Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2009

Antisthène le chien...

"Peut-être quelqu'un s'étonnera de mes sévérités pour ce Xénophon qui m'a loué dans son livre du Banquet. En me louant avec vérité, Xénophon a fait, sans doute, la seule chose dont on le puisse louer. En ne le blâmant pas quand il est blâmable, je lui ferais injustice comme il m'eût fait injustice en ne me louant pas. A lui rendre ses louanges, je cesserais de les mériter. Qu'on le loue ou qu'on le blâme, Antisthène le bâtard reste toujours véridique. Même en le payant d'une vérité, nul ne pourra se vanter d'avoir acheté un mensonge à Antisthène le chien..."

http://hanryner.over-blog.fr/article-20975450.html

17:24 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)

31/05/2009

Martin Cruz Smith

« Ses parents sont John Calhoun Smith, musicien de jazz, et Louise Lopez, amérindienne, chanteuse de jazz et animatrice de mouvements pour la défense des droits des indiens d'Amérique. En 1977 il change légalement son second nom de William en Cruz, nom de sa grand-mère maternelle. Diplomé en 1964 de l'Université de Pennsylvanie, il commence comme reporter aux Daily News de Philadelphie. Son premier roman, "The Indians Won"1970, présente la question des minorités, en l'occurrence, les indiens d'Amérique. Son deuxième roman, "Les deux cœurs de Roman Grey" 1971, exploite encore ce filon. En 1981, après un séjour en URSS pour se documenter, il publie Gorky Park qui devient vite un livre à succès. Il vit en Californie avec son épouse et ses trois fils, et veut rester un outsider de la littérature. » Wikipédia

J’ai un peu fait connaissance avec Martin Cruz Smith en visionnant le film Gorky Park en DVD, hier soir, tiré de son œuvre homonyme.

Apparemment ce n'est pas très compliqué, il sagit de troquer le passage à lOuest de quelques ressortissants soviétiques contre quelques zibelines achetées,  mais passions et idéaux politiques s'en mêlent côté russe.

 Un Américain achète les zibelines, et en guise de remerciement les vendeurs de fourrures permettent le départ de quelques soviétiques de ses "amis" vers les États-Unis. Mais l'amateur de zibelines savère être un requin sans scrupule jouant un double jeu. Pour des raisons purement commerciales, il suit les consignes dun homme du KGB et tue les candidats au voyage vers lAmérique, ensuite il les défigure. De quoi méditer ...

08:43 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)

12/05/2009

Molex

« Vous n'avez pas hésité à faire sonner le glas et à dénoncer ouvertement les décisions de la direction de Molex. Pourquoi ces prises de position ? »

http://www.ladepeche.fr/article/2009/05/10/604542-Molex-l...

14:33 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0)