."

 

et la troisième :

 

"you are asked to think for yourself"

 

seule la seconde gaufrette ne peut pas faire une phrase à elle seule.

Donc avec "Think for yourself" il est rarement question de "chacun pour soi", comme le "for" pourrait le laisser supposer. Le "pour soi", signifie en fait dans cette phrase,  penser en son for intérieur, "pour soi" et non pas pour "soi-même", cela implique d'assumer la solitude que ce "pour soi" requiert... on peut penser en son for intérieur... "aloud", à voix haute. Au vu de tout cela on comprend la phrase de Coco Chanel dite en anglais :

 

The most courageous act is still to think for yourself. Aloud.

~ Coco Chanel

 

 

12/07/2017

Le poème du jour... ou plutôt le poème sur la nuit ( ne nuisant pas )

 

Le poème du jour est de Jeannine Dion Guérin :

 

Entreprise ardue que de nommer la nuit

 

 
 
 
Entreprise ardue que de nommer la nuit car elle est cette entité qui réfute matière au profit d'une batterie de  parfums et de sons. Genre informel, elle tente de s'implanter, chair tendre au plus profond  mais tégument aussi coriace que ce vieux monde à réinventer.
 
J'aime à évoquer les ronces tapies dans son âme et mes efforts pour leur échapper. Opiniâtres, elles s'imposent autant qu'elles veulent s'effacer.
 
Je n'inviterai pas l'aurore secourable mais trop souvent fêlée. La nuit aura loisir de s'adonner à tout caprice qu'il lui plaira de fomenter. Le temps s'appliquera à l'apprivoiser.
 
Évoquer la nuit c'est célébrer le doute, tous les doutes, les aider à s'incarner, neuves d'étoiles, à la pointe d'un rocher abrupt. On débute l'escalade de nos fausses convictions sans cesse à éradiquer.
 
Dans son tremblement de peau,  le poème s'invite à la nuit. D'un astre l'autre, il consent à s'abandonner. Si longue cette longue nuit des mots, comment la délivrer de l'angoisse ? Comment la formuler autrement que par sa douceâtre clarté ?
 
Jeannine Dion Guérin
 
 
Mon commentaire : évidemment on n'est jamais sûr d'avoir tout compris dès lors que le poème adopte un langage volontairement sibyllin.  Quand l'auteure  dit "l'aurore trop souvent fêlée", aurore "opposée" à la nuit, est-ce parce que c'est à l'aube que les hommes appliquaient la loi de sentence de mort en France (vieille réminiscence) ? La nuit laissant ses chances au condamné...     mais non,  c'est une fausse interprétation,  car elle qualifie l'aurore de secourable. L'aurore lève les doutes dont elle parle plus loin, mais en levant ces doutes peut-être remet-elle l'individu trop sûr de lui dans ses carcans de pensée habituels ?  En ce cas "l'aurore fêlée"... serait soi-même trop sûr de soi quand il faudrait laisser place à une remise en question. Mais la nuit elle-même n'apporte pas de réponse... elle questionne plutôt... d'où l'angoisse de l'homme qui voit ses certitudes vaciller... cependant ce vacillement peut donner jour à de nouvelles étoiles....  En tout cas le temps dit-elle apprivoise la nuit ou la nuit laisse peu à peu le temps faire son œuvre. Voyez-vous, la nuit empêche nos yeux de chair de voir, mais ainsi ouvre peu à peu, très lentement,  ceux de l'âme... mais que de temps il lui faut ! À la fin le poème dit que sa fonction est de s'inviter à la nuit  et de vous y inviter par là même... "le temps s'appliquera à l'apprivoiser", autrement dit, le poème décantera dans l'esprit du lecteur.  "Si longue cette nuit des mots" ... un léger découragement se profilerait-il au vu de l'angoisse que le poème contient aussi dans ses questionnements ?  Le poème porte-t-il depuis le début sur la nuit des mots ? cette nuit qui confinerait à un genre de silence ;  la clarté intérieure que diffusent les mots du poème est, dit l'auteure à la fin de celui-ci,  "douceâtre" ....  tout est donc mitigé la nuit. Les mots seraient le domaine d'où l'on sort difficilement du mitigé et ça peut finir par être angoissant sauf que ce mélange d'espoir et de doute est comme un passage obligé pour accoucher de nouvelles étoiles...
 
Enfin, ce commentaire, c'est mon interprétation... dans sa nuit bénéfique de mots...
 
Références pour retrouver Jeannine Dion-Guérin .... ici :

Jeannine Dion-Guérin, Extrait de L’Écho des nuits, Editinter.


Read more at http://ouvreboiteapoemes.e-monsite.com/pages/boite-a-poemes/jeannine-dion-guerin/entreprise-ardue-que-de-nommer-la-nuit.html#5W6QGFZb4EGqloEM.99

05:12 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)