Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2018

Lu ce matin ♣♣♣ Elle se croyait réprouvée

"Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

 

Chacun est responsable de son propre salut, dans la mesure où il peut être obtenu par la coopération de sa liberté et non sans elle. Et chacun est en même temps responsable du salut de tous les autres dans la mesure où il a la possibilité d’implorer par sa prière la grâce pour chacun.

 

Thérèse Bénédicte de la Croix, Liberté et grâce, dans: Revue Carmel No 167 / Intercéder pour un peuple, Mars 2018 (Editions du Carmel, 2018)"

 

                                                           ♣♣♣

 

Où il est dit que la maladie est une mortification : 

 

http://www.fssp.be/fssp_documents/mortification%20chretie...

 

Mon commentaire : j'ai lu beaucoup du texte mais j'y reviendrai pour le lire intégralement. J'ai noté que lorsque l'on accorde à son corps du soin (parce qu'il en a besoin), il faut en remercier Dieu. C'est ce que je fais lorsque je pratique une séance de qi gong. Merci à ces professeurs, et merci Dieu.

 

                            ♣♣♣

 

Je suis déjà allée à Villefranche de Rouergue. Une religieuse de là-bas :

 

 

"Sainte Marie-Emilie de Rodat (1787 - 1852)

 

Cette aveyronnaise n'a pas beaucoup quitté son pays puisqu'elle retourna à Dieu à Villefranche de Rouergue. Après l'échec de trois essais de vie religieuse, elle rejoint sa grand'mère dans une sorte de communauté regroupant d'anciennes religieuses (nous sommes au lendemain de la Révolution) et des personnes pieuses. En 1815, ayant entendu quelqu'un déplorer la disparition des écoles gratuites des Ursulines, elle ouvre une école dans sa chambre où bientôt quarante élèves s'entassent. Elle devra plusieurs fois émigrer dans des locaux de plus en plus vastes jusqu'à ce qu'elle puisse acquérir en 1817 l'ancien couvent des Cordeliers. C'est là qu'elle fonde la congrégation des religieuses de la Sainte Famille en 1819. Les unes se vouaient à l'instruction des filles pauvres, les autres allaient soigner les malades à domicile. A sa mort quarante maisons avaient été fondées dans divers pays. Elle connut de longues années, plus de vingt ans, de souffrance morales croyant avoir perdu la foi et l'espérance, s'estimant réprouvée. Son entourage ne s'en douta jamais. Ce ne fut que dans les dernières années de sa vie qu'elle recouvra la paix intérieure et que Dieu lui fit sentir à nouveau son amitié.

 

Prière

 

Prions pour les personnes en proie au doute. Que le Seigneur leur manifeste son Amour afin qu'elles croient sans condition.

 

Autres saints du jour

 

Saint Janvier de Naples, évêque et martyr

Bienheureuse Marie de Cervellione, religieuse

Sainte Suzanne, martyre"

 

Du site Hozana

 

 

01/08/2018

traduit en français dessous : courte prière

Prayer : Lord, help us to love like mothers, to experience a welling up of love for suffering Christ.

 

 

Prière : Seigneur, aide-nous à aimer comme des mères, à sentir un élan d'amour monter en nous pour le Christ souffrant.

 

Lue dans Linguee

 

 

 

23:27 Publié dans prière | Lien permanent | Commentaires (0)

30/07/2018

Victor Hugo ♣♣♣ Équilibrer les chakras

Lu ce matin sur Hozana un poème tiré des Contemplations de Victor Hugo. Les Contemplations, en hommage à sa fille qui s'est noyée lors d'un naufrage. On raconte que l'épreuve a été si rude pour Victor Hugo, que le soir durant cette période, il faisait "tourner les tables", c'est-à-dire, s'adonnait au spiritisme. J'inclus avec le poème le propos du site Hozana :

 

 

"Bonjour à tous !

Cette semaine, attention … nous allons nous faire secouer un peu par Victor Hugo.
Il ne prend pas de pincettes, mais ça a le mérite de nous proposer une petite remise en question !

 

Croire, mais pas en nous

Parce qu'on a porté du pain, du linge blanc, 
À quelque humble logis sous les combles tremblant 
Comme le nid parmi les feuilles inquiètes ; 
Parce qu'on a jeté ses restes et ses miettes 
Au petit enfant maigre, au vieillard pâlissant, 
Au pauvre qui contient l'éternel tout-puissant ; 
Parce qu'on a laissé Dieu manger sous sa table, 
On se croit vertueux, on se croit charitable ! 
On dit : - Je suis parfait ! louez-moi ; me voilà ! 
Et, tout en blâmant Dieu de ceci, de cela, 
De ce qu'il pleut, du mal dont on le dit la cause, 
Du chaud, du froid, on fait sa propre apothéose. 
Le riche qui, gorgé, repu, fier, paresseux, 
Laisse un peu d'or rouler de son palais sur ceux 
Que le noir janvier glace et que la faim harcèle, 
Ce riche-là, qui brille et donne une parcelle 
De ce qu'il a de trop, et qui n'a pas assez, 
Et qui, pour quelques sous du pauvre ramassés, 
S'admire et ferme l'oeil sur sa propre misère, 
S'il a le superflu, n'a pas le nécessaire : 
La justice ; et le loup rit dans l'ombre en marchant 
De voir qu'il se croit bon pour n'être pas méchant. 
Nous bons ! nous fraternels ! ô fange et pourriture ! 
Mais tournez donc vos yeux vers la mère nature ! 
Que sommes-nous, coeurs froids où l'égoïsme bout, 
Auprès de la bonté suprême éparse en tout ? 
Toutes nos actions ne valent pas la rose. 
Dès que nous avons fait par hasard quelque chose, 
Nous nous vantons, hélas ! vains souffles qui fuyons ! 
Dieu donne l'aube au ciel sans compter les rayons, 
Et la rosée aux fleurs sans mesurer les gouttes ; 
Nous sommes le néant ; nos vertus tiendraient toutes 
Dans le creux de la pierre où vient boire l'oiseau. 
L'homme est l'orgueil du cèdre emplissant le roseau. 
Le meilleur n'est pas bon, vraiment, tant l'homme est frêle ; 
Et tant notre fumée à nos vertus se mêle ! 
Le bienfait par nos mains pompeusement jeté 
S'évapore aussitôt dans notre vanité ; 
Même en le prodiguant aux pauvres d'un air tendre, 
Nous avons tant d'orgueil que notre or devient cendre ; 
Le bien que nous faisons est spectre comme nous. 
L'Incréé, seul vivant, seul terrible et seul doux, 
Qui juge, aime, pardonne, engendre, construit, fonde, 
Voit nos hauteurs avec une pitié profonde. 
Ah ! rapides passants ! ne comptons pas sur nous, 
Comptons sur lui. Pensons et vivons à genoux ; 
Tâchons d'être sagesse, humilité, lumière ; 
Ne faisons point un pas qui n'aille à la prière ; 
Car nos perfections rayonneront bien peu 
Après la mort, devant l'étoile et le ciel bleu. 
Dieu seul peut nous sauver. C'est un rêve de croire 
Que nos lueurs d'en bas sont là-haut de la gloire ; 
Si lumineux qu'il ait paru dans notre horreur, 
Si doux qu'il ait été pour nos coeurs pleins d'erreur, 
Quoi qu'il ait fait, celui que sur la terre on nomme 
Juste, excellent, pur, sage et grand, là-haut est l'homme, 
C'est-à-dire la nuit en présence du jour ; 
Son amour semble haine auprès du grand amour ; 
Et toutes ses splendeurs, poussant des cris funèbres, 
Disent en voyant Dieu : Nous sommes les ténèbres ! 
Dieu, c'est le seul azur dont le monde ait besoin. 
L'abîme en en parlant prend l'atome à témoin. 
Dieu seul est grand ! c'est là le psaume du brin d'herbe ; 
Dieu seul est vrai ! c'est là l'hymne du flot superbe ; 
Dieu seul est bon ! c'est là le murmure des vents ; 
Ah ! ne vous faites pas d'illusions, vivants ! 
Et d'où sortez-vous donc, pour croire que vous êtes 
Meilleurs que Dieu, qui met les astres sur vos têtes, 
Et qui vous éblouit, à l'heure du réveil, 
De ce prodigieux sourire, le soleil !

 

Victor Hugo 
Les contemplations

 

Proposition d’action :

 

Et si nous profitions de cette semaine pour faire un petit examen de conscience ? Nos actions – aussi bonnes soient-elles – ne suffisent pas. Ne nous en satisfaisons pas. Chassons toute vanité et continuons, continuons toujours à nous en remettre humblement à Dieu qui, seul, peut faire de nous des instruments de sa paix et de son amour."

 

                                         ♣♣♣

 

Équilibrer les chakras, c'est ici :

 

https://youtu.be/GNoOihxGwF4

 

Je me réserve l'équilibrage des chakras pour ce soir. Pour l'heure, j'ai fait les huit pièces de brocart avec les exercices d'assouplissement en introduction. Et je m'occupe maintenant, pour conclure la séance du matin, de muscler mes trois muscles de la respiration, ce que j'aurais dû faire en premier lieu, mais ce n'est pas grave.

 

C'est ici :

 

https://www.youtube.com/watch?v=MC9lXqpMDFg

https://www.youtube.com/watch?v=MC9lXqpMDFg

09:29 Publié dans Livre, prière | Lien permanent | Commentaires (0)