Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2020

Émile et Céline

 

Lu ce matin sur le site Hozana :

 

"Sainte Céline (Vème siècle)

 

Elle avait épousé, très jeune, Émile, le comte de Laon. Elle lui portait une grande affection et, par son caractère aimable et modeste, ils vécurent dans une grande union de cœur et de foi chrétienne. Ils prirent grand soin de l'éducation de leurs enfants qui devinrent tous trois prêtres. Le dernier nous est le plus connu, Rémi, né sur le tard, dont ils donnèrent le soin aux clercs de l'église Sainte-Marie de Laon. Il devint saint Rémi, l'archevêque de Reims qui baptisa Clovis.

 

Prière

 

Prions pour les mères de familles, qu'elles éveillent le cœurs de leurs enfants à l'amour du Seigneur et à la Sainteté."

 

 

20/10/2020

Lu la réflexion du pape François ce matin

"Pape François

 

La politique et l’économie ont tendance à s’accuser mutuellement en ce qui concerne la pauvreté et la dégradation de l’environnement. Mais il faut espérer qu’elles reconnaîtront leurs propres erreurs et trouveront des formes d’interaction orientées vers le bien commun. Pendant que les uns sont obnubilés uniquement par le profit économique et que d’autres ont pour seule obsession la conservation ou l’accroissement de leur pouvoir, ce que nous avons ce sont des guerres, ou bien des accords fallacieux où préserver l’environnement et protéger les plus faibles est ce qui intéresse le moins les deux parties. Là aussi vaut le principe: l’unité est supérieure au conflit.

 

Pape François, Loué sois-Tu / Laudato Si – Lettre encyclique sur l’écologie (Saint-Augustin, 2015)"

10:39 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)

19/10/2020

La liberté d'expression en France

Comprendre et dès lors vient la tolérance. Comprendre dans quel monde on est et avoir l'humilité du respect. Respect qui en général s'enclenche dès lors que l'on comprend ce qui anime l'autre.

 

Le respect, ce professeur n'y a pas eu droit. Il vivait au sein de la république, le monde français, avec ses valeurs, des valeurs auxquelles il tenait, donc il a tout naturellement suivi le programme : il a voulu débattre sur la liberté d'expression comme inscrit dans le programme scolaire.

 

De débat il n'y eut point. Ceux qui prirent cela pour une provocation crurent devoir riposter, en pleine incompréhension qu'ils étaient de la démarche du professeur. Comme il a dû se sentir seul, ce professeur, face à l'assaillant blindé de certitudes !

 

Lors de l'émission d'Élisabeth Quin ce soir, un homme nous expliquait que dans le monde anglo-saxon, la liberté d'expression vient de la base  : si des gens sont heurtés on arrête parce que, à la base, des gens sont heurtés.

En France, la liberté d'expression fait partie de l'essence de la République, c'est une valeur émise pour la base, mais qui vient des tenants de la république, par le haut donc. Elle est constitutive de la République, c'est pourquoi on insiste tant pour que cette liberté d'expression puisse avoir lieu, quitte à en heurter certains. On mise sur la compréhension de ceux qui sont heurtés ;  le recours au droit de réponse faisant partie de la liberté d'expression, mais droit de réponse contrôlé par l'argumentation et non pas une arme. Le débat est alors ouvert, c'est ce que voulait expliquer ce professeur à ses élèves. 

 

Il y a des moments de grande solitude, Samuel ne dira pas le contraire, hélas.   

 

 

 

 

  

21:19 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)