Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2014

Winterthurn

Les Mystères de Winterthurn, le titre d'un roman de Joyce Carol Oates, livre que j'ai vu perché en haut de l'étagère d'un rayon de grande surface, alors que je levais les yeux au ciel pour je ne sais plus quelle raison (parfois des moineaux volettent là-haut) ; Auchan, avec Télérama qui me fit connaître l'auteure — et grâce aussi à mon mètre soixante dix — me donnent  l'occasion de reprendre, de temps à autre, la clé des champs... car ce roman embarque immédiatement le lecteur, à peine lu quelque phrases il atterrit dans l'espace-temps voulu : fin du XIXe siècle, où vit l'étrange famille Kilgarvan. J'ai lu vingt pages du roman et je dois m'arrêter maintenant pour m'occuper de la maison, je dois notamment préparer des muffins à l'avoine, ce serait bon paraît-il. Cette nuit j'ai lu vingt pages d'un autre bouquin : l'Etranger de Camus.  Lectures rapprochées où il est drôle de constater les différentes approches de l'esthétique, celle qu'un auteur va mettre en avant ou stigmatiser aussi parfois, le dégoût de Camus par exemple pour les peaux blanches et le goût des gens du XIXe pour cette même "pâleur diaphane", qui évoque les elfes bien sûr, le côté irréel, lunaire des Pierrots avec, quand la félicité s'y met, la complicité contrastante du noir (yeux noirs de Pierrot, ou habits noirs des gothiques). Enfin, la peau noire est tout autant célébrée aujourd'hui  que toutes les esthétiques sont admises. Une ouverture qui débouche sur la délicatesse, on peut parler de progrès dans ce domaine, ça de moins que les femmes ont à subir. Plus délicats vraiment, les hommes aujourd'hui, en général. 

  

 

09:12 Publié dans Musique, Note | Lien permanent | Commentaires (0)

25/02/2014

"Se vendre"

La prostitution, ce plus vieux métier du monde, je ne pense pas être la seule à penser que c'est un des commerces les plus dangereux  qui soient. Cependant, l'intégrité physique, en certains contextes de travail plus courants,  est presque aussi exposée, et  plus souvent parfois, quoique moins radicalement (il y a toujours moyen de se sauver). Je pense à certaines usines où l'on respire des solvants, où l'on manipule des matières toxiques... et qui  polluent aussi l'environnement. Difficile de gagner sa vie par le commerce, direct ou indirect, et de rester intègre en même temps, d'un point de vue parfois uniquement moral. Je rêve de ces travaux nouveaux que peuvent créer les écologistes. Mais pour l'instant la seule politique qui m'intéresse est mise à mal.  Non seulement c'est dommage pour la planète, mais pour la survie de l'homme c'est un gâchis terrible également. 

05:55 Publié dans Musique, Note | Lien permanent | Commentaires (0)

29/01/2014

Pete Seeger, Adieu

12:46 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)