Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2008

Comment aider

 

Responsables politiques

Accroître et mieux exploiter les ressources financières et humaines allouées à la santé mentale

Bien connaître les normales nationales et internationales sur les droits fondamentaux des personnes atteintes de troubles mentaux.

Veiller à ce que les politiques relatives à l'éducation, au travail, à la justice pénale et au système de santé en général participent à la promotion de la santé mentale et à la protection des droits de l'homme.

Inclure la prise en charge des soins de santé mentale dans les régimes d'assurance publics et privés.

Mettre en oeuvre des politiques et une législation de santé mentale favorables au respect des droits de l'homme, à la désinstitutionalisation, à l'intégration des soins de santé mentale aux autres soins et au développement des soins communautaires.

Créer des mécanismes de surveillance pour veiller à ce que les droits de l'homme soient respectés dans tous les établissements de santé mentale.

 

Agents de santé

Personnes atteintes de troubles mentaux

Dénoncer les violations des droits de l'homme, y compris les traitements inhumains ou obsolètes, les services de qualité médiocre, l'inaccessibilité des soins et le recours abusif à l'hospitalisation et au traitement sous contrainte.

Demander à participer à l'élaboration et à la mise en oeuvre de politiques et de lois visant à mieux faire respecter les droits de l'homme et à améliorer les services de santé mentale.

Connaître les droits fondamentaux conférés par le droit international relatif aux droits de l'homme et les lois nationales.

S'associer à d'autres malades afin de se soutenir mutuellement et d'entreprendre des activités pour changer les comportements envers les personnes atteintes de troubles mentaux et de lutter contre la stigmatisation et la discrimination.

Respecter la dignité, protéger les droits et favoriser l'autonomie et la liberté des personnes atteintes de troubles mentaux.

Veiller à ce que tous les traitements soient prodigués avec le consentement éclairé des patients.

Faire participer les personnes souffrant de troubles mentaux à la mise en place de leur traitement.

Faire participer les familles des personnes atteintes de troubles mentaux au traitement et aux soins dispensés.

Informer les décideurs des ressources et de l'appui nécessaires pour dispenser des soins de santé mentale de qualité.

Le lien

 

07:04 Publié dans Droit | Lien permanent | Commentaires (0)

Droits bafoués

« Les personnes atteintes de troubles mentaux sont parmi les plus marginalisées au monde. Dans de nombreuses communautés, la maladie mentale n'est pas considérée comme une vraie maladie mais comme une faiblesse de caractère ou un châtiment dû à un comportement immoral. Même lorsqu’elles sont considérées comme de vrais malades, les personnes souffrant de troubles mentaux reçoivent souvent un traitement inhumain.

Les personnes atteintes de troubles mentaux sont victimes de violations de leurs droits fondamentaux partout dans le monde – dans des établissements de santé mentale, à l'hôpital ou dans les communautés en général. » Condition de l'homme 

 

06:54 Publié dans Droit | Lien permanent | Commentaires (0)

20/08/2008

Maria Montessori

« De 1914 à 1918, Maria part aux Etats-Unis d’Amérique. Elle y crée un collège pour enseignants et dirige une « semaine pédagogique ».

De 1921 à 1931 elle participe aux échanges de la ligue internationale pour l’éducation nouvelle et en particulier à ses congrès où elle présente ses travaux et rencontre les autres grands pédagogues de ce mouvement tels que Adolphe Ferrière, John Dewey et Roger Cousinet.

En 1929 elle fonde l'Association Montes Montessori Internationale dont les objectifs sont de préserver, propager et promouvoir les principes pédagogiques et pratiques qu'elle a formulée pour le plein développement de l'être humain.

En 1936, le gouvernement italien fasciste condamne et proscrit les principes montessoriens : il s'en suit la fermeture de toutes les écoles Montessori. Maria quitte l'Italie et s'installe en Espagne. La venue de Franco détruit ses plans. Elle s'installe alors en Hollande.

De 1939 à 1945, pour fuir la Seconde Guerre mondiale, elle part vivre en Inde, où elle est assignée à résidence en tant que ressortissante italienne jusqu'en 1946. Elle en profite pour créer de nombreuses écoles Montessori. » ICI

16:45 Publié dans Droit | Lien permanent | Commentaires (0)