Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2017

une supériorité de l'animal à quatre pattes ♣♣♣ L'article lu ce matin parle "des sectes" en quelque sorte

 

Une supériorité de l'animal à quatre pattes sur l'homme est qu'ils savent pour beaucoup faire pivoter leurs oreilles et les tendre et les dresser pour certains d'entre eux. Chez les hommes on sent qu'il y a un regret de ne pouvoir le faire avec ces expressions métaphoriques en français : "dresser l'oreille", "tendre l'oreille" (voulant tendre l'oreille l'homme entendant penche souvent sa tête du côté d'où vient le son, faute de pouvoir tendre pour de bon cette oreille, tel un félin par exemple ; par contre les chiens aux oreilles tombantes sont incapables eux aussi de les tendre, ce privilège étant plutôt réservé aux oreilles pointues)... du coup, nous trouvons les chats comiques lorsqu'ils dressent l'oreille... pas de pluriel car parfois ils n'en dressent qu'une, cela fait partie de leur capital souplesse...

Frustrés que nous sommes nous les trouvons comiques en effet,  car "trop" en terme d'expressivité, leurs oreilles, telles des antennes, trahissent  une inquiétude de lapins aux abois et cela nous conforte dans le fait que quand même, malgré tout, nous leur sommes supérieurs... nous avons pour nous la discrétion, le sérieux allant avec.

 

C'était la tartine du jour.

 

Bien assortie à la lecture du jour :

 

I tried to discover, in the rumor of forests and waves, words that other men could not hear, and I pricked up my ears to listen to the revelation of their harmony.

~ Gustave Flaubert

 

Traduction : J'ai essayé de découvrir, dans la rumeur des forêts et des vagues, des mots que ne pouvaient entendre les autres hommes, et j'ai dressé l'oreille pour écouter se révéler leur harmonie.

 

♣♣♣

 

J'ai apprécié l'analyse faite dans cet article s'intitulant "Je suis devenue une moins que rien"

 

Merci et bravo l'artiste qui a écrit cet article :

 

http://lejourou130113.hautetfort.com/archive/2017/08/10/j...

15/07/2017

"Des nouvelles sur l'environnement au cas où vous les auriez loupées"

 

 

Environmental News In Case You Missed It



The Bureau of Land Management outlaws rope swinging from natural arches in Utah.

Le Bureau de gestion des Territoires interdit aux randonneurs d'accrocher des cordes aux arches du Parc National d'Arches dans l'Utah.

 

(au cas où des français partiraient dans l'Utah sans comprendre l'anglais ou l'américain, ce qui peut arriver après tout.)

 



An iceberg the size of Delaware, one of the largest ever recorded, breaks off from the Larsen C ice shelf in Antarctica.

 

Un iceberg de la taille de celui de Deleware, l'un des plus grands jamais enregistrés, se détache de la plate-forme de glace Larsen C en Antarctique.

 



France will ban sales of gas- and diesel-powered vehicles by 2040.

 

La France interdira les ventes de véhicules à diésel et essence d'ici 2040.

(cot cot codac !)

 


Israeli soldiers destroy a Dutch-funded solar project that powered the Palestinian village of Jubbet adh Dhib. Israeli officials said its construction had been illegal.

 

Les soldats israéliens détruisent un projet d'alimentation en énergie thermique solaire du village palestinien Jubbet adh Dhib, financé par le gouvernement néerlandais. Des responsables israéliens ont déclaré que la construction était illégale.

 

Lu sur le site GREENLIFE  du SIERRA CLUB

08:44 Publié dans Tartine | Lien permanent | Commentaires (0)

31/07/2013

Le langage des signes

"Ce glissement de sens se manifeste par l'augmentation du nombre de testaments de vie et par l'utilisation croissante d'expressions comme «le droit de mourir» et «le droit de ne pas souffrir».

 

 

Thus, there was a new emphasis on the quality of life, as well as a shift from viewing euthanasia as a social reform measure to one of personal choice, reflected in the increasing number of living wills, and a growing use of the phrases "right to die" or the "right not to suffer."

 

Intéressante trouvaille dans Linguee, qui porte à réfléchir. Glisser sur les mots comme sur des peaux de bananes  par mégarde ça peut arriver, mais parfois on peut craindre du tombeur qu'il l'ait fait exprès. Les mots abusés, passer d'un signe à l'autre sans parachute, ça peut faire mal.  

 

09:01 Publié dans Note, Tartine | Lien permanent | Commentaires (0)