Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2009

Chessex

«La mort de mon père, dit Chessex, m'a fait ce que je suis. Les gens qui ont vécu des drames sont portés au roman. Sans ces événements, je serais un écrivain de l'analyse, un lyrique surveillé comme Philippe Jaccottet.» Le voilà au contraire rejeté du côté des grands nocturnes et autres marginaux, dont la Confédération helvétique est prodigue. Car, loin d'être la contrée aseptisée qu'imaginent les Français, la Suisse selon Chessex est un pays où la folie couve: «De la France, vous ne voyez que les vitrines de chocolat, les banques, qui d'ailleurs s'effondrent, et les horlogeries, qui ont été délocalisées. Ce qui demeure, c'est un peuple guerrier, sauvage, violent, qui a un goût baroque des armes, de l'héraldique, du bestiaire. Toute notre histoire exalte des brutes, des coupeurs de gorges, des saigneurs de cochons.» Imposé «à la hallebarde» par les Bernois, le calvinisme a simplement recouvert d'une chape de silence ce tempérament sanguin. «Il reste de ce passé le sentiment d'être infériorisé, d'être traîné par les cheveux vers ce qu'on ne veut pas. Ce qui explique la méfiance envers la littérature, qui, elle, dit les choses.»

 

http://livres.lexpress.fr:80/portrait.asp/idC=14694/idR=5...

 

08:00 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)

16/02/2009

Commerce équitable

« Guillaume a 26 ans. Diplômé de l’Essec, il vient de créer une entreprise de commerce équitable. Thibaut a 32 ans. Passé par l’ESCP, il est depuis deux ans le directeur d’un groupe d’insertion. Solenne a 33 ans. Ancienne de Sciences-Po Strasbourg et de Dauphine, elle s’est reconvertie l’an dernier dans le tourisme solidaire. »

 

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2365205&a...

09:44 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/12/2008

Pessoa

« Si l’on suit bien Pessoa, l’opposition entre le rêve et la vie serait une fausse opposition puisque rêver, c’est vivre, mais plus intensément et avec beaucoup plus de diversité que dans la vie réelle. Tout comme l’art, le rêve – antichambre de la littérature, déjà littérature puisqu’il doit y conduire – réalise tout ce qu’offre la vie, mais de façon plus riche et plus vraie. Etant un procédé visant à recréer, sur le plan artistique, une autre forme de vie, le rêve apparaît comme une expérimentation. Non pas comme une expérimentation sur la vie, mais comme une vie devenue expérimentale. Dans le même temps, la vie réelle devient une expérimentation rêvée : la vie se change en rêve et le rêve en vie.

Pour obtenir ce décollage de la réalité, il faut que le rêve exprime le mouvement, les forces et la prolixité de la vie : voilà pourquoi il doit être flux, voilà pourquoi il est voyage. Face à une prédominance aussi marquée du rêve, l’aversion de Bernardo Soares pour le voyage n’est pas surprenante : « L’idée de voyager me donne la nausée. / J’ai déjà vu tout ce que je n’avais jamais vu. / J’ai déjà vu tout ce que je n’ai pas vu encore » [27]. Sa propre imagination le fascine bien davantage que n’importe quelle impression venue du monde extérieur : « Comme tous les êtres doués d’une grande mobilité mentale, j’éprouve un amour organique et fatal pour la fixité. Je déteste les nouvelles habitudes et les endroits inconnus » [28].Voyager en rêve, c’est voyager dans la mobilité intérieure – laquelle exige la plus grande mobilité extérieure : il faut pouvoir faire naître les images et les sensations les plus aiguës à l’abri de toute agitation extérieure. Les voyages lui paraissent parfaitement inutiles et il considère le désir même de voyage comme une carence d’imagination :

« Voyager ? Pour voyager il suffit d’exister. Je vais d’un jour à l’autre comme d’une gare à l’autre, dans le train de mon corps ou de ma destinée, penché sur les rues et les places, sur les visages et les gestes, toujours semblables, toujours différents, comme, du reste, le sont les paysages. »

http://www.larevuedesressources.org:80/spip.php?article1061

18:07 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)