Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2017

Vu à la télé hier sur la 23 ♣♣♣ Tableaux du jour

 

 C'était chaud ! ou plutôt non, le contraire car il s'agissait en fait de manque total de chaleur humaine au point que cela aboutit à de l'hyper violence. Sur le premier documentaire, l'on voit une femme aux allures de midinette tant elle est jolie, qu'on imagine faisant la Une de quelque  magazine en vogue et en fait la vie ne lui sourit pas du tout pour autant au vu de l'expérience qu'elle vit. Mère d'un petit garçon qui parle avec douceur du sort que l'on réserve à sa bien aimée maman et du coup à lui-même; celui-ci témoigne qu'elle a été virée manu militari de son appartement et lui avec du même coup,  et ce en quelques minutes.  La maman était malade, n'a plus pu travailler et donc n'a plus pu payer ses loyers et voilà. D'aucuns diront platement, à l'agence de location,  "C'est la loi" "cela a été décidé par des gens de loi qui ont fait leur enquête et ont tiré la conclusion qu'il fallait l'expulser." Pas plus de répondant à la mairie. Heureusement, les journalistes  ont fait leur boulot tant et si bien que la voilà relogée après cinq mois à coucher dehors !

Idem  pour une famille black voit-on par la suite dans ce documentaire.

 

Tout cela se passe dans la région parisienne.

 

Deuxième documentaire de la 23, on voit un étudiant à l'écharpe à carreaux, (ressentie comme un symbole de la bourgeoisie par des gamins ahuris dans un autobus de la région parisienne). Et voilà cette bande de gamins, hyper violents, sans doute parce que exclus du système, qui tabassent l'étudiant ne cherchant qu'à récupérer le porte-feuille qui lui a été volé. En larmes comme un enfant perdu dans la jungle, il demande du secours au chauffeur de bus qui ne quitte pas le volant mais a actionné "l'alerte caméra" et peut-être une demande de secours par la même occasion. Le chauffeur de bus aurait pu se prendre un coup de couteau disent les syndicats qui le défendent du fait qu'il est à moitié accusé de n'avoir pas plus porté secours à l'étudiant. On voit un passager qui cherche à lui venir à l'aide mais aussitôt un enragé de gamin à cagoule lui envoie une grosse mandale en pleine figure.

 

Alors quoi, retour à l'avant Victor Hugo du point de vue de l'exclusion ? Les nouveaux Victor étant de vaillants journalistes. Merci et bravo à eux.

 

♣♣♣

 

P1010002.JPG

 

P1010003.JPG

 

P1010008.JPG

 

P1010009.JPG

Cornouiller détrempé

respire la joie

ce matin d'Août

 

P1010010.JPG

Yoko,

ne voit pas le bout de l'hiver

et se tient au chaud

 

 

 

 

09:15 Publié dans Note | Lien permanent | Commentaires (0)