Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2009

L'eugénisme

"Personne n’a besoin de chercher bien loin pour trouver l’eugénisme. C’est dans les livres d’école, dans les journaux et tous les médias, dans la science-fiction, dans les gouvernements et ainsi de suite."

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...

09/08/2009

Poésie chantée

"C'est l'occasion ou jamais de se pencher sur les liens entre poésie et musique populaire au Québec. Impoésie, comme dirait Marjo...

Nelligan, Rutebeuf, Baudelaire...

Nelligan a beaucoup inspiré les compositeurs québécois. L'admirable disque Monique Leyrac chante Nelligan, composé de nombreux poèmes du jeune Montréalais mis en musique par André Gagnon, en est l'illustration la plus marquante. Mais Nelligan inspire également Claude Dubois, qui met en musique son poème Le vaisseau d'or. Ce ne sera pas sa seule incursion dans la poésie chantée: Dubois se fera plaisir en interprétant en 1987 le célèbre poème La complainte de Rutebeuf (La Griesche d'Yver), rebaptisé simplement Pauvre Rutebeuf et mis en musique par Léo Ferré. Que sont mes amis devenus…

Il n'est évidemment pas le seul artiste québécois à se tourner vers les poètes français: le duo bossa-nova-jazzy Bet.e et Stef reprendra ainsi Il n'aurait fallu, poème d'Aragon mis en musique par Ferré, sur son premier album, en 2002. Les Colocs, après la mort de Dédé Fortin, enregistreront une version posthume de Paysage, grand poème de Baudelaire. Et il y a quelques mois à peine, le trio de chanson électro La Patère rose a carrément décidé d'ouvrir son premier album éponyme avec une mise en musique du poème Les deux bonnes soeurs du même Charles Baudelaire!"

http://www.cyberpresse.ca/arts/musique/200908/08/01-89080...

30/07/2009

Saturation de certains jeunes

"Des recherches d'emploi infructueuses et décourageantes

Liu Wei, étudiante en informatique, originaire d'un village de la province du Hebei, s'est donnée la mort récemment.

Selon les propos du Telegraph, le frère de la jeune fille avait quitté l'école, son père la ferme familiale, pour pouvoir travailler sur un chantier de construction. Liu Wei confiait dans son journal intime qu'elle était consciente du sacrifice de sa famille et qu'elle se sentirait heureuse quand elle arriverait enfin à rembourser ses parents. Les seuls frais de l'université de Shijiazhuang s'élevant à 36 000 yuans pour quatre ans (3690 euros).

Suite à cette vague de suicides chez les jeunes, les forums sur Internet se sont transformés en lieux d'inquisition. D'un côté, les professeurs des universités sont pointés du doigt. Jugés trop sévères avec les étudiants, ils seraient tenus pour responsables de l'image négative que les étudiants ont d'eux-mêmes.

D'un autre côté, certains commentateurs se risquent à pointer du doigt le gouvernement chinois. Celui-ci n'accorderait pas suffisamment de bourses aux familles défavorisées alors que de plus en plus de jeunes s'inscrivent à l'université. « Si elle était née dans une famille de classe moyenne Liu Wei n'aurait pas eu à porter le fardeau du sacrifice de sa famille » déclare un internaute sur un forum."

http://www.aujourdhuilachine.com/article.asp?IdArticle=11...