Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2014

L'artiste vue et entendue cet après-midi

C'était émouvant de voir Wanda Jakson à Béthune, une foule parcourait le centre-ville, je n'avais jamais vu Béthune dans cet état. Touchante Wanda qui nous a encore envoyé un yodel de son cru, qui nous a égrené les moments forts de sa vie d'artiste entre deux chansons,  et  mystique Wanda, également, quand elle narre en quelques phrases sa révélation de la présence de jésus qui vint à sa rencontre un jour et cette paix dit-elle qui s'en est suivie. Elle avait déjà parlé de cela il y a 34 ans à Canet-Plage où nous étions allés la voir avec notre vieille Simca déglinguée qui faillit nous lâcher en route au retour. Fidèle à elle-même, Wanda, mais ici à Béthune je l'ai sentie plus proche des gens encore, sans doute à cause de la promiscuité avec les stands d'exposition et la parade de vieilles voitures  sur la place où elle se produisait, qui sembla ne jamais vouloir se terminer. Les gens en grand nombre se retrouvèrent du coup massés au pied du podium, s'étant détournés d'un coup de tous les objets fétiches, pour l'écouter, elle, et lui réserver un accueil des plus chaleureux. La  ferveur  fut moindre envers les  jeunes rockers que j'ai vus sur scène ensuite dans différents endroits de la ville, très talentueux pourtant. Seule Wanda la pionnière a eu droit aux ovations et autres signes d'amour auxquels elle répondait "moi aussi je vous aime." À un moment donné, elle regarda tout le business sur la place et dit, un peu rêveuse... "What a bargain !" 

20:49 Publié dans Musique, Note | Lien permanent | Commentaires (0)

26/08/2014

I shall not be moved

16:59 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

19/08/2014

Blues

Au pays de Descartes,  cette légende du pacte avec le diable... Ayant écouté avec attention et regardé jusqu'au bout la vidéo, cette perception superstitieuse du blues qui serait du côté du diable montre à mon sens la crainte de la transgression de la part de la majorité des gens entendus (il y a quelques récalcitrants), en raison de cette libre expression du blues notamment. Les  chanteurs de blues baignent dans un milieu qui peut se montrer violent, et ce pacte pourrait être une invention de l'intéressé pour se protéger en inspirant la crainte, c'est ce qui est suggéré dans Wikipédia il me semble, et aussi à un bref moment dans le documentaire. Par contre j'ai bien aimé le film Crossroads, basé sur cette histoire, que Jean Claude nous a envoyé par clé USB et que nous avons regardé juste avant cette vidéo.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Johnson

23:34 Publié dans Musique, Note | Lien permanent | Commentaires (0)