Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2018

Le miracle du jour : je suis hélée par une dame

 Ce matin, je suis allée conduire mon ami à une maison de radio dont je viendrai mettre le nom ici un peu plus tard. Il s'agit d'une radio qui émet de Douvrin, et qui est locale. J'ai déjà essayé de me connecter sur elle via mon petit poste mais ça n'a pas fonctionné. Il faut donc passer par le Net pour écouter "radio Douvrin" ; je le ferai à l'occasion.

 

Je ne suis pas entrée dans le studio d'enregistrement et suis restée dans "l'antichambre", comme dirait Simenon. À la faveur d'un besoin de pisser, j'ai fait le tour de la maison de radio. Les toilettes se trouvent dans l'entrée. Une fois le pipi évacué, je suis rentrée dans l'antichambre, et là, tout au bord, se trouvait un gros appareil qui diffusait l'émission en train d'être enregistrée (en direct).

Mon compagnon parlait d'un certain auteur de polar ; c'était intéressant. Ensuite, un autre écrivain s'est exprimé sur son dernier roman : des personnages en huis clos dans une grotte. C'était également intéressant.

Il y a eu, après cela une chanson catalane car l'animateur radio, monsieur Sueur, est épris de la Catalogne et de la beauté des catalanes. Sur cette chanson, ils sont sortis du studio d'enregistrement pour atterrir dans l'antichambre.

Mais ce n'était pas fini. Monsieur Sueur a fait une séance de photos d'une dizaine de minutes, avec son smartphone. Il photographiait les trois qui ont participé à l'émission, sur fond de publicité à la radio.

 Nous sommes repartis. J'ai dit à Patrick, que cette fois je l'avais entendu parler et que j'avais trouvé cela digne d'intérêt, idem pour le locuteur suivant. La précédente, n'ayant pas encore découvert l'emplacement de l'appareil qui diffusait l'émission (sur un volume assez bas mais tout à fait audible de près), je ne l'ai pas entendue. Elle aussi parlait de grottes me dit Patrick. 

 

Je dépose mon ami à la gare, prends le chemin de la maison, stationne la voiture devant celle-ci, le temps d'ouvrir la porte du garage, et là : le miracle du jour se produit pour moi : une dame me hèle. Elle est essoufflée, ne se sent pas bien me dit-elle, la pluie tombant dru, elle n'a pas de parapluie par dessus le marché. Elle me demande si je peux la conduire jusqu'à la poste.

 

Je l'embarque vers la poste. La dame est belle, de la beauté des super rondes d'environ 120 kg, du coup ça avait été compliqué pour elle d'enclencher la ceinture de sécurité, et je l'ai fait à sa place.

La dame me dit :

"Si vous avez du surplus en parfum : Cacharel, amour-amour, ou bien des plaids, pensez à moi j'habite à "tel" numéro, dans la même rue que vous."

 

Je lui dit "OK. Mais vous savez, si cela se trouve, vous êtes plus riche que moi. Vous trouvez que j'ai l'air riche ?"

 

Elle me  regarde en plein yeux et sourit de toutes ses dents (qu'elle a toutes). 

Elle m'explique quand nous arrivons aux abords de la poste, qu'elle veut aller au distributeur. Moi de lui répondre que nous allons devoir contourner car le distributeur est en sens interdit de notre côté.

 

Arrivées vers l'endroit ciblé, je me rends compte que je ne pourrai pas me garer devant le distributeur et me gare au petit parking.

 

— Je vous attends ici, lui dis-je.

 

La dame me tend sa carte bancaire et me dit le numéro de cette carte. Je refuse de l'utiliser, d'autant qu'elle ne me dit pas la somme à lui retirer.

 

— Bon, on va voir si c'est vraiment impossible de se mettre juste en face du distributeur, ou le plus près possible, lui dis-je.

 

Elle acquiesce et je redémarre. Nous parvenons à nous garer à deux mètres du bidule.

Ensuite je la mène au tabac. Entre temps la dame m'a dit qu'elle vivait "sur l'AAH" et que celle-ci ne lui a pas encore été versée.  Mais il n'y a pas que du "passif" dans sa vie car elle a la chance d'avoir deux enfants en super forme. Elle souffre de dépression, a-t-elle ajouté,  à cause d'un mari qui la frappait et dont elle est divorcée.

Je la dépose devant chez elle : une grande maison coquette. Plus belle que ma petite habitation, et je m'en contrefiche.

 

Je lui ai rendu service... et avant de savoir dans quelle maison elle habitait, je lui ai offert le parfum qui était rangé sous le pare-brise. Je ne le regrette pas non plus. Même si j'aimais ce parfum.

Je devais sentir bon, pour qu'elle me réclame de "l'amour-amour de Cacharel". La dame m'a fait un compliment et je trouve cela gracieux, même si c'était à son insu qu'elle me faisait cette "offrande verbale".

Il ressort de tout cela un sentiment que la population du Nord de La France est en souffrance morale pour beaucoup de ses membres. La dame par exemple ne se rendait pas compte qu'elle aussi sentait bon. Elle n'avait pas besoin de mon parfum. Ou elle en avait besoin pour une autre raison, plus complexe.

La dépression ou se consumer dans la tristesse, si bien que la femme dont il est question demande des choses à une supposée consumériste à qui elle voulait plus ou moins soutirer du surplus. Et là, ce n'était pas un compliment. Mais elle ne l'a pas fait exprès.

 

Enfin, j'ai aimé l'aventure vécue avec "amour-amour de Cacharel".

Merci Mon Dieu, pour ce moment avec amour-amour.

 

12:54 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)

06/11/2018

Le poème qui parle miracle ♣♣♣ Lu ce jour

 

Le poème qui parle miracle :

 

Listen to the Mustn'ts, child,
listen to the Don'ts.
Listen to the Shouldn'ts,
the Impossibles, the Won'ts.
Listen to the Never Haves,
then listen close to me.
Anything can happen, child,
Anything can be.


~ Shel Silverstein

 

Ma traduction :

 

Écoute les "ne doit pas", enfant,

écoute les "ne pas faire"

écoute les "ne devrait pas"

les "impossible",  les "ne voudrait pas"

écoute ceux qui ne se sont jamais laissés avoir,

ensuite écoute tout près de moi.

Tout peut arriver, enfant,

Tout peut être. (NP : dans le sens tout est possible)

 

Lu dans le Daily Ray ce jour.

 

                                                   ♣♣♣

 

Lecture de la lettre aux Hébreux

 

"Frères,

 


    dans l’ancienne Alliance,
un grand nombre de prêtres se sont succédé
parce que la mort les empêchait de rester en fonction.
    Jésus, lui, parce qu’il demeure pour l’éternité,
possède un sacerdoce qui ne passe pas.
    C’est pourquoi il est capable de sauver d’une manière définitive
ceux qui par lui s’avancent vers Dieu,
car il est toujours vivant
pour intercéder en leur faveur.

 

    C’est bien le grand prêtre qu’il nous fallait :
saint, innocent, immaculé ;
séparé maintenant des pécheurs,
il est désormais plus haut que les cieux.
    Il n’a pas besoin, comme les autres grands prêtres,
d’offrir chaque jour des sacrifices,
d’abord pour ses péchés personnels,
puis pour ceux du peuple ;
cela, il l’a fait une fois pour toutes
en s’offrant lui-même.
    La loi de Moïse établit comme grands prêtres
des hommes remplis de faiblesse ;
mais la parole du serment divin, qui vient après la Loi,
établit comme grand prêtre le Fils,
conduit pour l’éternité à sa perfection.

 

    – Parole du Seigneur."

 

 

05/11/2018

À l'occasion de la célébration du père Anizan, Hozana livre une méditation inoubliable

 

"Méditons avec le père Jean-Émile Anizan

 

Dieu charité engendre de toute éternité son Fils qui ne peut être que charité. Et leur charité mutuelle qui procède des deux est si intense et si féconde qu’elle devient une Personne divine.

On dit : le Saint-Esprit est l’amour mutuel du Père et du Fils. On pourrait dire : la charité mutuelle. La charité en Dieu n’est même pas une perfection, c’est-à-dire une face, pour ainsi dire, de Dieu, comme la puissance, la bonté, l’immensité, l’éternité, la justice, la sagesse de Dieu. En Dieu tout est substantiel évidemment mais la charité est plus que tout : la substance même de Dieu « Deus caritas est ».

Notre Seigneur n’a pas seulement pratiqué la charité personnellement, il en a été le propagateur et la source. Sa loi a été la loi d’amour et de charité…

Commentaire des constitutions, n°6-7, 1925

 

Pour aller plus loin

 

Dans l’Écriture, Dieu se révèle comme celui qui est, qui est lumière, qui est amour. Lumière et amour, non pas comme des attributs de cet être, mais comme sa définition. Il y a une équivalence entre être, lumière et amour. Il est l’amour qui ne change pas, qui donne l’être et la lumière à toutes les créatures.

Si je veux savoir ce que veut dire aimer, il me faut aller à cette source unique. Il y a en moi un certain vide d’amour assoiffé d’amour, quelques creux, une capacité d’aimer qui attend d’être mise pleinement en acte par l’amour même car, merveille !, l’Amour m’a créé pour lui ressembler. 

 

Résolution

 

Garder mon calme malgré les imprévus."

09:31 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)